Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Droit

Bessan - Ecouter et Agir ...

Les Bessanais (comme toute la population de l’Agglo) méritent une information claire et précise sur les questions posées précédemment (en lien, lire l’article du Midi-Libre). Outre l’information, les populations ont le droit à l’expression, notamment par la voie de leurs représentants élus que sont les conseillers municipaux. Nous persistons dans notre demande de réunion extraordinaire […]

Les Bessanais (comme toute la population de l’Agglo) méritent une information claire et précise sur les questions posées précédemment (en lien, lire l’article du Midi-Libre). Outre l’information, les populations ont le droit à l’expression, notamment par la voie de leurs représentants élus que sont les conseillers municipaux.

Nous persistons dans notre demande de réunion extraordinaire du Conseil municipal préalable au Conseil communautaire.

A notre proposition de séance du Conseil municipal en séance extraordinaire, quelques élus de la majorité répondent par la tenue d’une réunion publique. Une réunion publique, pourquoi pas?

Mais, au juste, une réunion publique avec quel objet? pour dire quoi? Serait-ce pour débattre? (autant donc débattre en Conseil) serait-ce pour justifier le statut quo? (parce qu’il génère l’ambiguité, le statut quo est à écarter) ou serait-ce même pour promouvoir le projet?
C’est à eux de répondre.

Si une réunion publique était organisée, encore faudrait-il que chacune des parties (porteurs et opposants au projet) puissent s’exprimer (séparément puis en débat contradictoire) selon des formes convenues, avec un temps de parole et sous l’oeil attentif d’un journaliste professionnel.
Les questions de la salle devraient être permises.

La tenue d’une réunion publique ne s’oppose pas à la convocation d’un Conseil municipal extraordinaire. Au contraire car le but de réunir un public est de l’informer. C’est la raison même d’une réunion publique. Or à quoi sert l’information si cette information n’est pas suivie d’une prise de position? A rien, si ce n’est peut-être à chercher de justifier (et sans le dire) le choix d’une option. En définitive, une information qui ne serait pas suivie d’une prise de position équivaudrait à une possible manipulation. Nous refusons toutes éventuelles manipulations et exigeons la clarté et le débat. C’est cela la vraie défense de l’intérêt général.

Pour justifier le refus de réunir le Conseil municipal en séance extraordinaire, il est objecté que
la torche à plasma ne serait pas implantée en territoire bessanais.

Pourtant,  le projet de l’Ecopole de la Valasse que nous combattons (ou combattions) ensemble n’est pas (ou n’était pas) en territoire bessanais non plus. Et cela n’a pas empêché la précédente municipalité de s’être joint à la tapageuse opposition. Et tant mieux. Donc, l’argument du ressort territorial est faux. Comment peut-on sérieusement utiliser ce  pseudo argument pour l’un et pas pour l’autre alors que l’un comme l’autre sont (ou étaient) pensés aux portes du village?
Que la torche à plasma soit implantée aux Roches bleues à St Thibéry ou à Bessan,  c’est du pareil au même.

Le temps de l’écoute doit précéder le temps de l’action.
Il est donc normal qu’une éventuelle réunion publique soit suivie du Conseil municipal en séance extraordinaire.

Enfin, le temps de l’action doit procéder du temps de l’écoute.

La compétence relative à la gestion des déchets est supra-communale.
De fait, la qualité de délégué communautaire procède de la fonction de conseiller municipal puisque les trois délégués représentant Bessan à l’Agglo sont élus par  le Conseil municipal. Donc, à titre consultatif, il est essentiel que le débat ait lieu en séance extraordinaire de ce même Conseil municipal. Nous confirmons donc notre demande initiale.
«Transparence et clarté» furent en leur temps les maîtres mots de la première élection du pouvoir communal en place. Déjà, c’était au sujet de la gestion des déchets.
Aujourd’hui, il appartient à la majorité d’appliquer ce vieil et important engagement.
A défaut, si quelques élus de la majorité faisaient la sourde oreille, cela signifierait qu’ils pourraient être liés à la position d’un autre prince. Pour quelles raisons?
C’est à la majorité de répondre. Son silence serait pesant.

Pour le groupe «Bessan en avant avec vous»
Gilbert Sanchez, Céline Lambert, Véronique Autin, Olivier Goudou,
Conseillers municipaux

http://nsa02.casimages.com/img/2008/10/10/081010044428382695.jpg

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.