ECONOMIE : Le Port de Sète souhaite accueillir des mega-yachts en 2018 mais une opposition au projet s'organise


Sète : la construction d’une marina pour yachts de luxe inquiète les riverains

 

22-09-17 : Le Port de Sète souhaite accueillir des mega-yachts en 2018 mais une opposition au projet s'organise

Le port de Sète va être aménagé dés cet automone pour en être en mesure d'accueillir des méga-yachts dés 2018. C'est une information révélée ce matin par le site spécialisé meretmarine.com qui indique la ville a été choisi par IGY Marinas afin de développer une marina adaptée aux méga-yachts.

Basé en Floride, à Fort Lauderdale, le groupe américain est l’un des plus grands gestionnaires de port de plaisance, avec un réseau de 17 marinas localisées aux Etats-Unis, aux Caraïbes et en Amérique latine. L’ensemble représente 3 000 places pour un trafic de 8000 yachts par an.

Avec Sète, IGY Marinas va développer son premier pôle en Méditerranée, tout en proposant à la grande plaisance, essentiellement concentrée sur la côte d’Azur, la Riviera italienne et la côte espagnole, une destination nouvelle permettant de valoriser l’Occitanie.

La future marina sétoise sera aménagée autour de l’actuel quai d’Alger

« Dans le cadre de notre stratégie d’expansion de notre réseau d’escales pour super-yachts et de notre plateforme stratégique “Anchor Club”, nous avons exploré de nombreuses opportunités d’implantation dans les marinas de Méditerranée. Nos clients ont des formations de haut niveau et voyagent couramment, ce qui implique pour notre marque de répondre à leur demande de séjour dans des sites uniques et les plus recherchés, avec des possibilités d’escales flexibles. En tant que plus grand marché mondial pour yachts, les côtes européennes accueillent déjà un grand nombre de nos clients et nous souhaitons être en mesure de leur proposer une plateforme de services globale et unique », explique Tom Mukamal, directeur général d’IGY Marinas.

Une douzaine de places pour un investissement de 10 millions d'euros

La marina proposera une douzaine de places et pourra accueillir des navires allant jusqu’à 100 mètres de long, le tirant d’eau étant de 7 mètres. Les travaux d’aménagement vont débuter d’ici la fin de l’année, en vue d’une mise en service en 2018. Ils porteront notamment sur la mise en place des équipements permettant de fournir aux yachts de l’électricité, du carburant et de l’eau, tout en assurant l’évacuation des eaux usées. Un réseau Wifi sera également installé, de même que différents services. Du fait de l’existence des quais et d’une zone portuaire répondant déjà aux normes internationales de sûreté (ISPS), le coût des travaux devrait se limiter à une dizaine de millions d’euros environ qui seront vite rentabilisés par les retombés économiques d'un tel investissement : 

« La Marina sera au coeur de la ville de Sète, connue comme la “Petite Venise du Languedoc”, et idéalement localisée près de Montpellier, la belle région Occitanie, la Côte d’Azur et les Baléares. C’est un port d’entrée officiel aux normes ISPS, très proche de restaurants et de magasins de qualité. Les visiteurs pourront s’adonner à de nombreuses activités nautiques et ludiques telles que le paddle, le canyoning et kayak, le skyte, le vélo et toutes pratiques balnéaires et de montagne ».

 

 Des riverains s’inquiètent

L'éventuelle implantation de cette marina inquiète certains habitants. Un collectif opposé à ce projet de construction de marina de luxe s’est constitué et une pétition en ligne a été crée. Ils réclament plus d'informations sur ce projet et sur ses éventuels impacts.

"On se demande quelles répercutions cela va avoir à Sète, on se pose des questions par rapport à l’environnement aussi et puis on nous promet des emplois on se demande lesquels ?" déclare une riveraine dans le reportage de France 3.
 

Le Parti Communiste appelle à la mobilisation citoyenne contre ce projet

La section sétoise du parti ne souhaite pas que Sète devienne le nouveau St. Tropez et le fait savoir par l'intermédiaire d'un communiqué :

"Nous nous posons beaucoup de question sur : 
– L’emploi : On nous dit que le projet va créer des emplois, mais de quels emplois parle-t-on ?
Dans les informations communiquées, on ne parle ni de cale sèche, ni de pôle de mécanique pour l’entretien de ces mégas bateaux qui ne stationneront que l’hiver à Sète. De quoi s’interroger sur la portée réelle de ce projet dans la création de nouveaux emplois…

– L’enjeu social : Quels impacts sur le coût des logements ? Les habitants pourront-ils toujours se loger dans le quartier ? On imagine que ce projet s’accompagnera d’une flambée des taxes foncières et d’habitation, et donc du prix des logements. Les habitants seront-ils contraints de quitter le quartier ?

– L’impact sur le cadre de vie : Dans l’appel d’offre publié sur internet, la qualité
environnementale et esthétique du projet n’apparaît pas du tout comme une priorité. Quels impacts environnementaux peut-on prévoir ? Les riverains sont-ils prêts à accepter les nuisances sonores liées aux bruits des bateaux et aux hélicoptères pour lesquels une piste d’atterrissage semble prévue ? Sont-ils prêts à accepter au quotidien ce nouveau paysage urbain composé de bateaux luxueux et des aménagements pour les accueillir ?

Le quai est actuellement soumis à l’espace Schengen, donc accessible à tous les habitants quand il n’y a pas de navires de croisière. Une fois le projet abouti, cet espace sera-t-il privatisé avec l’aide des fonds public ?

A-t-on demandé aux sétois s’ils n’auraient pas d’autres projets pour cet espace ? Les habitants du quartier et de l’ensemble de la ville sont pourtant les plus à même de proposer d’autres aménagements et d’autres usages de cet espace, qui répondraient davantage à leurs besoins et leurs envies, en tant qu’usagers, habitants et citoyens."


Le collectif sera reçu en début de semaine par les responsables du port. Au même moment, une délégation sera en Floride pour rencontrer le groupe américain.
Il devrait investir 4 millions dans cette marina. Elle pourrait accueillir ses premiers yachts dès le printemps prochain.

 

La rédaction d'hérault-tribune (13-11-17)     13279 vues

Retour    Imprimer

 

FLORENSAC HOROZONTAL
SAISON CULTURELLE AGDE
INTERMARCHE DRIVE HORIZONTAL
SODEAL - CENTRE NAUTIQUE
ORPI
CASINO - PERMANENT
ford pezenas
VILLE DE PORTIRAGNES
HYPER U
TAXI LIMOUSINE
MARSEILLAN - ACTU
MAXILIVRES BANNIERE
BALNEOCAP novembre
JF TERRASSEMENT
VIATERRA - PERMANENT
MERCURE
RTL 2
ATOL - OPTICIEN
SICTOM
AEROPORT-BEZIERS-CAP D'AGDE
Hérault Tribune
 Envoyer par E-mail 

 

TÉLÉCHARGEZ L'APPLICATION GRATUITE HÉRAULT TRIBUNE