Après son introduction en bourse, BIO-UV signe deux commandes majeures

Bio-UV Group, spécialiste des systèmes de désinfection de l’eau par ultraviolets, tout récemment introduit en Bourse (Euronext Growth), annonce la signature de deux contrats majeurs avec CMA-CGM, 3e armateur mondial.

Introduit sur Euronext Growth (Lire l’article HJE en ligne) depuis le 10 juillet dernier, Bio-UV Group a pour ambition d’atteindre dès 2022 un chiffre d’affaires de 40 M€, soit une multiplication par quatre de son chiffre d’affaires de 2017. Le marché du traitement des eaux de ballast (Lire l’article HJE en ligne), aujourd’hui en pleine phase de décollage, constitue une des composantes majeures pour atteindre cet objectif. Dans ce contexte, le groupe basé à Lunel dans l’Hérault annonce deux commandes sur ce marché représentant plus de 5 millions d’euros, livrables et facturables sur les exercices 2018 et 2019.

Logo-herault-juridique

Article publié dans son intégralité dans votre espace abonnéAbonnement

La première commande porte sur l’équipement du traitement de l’eau des ballasts avec le système Bio-Sea de 9 navires neufs porte-conteneurs géants de 22 000 EVP (équivalents 20 pieds), à propulsion GNL1, et fabriqués en Chine.

La seconde porte sur la première série à équiper de navires existants, soit 8 porte-conteneurs de la série Opéra.

Bateaux neufs et existants devront être équipés

Une règlementation stricte a été ratifiée en 2017 à l’échelle internationale (IMO et USCG2) imposant depuis septembre 2017 à tous les bateaux neufs et à compter de septembre 2019 pour tous les bateaux existants (environ 50 000 navires d’après les estimations de la Société), de disposer d’un équipement de traitement de leurs eaux de ballast.

Positionné très tôt sur ce marché à très fort potentiel, Bio-UV Group a obtenu dès 2013 la certification de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) et depuis 2018 celle de l’US CoastGuard (« USCG ») aux Etats-Unis. Cette double certification permet au groupe lunellois d’assurer aux armateurs mondiaux que leurs navires pourront naviguer partout dans le monde, y compris aux Etats-Unis. Bio-UV Group fait partie du cercle très restreint des fabricants de systèmes ayant obtenu la double certification. Seules 2 autres entreprises au monde disposent à ce jour de cette double certification sur les systèmes UV.


BIO-UV Group

Créé en 2000, Bio-UV Group conçoit, fabrique et commercialise des systèmes innovants de désinfection de l’eau par ultraviolets. La gamme d’équipements développée s’adresse à plusieurs marchés :
– le marché récréatif, sur lequel Bio-UV Group est numéro un en France et en Europe du traitement de l’eau des piscines résidentielles par UV, ainsi que sur le marché public et semi-public de la déchloramination en bassins collectifs ;
– les marchés municipaux et industriels, sur lesquels ont été développées des gammes spécifiques pour des applications telles que la potabilisation, le traitement des effluents, la réutilisation des eaux usées (reuse), les eaux de process, l’aquaculture, etc. ;
– le marché des eaux de ballast de navires, qui bénéficie, depuis 2017, d’une nouvelle réglementation internationale imposant à tous les bateaux de disposer d’un équipement de traitement de leurs eaux de ballast.
En 2017, Bio-UV Group a réalisé un chiffre d’affaires de 10,2 M€ et un EBITDA de 1,1 M€, représentant une marge EBITDA de 11,1%. Au 31 mars 2018, l’effectif du groupe était de 61 collaborateurs.
BIO-UV Group est labellisée Entreprise Innovante par Bpifrance et est éligible au dispositif PEA-PME.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

 

logo hje

 

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.