A75 – Mise en service de la déviation de Pézenas le 1er juillet 2014

A75 – Mise en service de la déviation de Pézenas le 1er juillet 2014…

A75 – Mise en service de la déviation de Pézenas le 1er juillet 2014

Démarrés en août 2013, les travaux d’aménagement de la déviation de Pézenas sur la chaussée se terminent fin juin. Les nombreux collaborateurs intervenant sur le chantier ont parfaitement relevé le défi, en maîtrisant le planning initialement prévu.

D’un montant de 23 millions d’euros, les travaux d’aménagement de la déviation de Pézenas sont intégralement financés par l’État.

Dès le 1er juillet, les automobilistes ne rencontreront plus de conditions de circulation difficiles liées aux travaux sur la traversée de Pézenas.

Pendant tout l’été, la circulation s’effectuera sur deux voies dans chaque sens avec une limitation de vitesse à 110 km/h.

Les derniers travaux, notamment l’installation d’écrans acoustiques seront réalisés à la rentrée, entre septembre et décembre 2014.

Un chantier respectueux de l’environnement et réalisé dans les délais

Les services de l’État, maître d’ouvrage et maître d’œuvre, ont dû faire face à des enjeux environnementaux importants ; ils ont mis en place des mesures pour préserver l’environnement et le cadre de vie des riverains depuis le démarrage du chantier et permanente après la remise en service de l’A75.

Protéger la faune et la flore

– Le calendrier des travaux fortement contraint aux conditions de circulation, a été également adapté en fonction des périodes de nidification des oiseaux et de léthargie ou reproduction des reptiles et amphibiens habitant dans les secteurs traversés par la zone du chantier.

– Tous les alignements d’arbres pouvant être conservés de part et d’autre de la route ont été mis en défens, compte tenu de leur importance comme support de nidification pour les oiseaux mais aussi comme corridor de déplacement pour les chiroptères.

– Les zones écologiques sensibles, préalablement repérées grâce à une mission de visites de terrain confiée aux Ecologistes de l’Euzière, ont été clairement identifiées et signalées à l’aide de pancartes interdisant l’accès à ces zones pour toute personne ou engin de chantier.

Préserver la qualité de l’eau en période de chantier

Un grand nombre de mesures concernent la préservation de l’eau, notamment car le chantier se situe en zone inondable.

– Tout d’abord, les zones de chantier ont été protégées par des glissières modulables qui permettent également de contenir les véhicules sur l’autoroute en cas d’accident sur la chaussée, sans impacter le milieu environnant.

– Des zones de stationnement étanches pour les engins ont été réalisées. D’une centaine de mètres carrés, elles confinent les pollutions accidentelles des engins sur la plateforme, empêchant ainsi leur dispersion dans le milieu naturel.

– Des barrages filtrant composés de paille constituent un assainissement provisoire pour le chantier. Les eaux sont collectées dans un réseau de fossés et ainsi filtrées avant leur rejet dans le milieu naturel.

– Des analyses sur l’eau souterraine sont réalisées en 9 points régulièrement, situés sur le chantier.

– Enfin, un dispositif d’évacuation rapide des engins et déchets du chantier en cas d’inondation permet de libérer le chantier en deux heures seulement.

Limiter les nuisances en phase de chantier

– La première mesure concerne les plages horaires de travail sur le chantier : les équipes travaillent entre 7h et 18h en semaine. Quelques travaux ont été réalisés de nuit, comme les enrobés de la chaussée, mais ne constituent pas des activités bruyantes.

– Pour poser les parois berlinoises des ouvrages hydrauliques, l’entreprise a utilisé la technique de « vibro-fonçage » qui permet d’enfoncer les parois dans le sol par vibration, réduisant fortement le bruit par rapport à un enfoncement « traditionnel ».

– De plus, des mesures acoustiques ont été régulièrement réalisées au niveau des maisons riveraines pour constater le niveau de bruit provoqué par le chantier, qui se sont avérées concluantes car les niveaux sonores autorisés n’ont pas été dépassés.

– Pour limiter la poussière sur l’autoroute et vers les habitations riveraines, l’entreprise a fréquemment arrosé le chantier pour coller la poussière au sol. 

Les aménagements paysagers

En association avec un bureau d’architecte, le maître d’œuvre a élaboré des ouvrages d’art et un aménagement paysager des plus intégrés à l’environnement.

– Les aménagements comprennent l’installation d’écrans acoustiques sur une longueur de 3, 8 km, qui interviendra à l’automne 2014, une fois les travaux terminés sur la chaussée et les pointes de trafic routier estivales passées.

– Des plantations ont déjà été effectuées et seront complétées dans les talus autoroutiers et au niveau des échangeurs. Composés d’essences locales comme l’olivier, le laurier, le romarin ou le ciste, ces plantations sont aujourd’hui réalisées à 90%. Elles permettent à la faune et à la flore de retrouver un habitat et serviront également d’écran visuel et sonore pour les riverains de l’autoroute.

Toutes ces mesures sont suivies quotidiennement par le chargé d’environnement du SIR, maître d’œuvre et l’entreprise qui réalise les travaux. Il est appelé à former ou à compléter la formation du personnel du chantier à la préservation de l’environnement sur les spécificités du chantier et sur les thèmes de l’eau, des zones écologiques et de la gestion des déchets notamment.

Les acteurs du chantier

Le maître d’ouvrage, DREAL Languedoc-Roussillon :

Maître d’ouvrage de l’opération, la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement Languedoc-Roussillon – Service Transports assure le pilotage général, la programmation et la gestion des crédits de l’opération.

Le maître d’œuvre, DIR Méditerranée :

Le maître d’œuvre, la Direction Interdépartementale des Routes (DIR) Méditerranée, représentée sur le terrain par le Service Ingénierie Routière de Montpellier (SIR) réalise les études de conception, coordonne le chantier et veille à la bonne exécution des travaux.

Sa mission comprend également la coordination environnementale de chantier grâce à des moyens spécifiques issus de son pôle Environnement et une méthodologie calquée sur la norme ISO14001.

L’exploitant :

La déviation de Pézenas, sur le réseau de l’A75, est exploitée par le District Sud de la DIR Massif Central.

Les entreprises :

Désignée après appel d’offres, le groupement composé de l’entreprise locale Buesa, d’Eurovia Méditerranée, TP Spada et Signature, réalise les travaux dans les conditions de coût, de qualité et de délai fixées par la DREAL Languedoc-Roussillon.


Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

 

logo hje

 

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.