Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

AGDE LA TAMARISSIERE - Le projet d'aire de stationnement de super-yatchs pose question

Le Bétonneur frappe encore, cette fois-ci route de la Tamarissière, en zone rouge PPRI,…

Le Bétonneur frappe encore, cette fois-ci route de la Tamarissière, en zone rouge PPRI, en zone Natura 2000. Là encore il doit renoncer à son projet insensé.

 On ne peut pas dire que le vote des européennes, et le score important fait par les écologistes sur Agde, ait fait changer de position son Maire en matière de construction neuve, en matière de bétonnage, d’atteinte aux zones protégées, bien au contraire.

Au mépris de la volonté de ces électeurs, et des autres, attachés à la préservation des rares espaces naturels survivants de notre ville, Monsieur Gilles d’Ettore, après avoir pris dans son viseur le Petit Bois de l’Ile aux Loisirs, annonce vouloir frapper, route de la Tamarissière, cette fois-ci.

C’est ainsi qu’il a décidé de délivrer un permis pour aménager une aire de stationnement de bateaux et permettre leur réparation. Le panneau réglementaire nous permet d’en apprendre davantage sur l’étendue du projet. Ainsi il prévoit une construction de près de 1020 m2 de surface de plancher et de 10,90 m de hauteur. Bref, un énorme bâtiment doit être édifié dans la zone afin de rendre l’activité possible.

Les obstacles sont pourtant nombreux qui auraient dû l’empêcher.

Ainsi le site est classé Zones Natura 2000. Or ces dernières sont des zones dans lesquelles des mesures appropriées doivent être prises pour « éviter la détérioration des habitats naturels et des habitats d’espèces, ainsi que les perturbations touchant les espèces pour lesquelles les zones ont été désignées ». Nulle doute qu’une telle construction et les activités de réparation l’accompagnant ayant des répercussions sur la faune et la flore du site, ce programme aurait dû normalement être refusé.

Un chemin communal est également présent sur le site, ce qui impliquerait pour que le projet se fasse qu’il soit déclassé.

Mais l’obstacle le plus important c’est que le terrain en question est classé en Zone Rouge PPRI. Or voilà comment le site de la Mairie d’Agde nous décrit les conséquences d’une tel classement : « Elle empêche par principe toute nouvelle urbanisation ou construction sur les terrains vierges situés en zones rouge, même en secteur déjà urbanisé (dents creuses, …) ; elle contraint très fortement voire rend impossible certaines transformations ou changements de destination, dès lors qu’ils «augmentent» la vulnérabilité des biens (par exemple, création de logements supplémentaires dans un immeuble, changement de destination de hangars en bureaux, création de hangars ou de serres agricoles, etc…). »

Bref, en toute logique, de quoi rendre impossible un tel projet.

Bien qu’Agde ait une tradition de bizarrerie en matière de permis de construire ou d’aménager donnés à certains plus favorisés que d’autres, au regard de l’importance du projet, et des conséquences environnementales sur cet espace naturel, il ne doit pas se faire.

C’est la raison pour laquelle, j’en appelle à Gilles d’Ettore, afin qu’il respecte les règles que notre cité s’est donnée et qu’il retire ce permis d’aménager, qui, dans les faits, est un permis de construire, donné illégalement et donc à tort.

Une fois ce terrain libéré, il devra être rendu aux agathois pour être utilisé conformément aux règles d’urbanisme de la ville d’Agde.

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.