Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

BESSAN - Histoire et patrimoine après le 11-Novembre : pourquoi la ville de Bessan possède deux monuments dédiés aux morts ?

A Bessan, deux monuments rendent hommage aux soldats morts pour la France lors des…

A Bessan, deux monuments rendent hommage aux soldats morts pour la France lors des deux guerres mondiales et des conflits successifs. Le premier est le monument aux morts de la guerre de 1914-1918, situé dans l’enceinte du cimetière vieux. Certains vont être surpris car bon nombre de Bessanais pensent qu’il s’agit de celui situé sur l’avenue de la Victoire ! Nous y reviendrons plus loin.

Dès la fin de la guerre de 1914-1918, la commune envisage la construction d’un monument en hommage aux concitoyens morts pour la France, et prend contact avec le célèbre sculpteur Injalbert. Plusieurs courriers, datant de 1921, indiquent qu’il aurait bien réalisé 2 esquisses mais aurait manqué de temps pour débuter les travaux. Début 1923, devant commencer le monument de Béziers, il pense pouvoir mener les 2 chantiers de front. Mais, lassée d’attendre, la municipalité se tourne alors vers Auguste Azéma, qui en 1922, est chargé d’ériger « un tombeau aux morts pour la patrie », ou monument aux morts, dans le cimetière. Il sera achevé en 1924.

L’année suivante, il est demandé à Auguste Azéma de construire « un monument à la mémoire des enfants de Bessan morts pour la France », ou monument du Souvenir, qui sera terminé en 1926. Depuis l’an dernier, les noms des Bessanais morts pour la France lors de toutes les guerres et de tous les conflits sont inscrits sur les 2 monuments : première guerre mondiale, seconde guerre mondiale, guerre d’Indochine, guerre d’Algérie… Juridiquement, les monuments aux morts sont pour la plupart des biens communaux et relèvent, comme tels, de la compétence des municipalités.

A l’origine, la fonction de ces édifices était de rassembler la population autour du souvenir de ceux qui ne reviendraient plus vivre dans la cité, faisant ainsi participer la commune au travail de deuil des familles. Ces monuments sont de nos jours souvent oubliés. Ils demeurent pourtant, à plusieurs titres, des témoins historiques, qu’il s'agisse de l’histoire des mentalités, de l’histoire de l’art, de l’histoire de la commune tout simplement : les noms gravés traduisent le poids des guerres sur la vie locale, quand ils ne sont pas aujourd’hui la seule trace de certaines familles. A Bessan, la population, les anciens combattants et les associations patriotiques sont invitées à participer le 11 novembre à une cérémonie consacrée à la mémoire et à la glorification des héros morts pour la Patrie. Les Bessanais et leurs élus se rassemblent pour cheminer vers le monument aux morts. Le 8 mai, ils sont invités à commémorer les événements de la seconde guerre mondiale en se regroupant sur le parvis de la Citoyenneté pour se diriger ensuite, en cortège, devant le monument de la Victoire, dit du Souvenir.

Les jeunes, élèves ou membres du conseil municipal des jeunes, sont également associés à ces journées, afin de contribuer aux hommages rendus et au nécessaire recueillement. Leur participation est aussi un des vecteurs de transmission et de réflexion sur les valeurs, les principes et les symboles de la République, respectés ces journées-là tels le chant de l’hymne national, la Marseillaise, ou encore le port du drapeau tricolore.

PHOTOS :

1/ Le monument dit du Souvenir, situé avenue de la Victoire a été construit en 1926 par Auguste Azéma.

2/ Le monument aux morts situé au sein du cimetière a lui aussi été construit par Auguste Azéma en 1924.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.