Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Faits divers / Insolite

Alexandre SOLJENITSYNE disparu

C’est toujours par le vide incommensurable qu’ils laissent  que l’on prend conscience de la dimension des personnages. Bien que ce site soit surtout destiné aux actualités locales, je m’attendais au mieux à ce qu’un hommage lui soit rendu,  au moins à voir une simple réaction sur la disparition  d’Alexandre SOLJENITSYNE. Mon propos n’est pas de […]

C’est toujours par le vide incommensurable qu’ils laissent  que l’on prend conscience de la dimension des personnages.

Bien que ce site soit surtout destiné aux actualités locales, je m’attendais au mieux à ce qu’un hommage lui soit rendu,  au moins à voir une simple réaction sur la disparition  d’Alexandre SOLJENITSYNE.

Mon propos n’est pas de faire une rétrospective de sa vie ni de son œuvre, mais de souligner son extraordinaire courage face à l’énorme puissance du pouvoir politique.

Je cite le philosophe et théologien J. François COLOSIMO dans un article extrait du figaro.fr :
 « Avec son catéchisme manichéen, ses temples manufacturiers, ses rites bellicistes et ses pontifes haineux, une gnose barbare prétendait au rang de religion universelle. Les charniers, qu’elle dressait par milliers pour des millions de victimes, lui tenaient lieu d’ex-voto. Et les intellectuels, au service du parti du progrès, de chiens de garde. Silence, on tue. Ce fut alors que, parmi des râles étouffés, des noms effacés, des cadavres amoncelés, se leva une voix. Des décombres de l’Histoire monta un chant. Une nouvelle Odyssée. La sienne. La leur. La nôtre. Parce que payée du prix eucharistique du sang.

«J’avais affronté leur idéologie, mais en marchant contre eux, c’était ma propre tête que je portais sous mon bras» (Le Chêne et le Veau).

«En taisant le vice, nous le semons»

 De ce tournant, à la fois retournement, conversion, ravissement au milieu du chemin de sa vie, devait découler, rare et secrète, la coïncidence en lui de la destinée et de l’œuvre. C’est qu’à rebours de toutes les repentances du monde, l’appel de la vérité avait placé son existence sous le signe radical du repentir. «En taisant le vice, en l’enfonçant dans notre corps, nous le semons» (L’Archipel du Goulag). Le mal ne tient que dans la clandestinité. Il n’est de damnation que celle, volontaire, du mensonge consenti. Et la leçon ne devait pas valoir que pour l’indicible horreur de l’Est. Elle allait s’appliquer au stupide bonheur de l’Ouest, à la bête idolâtrie de l’Occident confondant les biens et le Bien, l’argent et l’ordre, la jouissance et l’honneur.

Impardonnable. Tout comme était impardonnable sa volonté de vivre russe, de penser russe, de parler et d’écrire russe. Aussi, dès qu’il apparut, pour la première fois, comme en chair et en os, incarné, trop incarné, sur l’écran d’«Apostrophes», en 1975, réveilla-t-il la sarabande des énergumènes, adeptes du compromis et maîtres en manipulations… Menteur, réactionnaire, nationaliste, slavophile, tsariste, grand-russe et, au besoin… fasciste, antisémite… Ce fut pourtant Raymond Aron qui, dans ces mêmes colonnes, pressentant la nature biblique du mystère, retrouva l’évidence théologale en osant parler d’un visage illuminé par «un message de charité, de foi et d’espérance».

Combien furent-ils alors, et depuis, à comprendre l’unique vocation de Soljenitsyne ? L’élection qui l’avait saisi, dont il s’était saisi ? Ils se comptent sur les doigts d’une main en France Claude Durand bien sûr, Nikita Struve, Georges Nivat, Olivier Clément… Ce sont eux qui ont escorté l’œuvre, trop méconnue encore, alors que nos enfants, et les enfants de nos enfants, apprendront à lire le XXe siècle dans La Roue rouge.
Mais ce jour, comme pour Dostoïevski, il y a cent ans et plus, c’est ce peuple de Russie, absurde, saint et insensé, plein de péchés, à la démesure de ses piétés, qui fait honte au monde entier et que le monde entier envie, ce sont les pauvres, les humbles, les infirmes, les idiots, les ivrognes, venus des quatre coins de la terre russe, qui accourent en psalmodiant «Mémoire éternelle» pour embrasser et bénir la dépouille mortelle de celui-là seul qui sut les consoler en acceptant, pour lui-même, ici-bas, le lot de l’inconsolation. Et, avec eux, marchant à leurs côtés, invisibles mais présents, tous les morts sans sépulture du goulag, jetés dans la fosse, abandonnés à l’abîme, et ce jour, définitivement sauvés de l’oubli, entrant enfin, à la suite d’Aleksandr Issaïevitch, en sa compagnie, dans la paix du Père céleste. »
Cet homme exceptionnel, comme tout un chacun, n’était pas parfait mais il a eu  le mérite de lutter pour la liberté de son peuple.
Sachons donc  tirer les enseignements qu’il nous lègue, rien n’est impossible à ceux qui défendent avec force et conviction les valeurs essentielles.
La victoire de David sur Goliath est un exemple biblique, celle de SOLJENITSYNE a l’avantage d’être contemporaine,  vérifiable et authentique.

Les illustrations sonores sont choisies par la rédaction à titre purement humoristique et illustratif.

Elles sont totalement indépendantes du signataire de l’article


Jean Ferrat!


Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.