Alain Di Crescenzo, président de la nouvelle CCI Occitanie (autoportrait)

A l'occasion de la première conférence de presse de la CCI grande région (Occitanie) créée au 1er janvier 2017, Alain Di Crescenzo a tracé son autoportrait. Après avoir souhaité une belle année 2017 à "la belle économie de notre région" avec beaucoup d'ambition, de construction, de succès, il a décliné ses vœux en trois points : se présenter aux journalistes, faire un état de l'économie régionale et présenter le programme de sa mandature. Autoportrait.

Agé de 55 ans (né en 1962), père de 3 enfants (3 fils de 22, 18 et 13 ans), Alain Di Crescenzo n’est pas Toulousain, comme ses fonctions le laisseraient entendre, mais Marseillais d’origine. Après vingt-trois années passées à Marseille, puis une dizaine d’années à Paris, il s’installe professionnellement à Toulouse.

Ingénieur de formation (Arts et Métiers), il obtient un DEA de mathématiques appliquées puis suit des études d’expertise-comptable. “Issu d’une famille modeste, ce fait a drivé toute ma vie, par la volonté de renvoyer la balle à ce beau pays et ce territoire que j’adore” a-t-il indiqué. ” Je dis souvent que je suis un ingénieur par accident, un entrepreneur par accident, et un président de chambre de commerce presque par accident”. Ingénieur par accident ? “Je n’étais pas du tout préparé à la carrière d’ingénieur : j’étais un sportif, un judoka passionné de ski. A dix-sept ans et demi, j’ai eu une fracture de la colonne vertébrale qui m’a conduit à faire autre chose”.

Même s’il reprend, quelques années après, le judo, qu’il pratiquera jusqu’à 33 ans, il intègre une école d’ingénieurs. “Mon projet était d’être enseignant-chercheur dans les mathématiques appliquées. Mais je ne me suis pas mis d’accord avec le directeur de thèse. En faisant un footing sur le campus de l’X – ma thèse était abritée à Polytechnique – j’ai rencontré un entrepreneur qui m’a invité à travailler avec lui dans sa petite société, XAO Industrie (3 salariés)“. Cette entreprise est devenue aujourd’hui un groupe, géant sur son secteur. Depuis 1998, Alain Di Crescenzo préside IGE+XAO, spécialisée dans la conception et la commercialisation des logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO), de gestion du cycle de vie (“Product Lifecycle Management” ou PLM) et de simulation entièrement dédiée à l’électricité. De 3 salariés, l’entreprise est passée à 400 collaborateurs ; elle compte 40 000 clients et est présente dans 22 pays sur 32 sites. Son siège est établi à Blagnac. IGE+XAO est cotée en Bourse. “Je n’ai jamais eu envie de changer d’entreprise ; elle m’a tout appris. Elle m’a construit en tant qu’homme. J’ai été jeune patron à 25 ans, jeune président de société cotée en Bourse à 34 ans. J’ai eu une éducation à l’anglo-saxonne basée sur 6 mots-clés : le respect des interlocuteurs et des équipes avec lesquelles je travaille ; l’efficacité, qui est fondamentale pour moi – nous sommes sur un marché en compétition, c’est vrai aussi pour les chambres de commerce. Puis la lisibilité : être lisible dans ce que je veux faire. La transparence, la communication et l’exigence. Pour les collègues qui me connaissent, je suis exigeant, mais d’abord envers moi-même”.

Alain Di Crescenzo s’est également engagé en parallèle au sein des réseaux économiques. “Je sors d’un milieu simple et j’ai toujours vécu dans le soutien associatif. Je suis toujours dans des mouvements associatifs positifs, bien sûr, pour faire en sorte d’aider”. Il a aussi un engagement patronal auprès du Medef et de la CGPME (devenue CPME), les deux en Haute-Garonne, “ce qui n’est pas antinomique d’ailleurs” constate-t-il. “Je me suis aussi engagé – par hasard – auprès des chambres de commerce”. Il s’explique : “Lorsque je suis arrivé de Paris, à Toulouse comme jeune patron en 1998, j’ai été reçu par le président de la CCI de Toulouse, alors président de Latécoére, qui avait fait la même école d’ingénieurs que moi”. Il se prend un “vol” mémorable en demandant à quoi sert une CCI et s’engage illico – il y a 3 mandatures – comme conseiller technique à la CCI toulousaine.

En décembre 2011, il est élu président de la Chambre de commerce et d’Industrie de Toulouse, et réélu depuis sans discontinuité. Durant ses mandats, il insiste sur 4 points forts : la dynamique, le terrain, l’hyperproximité et la prospective. “On ne sait pas converger si l’on n’a pas d’objectifs” affirme Alain Di Crescenzo. En décembre 2016, il est élu président de la CCI régionale Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, devenue au 1er janvier la CCI d’Occitanie. Il est également très investi auprès de CCI France : vice-président des CCI Internationales, administrateur des Chambres de commerce françaises à l’étranger, il participe à “CCI Demain – CCI Store”, la numérisation positive des Chambres de commerce, dont il dit : “je suis le point focal sur ces opérations-là”. “Ce qui m’anime pour sortir de ce que je suis, c’est une volonté forte et déterminée de relever le challenge de cette belle région d’Occitanie” conclut-il.

Autres fonctions :

  • Premier vice-président de la CCI de la région Midi-Pyrénées
  • Président de la Commission Internationale de cette même institution.
  • Vice-président de CCI International, administrateur de l’Union des Chambre de Commerce et d’Industrie Françaises à l’Etranger
  • Conseiller du Commerce extérieur de la France
  • Membre du conseil de surveillance de la Banque Courtois
  • Vice-président du conseil de surveillance de l’Aéroport Toulouse-Blagnac.
  • Il est Chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur et Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques.

Article connexe : CCI Occitanie, Alain Di Crescenzo : « Un projet ambitieux pour les entreprises du territoire »

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.