Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Faits divers / Insolite

Agde - Agir Contre l'insécurité .. par l'Association Agathe

On reparle beaucoup de l’insécurité en centre ville. La lecture de l’AGATHOIS de la semaine dernière et la récente réunion des commerçants à la maison du cœur de ville, ont remis le sujet à l’ordre du jour. Pourtant, le fait n’est pas nouveau, mais il a suffi que de nouvelles agressions rappellent la présence latente […]

On reparle beaucoup de l’insécurité en centre ville. La lecture de l’AGATHOIS de la semaine dernière et la récente réunion des commerçants à la maison du cœur de ville, ont remis le sujet à l’ordre du jour. Pourtant, le fait n’est pas nouveau, mais il a suffi que de nouvelles agressions rappellent la présence latente de cette menace pour ranimer une conscience que certains habitants de ces quartiers connaissent bien.

Si nous versons aujourd’hui une pièce au dossier, ce n’est pas pour exploiter à notre avantage un sujet d’actualité et encore moins pour nous draper d’ une quelconque antériorité. Cela ne rimerait à rien. Les conséquences de ce fléau sont trop sérieuses.
C’est pour montrer que la connaissance que nous avons acquise et l’expérience, peuvent servir une volonté de faire quelque chose à plusieurs, au lieu de perdre du temps, des forces et de patauger dans la choucroute.
L’insécurité ne concerne pas que les autres. Sortons de l’égoïsme, unissons-nous . Nous y sommes prêts.

Après plusieurs démarches auprès du Maire comme auprès du commandant de la police nationale, voici la lettre que nous avions adressé le 20 septembre 2005 à monsieur Nicolas SARKOZY, alors Ministre de l’ Intérieur.
OBJET : Insécurité urbaine

Monsieur le Ministre,

Nous avons l’honneur d’attirer votre attention sur la situation que connaît la ville d’Agde en ce qui concerne l’insécurité.

Déjà, nous avions eu l’occasion d’alerter Monsieur le Ministre de la ville par la lettre dont nous vous remettons copie, demeurée sans réponse. La situation continue à être extrêmement préoccupante dans certains quartiers du cœur de la ville d’Agde.

C’est pourquoi nous avons, à nouveau, adressé un courrier au premier magistrat de la ville dont ci-joint copie.

La teneur de ce courrier nous semble suffisamment éloquente pour déclencher, de la part des autorités agathoises, une action diligente. Mais une longue pratique des lieux nous fait craindre le contraire.

Agde est devenue, au fil du temps, un lieu de non droit où la dégradation des conditions d’existence est, pour certains, un fardeau insupportable. L’incivisme qui y règne, agressif et quotidiennement répété, finit par rejoindre, dans ses conséquences, la gravité d’un crime ou d’un délit. Plusieurs personnes, craignent pour leur sécurité.
Certaines, commerçantes en centre ville, ferment définitivement leur boutique

Dans un passé récent, notre Association a mené une modeste enquête auprès d’une trentaine de victimes de délits ayant déposé plainte au Commissariat.
Plus d’un an après, renseignements pris auprès des mêmes personnes, il ressort qu’aucune de ces plaintes n’a reçu de suite.

Il est intolérable que, dans le quartier dit de « la Glacière », des comportements paraissant traduire différents commerces illicites (drogue, cigarettes. proxénétisme, recel ….), ou engendrant des bruits de voisinage chaque nuit, jusqu’à des heures avancées, génèrent des troubles démesurés tant sur l’ensemble du quartier que sur les propres enfants de ces familles perturbatrices, sans donner lieu à des sanctions appropriées de la part des services concernés.

La politique de mixité sociale de l’habitat ne devrait pas conduire les gens sans histoire à partir ailleurs. Que deviendrait notre ville livrée aux brigands, aux incendiaires, aux mafias …. ?

Cette mauvaise évolution est d’autant moins acceptable que, seul, le comportement de 2 ou 3 familles, parfaitement connues, fait obstacle à l’aboutissement de cette politique.

Nous ne voulons pas connaître d’évènements aussi dramatiques que ceux qui ont endeuillé des familles dans les villages voisins :à MARSEILLAN, BESSAN ou PERPIGNAN.

N’est-il pas préférable de s’attaquer au mal avant, plutôt qu ‘après l’issue fatale ?

La façon dont vous avez récemment abordé des problèmes de ce genre (Perpignan par exemple) nous encourage à solliciter votre intervention auprès des autorités locales impuissantes.

Notre Association est forte de près de 800 adhérents. Nous osons espérer, au moins une réponse, seule capable de redonner confiance dans les élus de ce pays quel que soit le niveau de leurs responsabilités. Ce ne sont, ni la langue de bois, ni des réponses sans aucun rapport avec la gravité des questions posées qui y parviendront.
.

Nous avons conscience de votre charge de travail. aussi, nous vous remercions par avance de l’attention que vous voudrez bien porter à notre requête. (1)

Veuillez agréer, je vous prie, Monsieur le Ministre, l’expression de mes respectueux sentiments.
(1) – Nous avons eu deux réponses que nous publierons la semaine prochaine avant de faire savoir nos propositions d’actions..

Pour le Bureau, Le Président J. RAVAILLE

Association agréée pour l’Urbanisme et l’Environnement. Elle défend aussi le Patrimoine communal et la Qualité de la Vie (Bruit, Sécurité, Hygiène et Propreté, Circulation Stationnement) les problèmes des Impôts locaux
L’Association peut, en outre, apporter une aide à ses adhérents sous forme de conseils ou d’assistance.
Adresse postale : B.P.909 – Le Grau – 34 304 AGDE Cedex – Notre Site Internet www.agde-agathe1901.com
Permanences tous les samedis matin de 10 h30 à 12 heures à son siège social 2 rue de la Poissonnerie, centre historique de la cité à AGDE ville la cité à AGDE ville

.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.