AGDE - Une cérémonie de Voeux et d'hommages

Jeudi  16 janvier 2014 le Moulin des Evêques accueillait une foule venue nombreuse assister…

Jeudi  16 janvier 2014 le Moulin des Evêques accueillait une foule venue nombreuse assister   à la  traditionnelle cérémonie des  voeux  2014.
Gilles d'Ettore  accompagné d’une  large partie de son conseil municipal  s’est prêté  à cet exercice  incontournable de début d’année moins aisé qu’à l accoutumée pour les maires sortants candidats astreints à un devoir de neutralité.
En période électorale, la cérémonie des vœux des élus devient un exercice de haute voltige a une encablure de la prochaine respiration démocratique.
L’article L52 du code électoral (lire encadré) astreint les élus à un devoir de réserve. Les cérémonies de présentation des vœux à l’occasion de la nouvelle année ou fêtes locales doivent en effet t avoir un contenu neutre et informatif, portant sur des thèmes d’intérêt général.  
L'essentiel de a cérémonie fut donc consacrée à la  remise  d’EPHEBES d’HONNEUR  a une dizaine des personnalités locales dont vous trouverez la liste des noms ci-jointe et les photos dans le photo-reportage de Michel DESNOS.
 
Henri POUJOL
Vanessa BENIT
Marc  CHAMPIEUX
Philippe ROGER
Marie Chantal PERRET
Jean Michel OLTRA
Francis DAGADA
Christelle LASSAVE
Jean Yves MIRANDE
Guy MIRETTE 
Pour clôturer cette soirée, les nombreuses agathoises et les nombreux agathois furent conviés a rejoindre en musique le buffet dinatoire qui leur fut réservé.
Nous consacrerons çi-dessous, tout au long de la semaine à venir une presentation vidéos de chacun des agathois honorés lors de cette cérémonie. 

Cliquez ici et Soyez fan de la Page FACEBOOK HERAULT TRIBUNE 


Henri POUJOL


tr 9651Agathois de naissance, c’est peu dire qu’Henri Poujol possède une sacrée gouaille, et ce même à 83 ans.

Né le 30 janvier 1931, il n’a jamais quitté Agde, hormis lorsqu’il fut chef de musique et officier pendant trois ans au sein du neuvième régiment d’artillerie de Béziers.

A son retour dans sa ville natale, il suit la voie de son père et commence à travailler en tant qu’artisan peintre, plus précisément en tant que chef d’équipe chez CARUSO.

Parallèlement, le soir, il fait danser tous les Agathois grâce à ses talents de trompettiste et batteur, qu’il exerce de 1952 aux années soixante dans l’orchestre de Robert Villa.

Ce n’est qu’en 1960 qu’il s’installe à son compte en tant que peintre, avenue de la gare.

Puis, il rentre en 1971 dans un groupe national en tant que directeur de la société Marteau. Il gère alors tout le sud de la France, s’occupe de gros chantiers et d’une centaine d’ouvriers. Apprécié et respecté de tous, il qualifie sa vie au sein de l’entreprise de «magnifique». Ce n’est d’ailleurs qu’à l’âge de 80 ans qu’il a pris sa retraite.

Parallèlement, Henri Poujol s’est investi dans plusieurs associations agathoises. Il a été, entre autres, président de l’Aviron Agathois et vice-président du RCA. 

Côté réalisation personnelle, il a créé en 1981 l’incontournable «Lapin de Baluffe». Il s’agit d’un lieu réservé essentiellement à nos aînés ; on y organise des repas, des buffets, des dancings ou encore des lotos qui ont fait le succès de l’établissement.

A ce titre, Henri Poujol a parcouru toute la région en tant qu’animateur et nommeur de nombreux grands lotos. Ce loisir reste encore aujourd’hui l’un de ses plus grands plaisirs.

Cet «acharné de travail» comme il se qualifie lui-même s’est toujours dépensé sans compter, et se réjouit d’être considéré pour tout ce qu’il a accompli au long de sa vie.

Henri POUJOL a été honoré lors de la cérémonie des voeux 2014 au Moulin des Evéques  au cours de laquelle il lui fût remis un Ephébe d'honneur par le maire d'Agde Gilles D'ETTORE.



Vanessa BENIT


tr 15003

Vanessa BENIT Arrive  à Agde en 1986,  sous som de jeune fille DICHLIAN.

C’est un accident de moto à l’âge de 15 ans qui a amené Vanessa à la mode. Durant cette période d’immobilisation, elle dessine en effet avec tant de talent que se pose pour elle la question de son avenir professionnel… C’est vers la mode qu’elle décide alors de s’orienter, pour devenir styliste, même si elle préfère modestement le joli mot de «couturière». 

Sa rencontre et son mariage avec Bastien puis la venue de deux enfants mettront sa carrière entre parenthèses quelques temps, Vanessa donnant la priorité à sa vie de famille et exerçant pour cela le métier de comptable. 

Elle se marie à Bastien BENIT agathois et sapeur pompier de Paris et est maman de 2 enfants Margot née en juin 2002 et Mathis né en juin 2006.

Ell est Costumière spécialisée dans les robes de mariée, les costumes de scène et de danse

La création du statut légal d’auto-entrepreneur en 2009 et parallèlement celle du Site des Métiers d’Art vont la pousser à revenir à ses premières amours. C’est ainsi qu’elle pose sa candidature pour rejoindre le Site d’Agde, candidature qui est acceptée.

Elle ouvre donc sa boutique de créations de mode rue Honoré Muratet, elle prend son envol et ouvre une vitrine commerciale de 400 m² , au rond point du boulevard Jean Monet à Agde, où elle a son atelier et sa boutique, avant de revenir s’installer en Cœur de Ville, rue Louis Bages. 

Cette créatrice adore le style « pin-up » des années 1950-1960 qu’elle réinterprète avec beaucoup de talent

Elle a fait partie des 10 créateurs européens retenus pour l'inauguration de la cité internationale de la dentelle à Calais, sous le parrainage de Chantal Thomas, où elle a présenté 2 modèles.

Elle travaille également à se faire connaître, notamment au travers de grands défilés comme celui qu’elle a fait ici même au Moulin des Evêques, ou encore en participant à des événements comme la Nuit des Musées qui lui apportent visibilité et notoriété.

Actuellement, Vanessa prépare des robes pour le Comité Miss France, tout comme elle l’a fait par le passé en imaginant des costumes pour des professionnels de la scène, des revues ou des écoles de danse. Suite à une formation récente, elle propose, en plus de ses créations, dans le cocon élégant de son nouveau showroom, un service de maquillage, afin de répondre aux attentes de sa clientèle.

MEDAILLE VILLE

Elle reste toujours impliquée aux côtés de l'équipe des Métiers d'art en participant à de nombreuses manifestations: inauguration de la nouvelle galerie de la perle noire, lancement du téléthon

Vanessa BENIT s'est vu remettre la médaille de citoyen d'honneur de la Communauté d'Agglomération Hérault Méditerranée par le député Maire d'Agde et Président de l'agglo Gilles D'ETTORE le 25 Janvier 2013 à Agde.

 

Vanessa BENIT a également a été honorée lors de la cérémonie des voeux 2014 au Moulin des Evéques  au cours de laquelle il lui fût remis un Ephébe d'honneur par le maire d'Agde Gilles D'ETTORE.



Philippe ROGER


tr 25907Philippe ROGER est né en 1950 à BEZIERS.

Il a grandi à Agde où toute sa famille est implantée depuis plusieurs générations.
La rue Jean Roger, où son grand-père, sous-marinier, avait ouvert, face à la Maison du Cœur de Ville, une société d’électricité et de dépannage électroménager, porte le nom de son oncle.

Ce dernier, grand résistant durant la seconde Guerre Mondiale, a été tué par les Allemands avec d’autres maquisards à la Pézade, sur la RN 9 à la frontière de département de l’Hérault.

Après un BTS électromécanique, Philippe Roger intègre en 1972 l’entreprise familiale, la SOGETRALEC, une entreprise d’électricité générale créée par son père en 1962.

44 ans après, une page vient de se tourner, car Philippe a vendu en juillet 2013 la société.
Mais il n’est pas à la retraite pour autant, puisqu’il va rester durant deux ans auprès des nouveaux acquéreurs.

MEDAILLE VILLE

Travailleur acharné, Philippe Roger s’octroie quand même quelques plages pour ses loisirs et plus particulièrement pour la chasse qu’il pratique assidument.

Pour sa retraite, il envisage de s’occuper de vignes laissées par son père. Pour l’anecdote, et pour tous les anciens Agathois, François Roger, le grand-père de Philippe, avait pour employé un certain… André Bordères !

 Philippe ROGER a été honoré lors de la cérémonie des voeux 2014 au Moulin des Evéques  au cours de laquelle il lui fût remis un Ephébe d'honneur par le maire d'Agde Gilles D'ETTORE.



Christelle LASSAVE 


tr 36326Il y a chez Christelle LASSAVE une douceur qui émane de sa personnalité. 

Comme elle le dit, «j’en ai tellement vu…». Ceci explique peut-être cela. Son histoire démarre en effet en Algérie alors Française, à Sétif où elle passe son enfance. 

Elle se marie avec Félix à l’âge de 21 ans ; le couple aura 3 enfants dans les 3 années qui suivront : 1 garçon et 2 filles. Alors que nombre de Français reviennent en métropole en 1962, Christelle part alors avec son mari, qui travaille comme mineur, vers les terres tunisiennes, pour le compte de sociétés françaises qui jettent l’éponge dans les années 70.

Comme nombre de Pieds-Noirs, le couple s’installe à Agde. Pendant que son mari travaille chez MAZZA, Christelle s’occupe de leurs 3 enfants et s’implique profondément dans la vie sociale de la ville, tout d’abord au sein du Secours Catholique.

MEDAILLE VILLE

A l’appel de Lucie Mathieu, après la mort de son mari en 1981, elle  devient bénévole à la banque alimentaire. Elle rejoint aussi les dames du «Club des amies de Victor Lachaud», association créée par Mme Garancia, soutenant les personnes âgées. Elle s’occupe aussi de sa petite famille qui s’agrandit avec l’arrivée de 5 petits-enfants et de 5 arrière-

petits-enfants.

Passionnée de musique, Christelle a été l’organiste de la Cathédrale Saint-Etienne durant 40 ans. En toute logique, elle participe au bureau de l’Amicale des Français Rapatriés d’Afrique du Nord au sein duquel elle s’occupe plus particulièrement des voyages et des sorties.

Une vie bien remplie au service des autres.

«Pour le bénévolat, il faut beaucoup de patience et de diplomatie, j’ai vu tant de cas difficiles… ça forge le caractère».

Christelle LASSAVE a été honorée lors de la cérémonie des voeux 2014 au Moulin des Evéques  au cours de laquelle il lui fût remis un Ephébe d'honneur par le maire d'Agde Gilles D'ETTORE.



CHAMPIEUX


tr 23035La peinture ! CHAMPIEUX est tombé dedans tout petit ! Son premier coffret de peinture  à huile lui fut offert, à l’âge de 6 an, par SEGUELA, peintre professionnel reconnu dans le milieu mais surtout ami intime de la famille.

Il fait ses études des Beaux-Arts à Montpellier et obtient son Diplôme National de peinture en 1970 à l'age de 17 ans ! ce qui lui permet de franchir les portes de l’Education nationale à l’Académie de Montpellier où il sera Maître-auxiliaire pour démissionner en 1978.

C’est en passant par la Petite Camargue, Sète, Collioure ou encore le Canada ou la Hollande que CHAMPIEUX puise son inspiration avant de venir s’installer en 2001 en Agde, ville où en 1984, il fit sa première exposition et rencontra de nouveaux amis.

Pour CHAMPIEUX, la peinture n’est pas une passion, c’est une nécessitée ! C’est son oxygène, le carburant qui le fait avancer dans sa vie de tous les jours.

C’est un Agathois qui porte haut les couleurs de notre ville.
Une rétrospective lui a d’ailleurs été consacrée à l’Espace Molière en Septembre 2013 .

MEDAILLE VILLE

Très connu dans notre région car ses toiles ont été longtemps présentées à l’Hôtel de Région, il a exposé un peu partout en France … Il a aussi beaucoup voyagé à l’étranger en recherche de nouveaux espaces, de nouvelles lumières et notamment en Hollande et au Canada… Merci l’artiste pour vos œuvres lumineuses, l’expression même de la transparence et de la sérénité. Continuez à nous surprendre. 

CHAMPIEUX, peintre très discret, parle peu maisau travers de ses œuvres expriment beaucoup de sentiments.

Difficile de parler de la peinture de CHAMPIEUX en un mot: Non figuratif.

Ses maîtres sont : Georges BRAQUE, CEZANNE, PICASSO mais avant tout Georges DEZEUZE, son professeur aux Beaux-Arts.

CHAMPIEUX a été honoré lors de la cérémonie des voeux 2014 au Moulin des Evéques  au cours de laquelle il lui fût remis un Ephébe d'honneur par le maire d'Agde Gilles D'ETTORE.



Jean-Yves MIRANDE


tr 8459Jean-Yves MIRANDE est un nom indissociable de celui de l’Ile des Loisirs.

Né le 7 septembre 1949 à Oran, il débarque dans notre ville en 1973 en provenance de Pau. La raison ? En tant que mordu de tennis, il participe à de nombreuses reprises aux stages organisés par le club de tennis Pierre Barthes. Tombé amoureux d’Agde, il s’y installe en 1979.

C’est en 1984 que son projet d’activité de loisirs voit le jour avec l’ouverture du «Géant Mini Golf», qui fête cette année ses 30 ans d’existence. S’en suivra, 10 ans plus tard, la création du «Dino Park» et de l’espace Dino Land. Ces trois activités ludiques et familiales sont désormais emblématiques de l’Ile des Loisirs.

Egalement administrateur de l’Office de Tourisme depuis 4 mandats, Jean-Yves Mirande est, avec Antoine Catanzano, à l’origine de la création de l’Association des Commerçants de l’Ile des Loisirs. On doit à cette association des événements tels que la fête du sport et des loisirs, le Championnat d’Europe de jet-ski, le premier rassemblement «tuning» en 2001 ou encore le «Retro-mobile» qui réunissait des marques telles que Triumph, Panhard, Jaguar, Pontiac, Cadillac, Jeep.

MEDAILLE VILLEDésormais vice-président de l’association, Jean-Yves Mirande en reste néanmoins l’animateur principal. Sa dernière animation en date est celle des «Belles du Cap» un rassemblement de voitures anciennes qui en est désormais à sa 4ème édition. Avec une fréquentation en hausse constante chaque année, cet événement est aujourd’hui un incontournable de la fin de la saison estivale au Cap d’Agde.

Père de 4 enfants, dont Vincent, qui est amené à prendre la relève de l’entreprise familiale, Jean-Yves Mirande n’a jamais cessé de se consacrer au monde associatif et au bénévolat pour faire vivre le quartier qu’il aime tant, celui de l’Ile des Loisirs.

Jean Yves MIRANDE a été honoré lors de la cérémonie des voeux 2014 au Moulin des Evéques  au cours de laquelle il lui fût remis un Ephébe d'honneur par le maire d'Agde Gilles D'ETTORE.



Marie Chantal PERRET 


tr 6944Marie Chantal PERRET est une mémoire de l' histoire du cap d'Agde arrivée avec les pionniers du Cap d'Agde.

Elle a tissé au fil des années un tissu relationnel conséquent au Cap d'Agde et est toujours présente afin développer et entretenir son quartier ou veiller au bien-être  de ses habitants.

Lorraine d’origine, plus exactement Nancéenne, Marie-Chantal PERRET est installée sur le Cap d’Agde depuis 39 ans, c'est une mémoire de l' histoire du cap d'Agde arrivée avec les pionniers du Cap d'Agde.

Ingénieur informaticien, elle a travaillée en Suisse, en Allemagne, ainsi qu’en France, plus précisément à Montpellier et à Toulouse. Ses parents avaient un appartement au Cap d’Agde et c’est là qu’elle a rencontré son cher mari, «son Pierre Perret à elle» comme elle dit malheureusement décédé depuis). A la retraite de ce dernier, le couple à décidé de venir s’installer au Cap d’Agde, dans une résidence près du port.

Ne travaillant plus mais étant une femme active, Marie-Chantal Perret va rapidement s’intégrer dans la vie de la cité au travers de diverses associations. Après avoir été co-présidente du syndicat de sa copropriété, elle prend part à l’association «Notre Cap», qui rassemble les copropriétés du Cap d’Agde et œuvre pour le bien-vivre au Cap d’Agde. D’abord administrateur, elle est, depuis la démisson de JC Galland en Octobre 2009 , devenue la présidente de l'Association Notre Cap  qui compte aujourd’hui 4 500 adhérents.

MEDAILLE VILLEElle est également membre du Comité de Quartier Cap Est.

En parallèle de ses fonctions dans la vie associative, Marie-Chantal s’occupe depuis plus de 16 ans de trois enfants vietnamiens.

Au départ, elle a apporté son aide en tant que voisine aux parents qui tenaient un restaurant, puis elle s’est naturellement occupée des enfants, leur faisant faire les devoirs le soir après l’école. Peu à peu, elle les a gardés le mercredi et puis pendant les vacances et aujourd’hui, elle est leur mamie de cœur.

Ce sont «comme mes enfants» dit-elle. Brayan, Océane et Sussy, respectivement âgés de 10, 14 et 19 ans, sont également très attachés à leur «Tata», ainsi que l’on appelle les aînés au Vietnam.



Jean-Michel OLTRA


tr 7311Né à Poussan en 1948, c'est du côté de la montée Joly qu'il a découvert les terres agathoises dès 1960. À la fin de ces années-là, son oncle et son père mettent le cap sur la plage pour y créer un camping et “la Brasserie des frères OLTRA” où il apprend le métier de cuisinier.

Le village naturiste se créait une âme.
Deux années plus tard, CAP et BEP en poche, il est embauché par un Nicolas Albono déjà bien décidé à faire de “La Tamarissière” un restaurant haut de gamme. Ca collait bien avec ses volontés mais en 1973, alors qu'il épouse Joëlle, Paul et René lui demandent de diriger la brasserie afin qu'ils puissent se consacrer avec Geneviève à la construction de Port Ambonne, d'Héliopolis, Hélio-village et de s'occuper du camping tel qu'il est aujourd'hui. En 1977, la brasserie est cassée pour laisser place à Héliopolis et naît alors à quelques centaines de mètres la “Brasserie de la plage”. 300 couverts tous les midis de juin à septembre, Jean Michel forge sa rigueur et devient papa d'Olivier, se passionnant de plus en plus pour le ballon rond.  Son mariage à une des premières femmes en France diplômée d'État ler degré de football a du certainement y contribuer.

En 1988, René lui demande de rentrer dans l'encadrement et l'organisation du camping. Il devient gérant du Centre Hélio Marin, un havre de paix qui jusque-là avait été négligé au profit logique des constructions. Une tâche lourde qu'il assumait en créant une véritable équipe composée aujourd'hui de plus de 100 personnes en été et 20 à l'année. Objectif qualité, le camping devient homologué et classé 2 étoiles en 1995. But atteint par une reconnaissance officielle. À partir de là, construction d'un village locatif haut de gamme en bord de mer.MEDAILLE VILLE

38 hectares, 2524 emplacements, 100 chalets et mobile home, 10000 personnes et une progression stable de 3 % par an caractérise le camping devenu un village de vacances. Jeunesse et dynamisme d'Olivier, classicisme et traditions de Jean Michel pour une recette de vacances qui semble combler les naturistes.

Chef d'entreprise, certes, mais être humain avant tout, Jean Michel s'épanouit dans les plaisirs simples de la vie. Marqué par sa rencontre avec l'abbé Henri Bérail en 1972, il participe au comité paroissial de St Benôit et fait ses voyages à travers les départements limitrophes, découvrant le patrimoine culturel et religieux, appréciant l'authenticité des gens. Quant à l'avenir, il n'est bon que s'il passe par un minimum de maintien des traditions.

Jean Michel OLTRA a été honoré lors de la cérémonie des voeux 2014 au Moulin des Evéques  au cours de laquelle il lui fût remis un Ephébe d'honneur par le maire d'Agde Gilles D'ETTORE.



Francis DAGADA


tr 7889S’il n’est Agathois que depuis 16 ans, Francis DAGADA s’est rapidement intégré à la communauté agathoise car l’homme est passionné d’histoire et de musique mais également parce qu’il aime rendre service à son prochain.

Originaire de Narbonne, où il a passé une partie de sa scolarité avec Béziers, c’est en région parisienne qu’il a longtemps vécu avant de s’installer dès sa retraite à Agde, avec sa femme, Arlette, avec qui il s’est marié en 1958. 
 

Cet heureux père de 4 filles et grand-père de 11 petits-enfants s’est illustré dans de nombreuses actions, au Secours Catholique durant 12 ans, en apportant une aide personnalisée aux plus démunis, puis au sein de l’école Notre-Dame, en tant que trésorier et Président de l’Organisme de Gestion de l’établissement.

Passionné d’histoire, il s’engage parallèlement auprès de Jules Cruells-Capèce pour la reconnaissance du Saint-Christ de Saint-Sever et tant qu’œuvre de Michel-Ange, à la recherche d’éléments confirmant cette thèse.

MEDAILLE VILLEIl est aussi Chancelier de la Confrérie du Saint-Christ qui a renouvelé, depuis 4 ans, une tradition vieille de 500 ans : la Procession du Saint-Christ.

Enfin, cet amateur de musique classique a été à la tête d’Agde Musica de 2002 à 2006, contribuant ainsi à la vie culturelle de notre cité.

Francis DAGADA a été honoré lors de la cérémonie des voeux 2014 au Moulin des Evéques  au cours de laquelle il lui fût remis un Ephébe d'honneur par le maire d'Agde Gilles D'ETTORE.
 



Guy MIRETE 


tr 6911« J’aime Agde, j’aime son port et j’aime les pêcheurs» confesse Guy Mirète, né le 8 décembre 1951 à Agde. Depuis toujours, cet amoureux de la mer n’a cessé de travailler et de défendre les intérêts de la profession.

Après sa scolarité, il part à Audiane, dans le Finistère Sud, à l’école d’apprentissage maritime. Il obtient le livret professionnel maritime et commence à naviguer dans la marine marchande, jusqu’en 1969. 

Après un nouveau passage par l’école d’apprentissage maritime, à Nantes cette fois, il repart naviguer jusqu’en 1971, date de son entrée dans la marine nationale. Durant 3 ans, il est basé à Brest et embarque sur de nombreux bateaux. Mais l’amour de sa ville est trop fort, et sa rencontre avec sa future épouse le pousse à revenir à ses racines. Il rentre alors au port de pêche du Grau d’Agde en tant que matelot pêcheur. En 1980, il acquiert un petit chalutier puis une vedette trémailleur en 1983. Il ne s’en séparera que 20 ans plus tard.

1983 est une année décisive pour l’engagement de Guy Mirète auprès des pêcheurs : il devient en effet 2ème Prud’homme d’Agde. C’est trois ans plus tard qu’il est élu 1er Prud’homme d’Agde, poste qu’il occupe encore aujourd’hui. De ce fait, Guy Mirète gère les ports d’Agde, défend les intérêts des pêcheurs et entre dans le débat des nouvelles réglementations de pêche.

En plus de cet engagement, il est actuellement vice-président et Directeur Général de la Criée du Grau d’Agde et assure la fonction de Président de la société d’économie mixte de la Criée.

Fortement impliqué dans la vie maritime de note cité, il est également gérant de la coopérative «Les pêcheries agathoises», qui regroupe tous les patrons pêcheurs du port d’Agde et qui a en charge la gestion du poste à carburant des bateaux de pêche. 

MEDAILLE VILLEComme il le dit lui-même, «même si je suis à la retraite depuis 2011, c’est un travail à temps complet, que je réalise bénévolement. Si je le fais, c’est avant tout dans l’intérêt des pêcheurs et de la Ville d’Agde». 

De son activité de pêcheur à la représentativité professionnelle, Guy Mirète n’a jamais quitté le monde maritime qu’il chérit tant.

Il est membre du Comité des Fêtes de la Saint Pierre ainsi que de la fête des pécheurs.
Il est de toute les batailles pour défendre sa profession.

Cet homme de la mer efficace a à cœur de réunir et rassembler cette grande famille de la pêche agathoise.
Il a  figuré en 1989 sur la liste du regretté Pierre Leroy Beaulieu pour représenter efficacement sa profession au sein de la municipalité.

Guy MIRETE a été honoré lors de la cérémonie des voeux 2014 au Moulin des Evéques  au cours de laquelle il lui fût remis un Ephébe d'honneur par le maire d'Agde Gilles D'ETTORE.





 

 

 

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.