Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Bessan : le conseil municipal unanime refuse le projet de décharge à Montblanc

Ce n'est pas une surprise. Les élus du conseil municipal bessanais, majorité et opposition,…

Ce n’est pas une surprise. Les élus du conseil municipal bessanais, majorité et opposition, ont adopté une délibération hier mardi 25 septembre 2007 au sujet du projet dit de l’écopôle de la Vallasse de Montblanc.

 
Voici les termes de cette délibération :

 
« M. le Préfet a engagé, par arrêté du 27 juin 2007, une procédure de déclaration d’intérêt général pour la réalisation du projet dit « d’écopôle de la Vallasse ». Il s’agit d’un centre de traitement , de valorisation et d’élimination de déchets réputés non dangereux sur le territoire de la commune de Montblanc.
 
Il faut noter, tout d’abord, l’importance du projet, implanté sur 33 hectares représentant 21 années d’exploitation, à raison de 180.000 tonnes de déchets par an, et son implantation en limite du territoire de Bessan, à proximité immédiate de l’ancien centre d’enfouissement technique (CET) de la « Garrigue Haute » pour la fermeture duquel la population de Bessan et les élus se sont battus pendant des années. Cette implantation de même nature que l’ancien CET constitue à la fois une provocation à l’égard de la population bessanaise et un reniement des engagements qui ont été pris par l’Etat au travers de la convention de fermeture du site de Bessan.
 
Quant au projet lui-même, le manque de pertinence du choix de ce site pour accueillir les déchets ménagers de tout l’ouest héraultais, et sans doute au-delà, est évident.
 
Sur le plan des nuisances aux populations, il faut noter que les quartiers résidentiels de Bessan sont situés dans le rayon des 3 kms présentés dans le projet et les premières habitations à 200 mètres, ce qui fait de cette implantation un site dangereux si des émanations toxiques devaient se produire. Même si la société VALORSYS n’envisage que des émanations de gaz liées à la méthanisation on peut s’interroger sur l’opportunité de créer un centre de traitement de cette ampleur avec des contraintes si fortes sur l’habitat.
 
Sur le plan environnemental, le site est implanté sur la nappe Astienne, réserve d’eau précieuse mais fragile que le syndicat mixte d’études et de travaux de l’astien (SMETA) s’emploie à préserver depuis plusieurs années et alors même qu’un schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) a été prescrit. Le SMETA s’est fermement positionné contre toute création de centre d’enfouissement de déchets dans ce secteur. La commune déplore le manque de concertation et de cohérence entre deux politiques sectorielles relevant du domaine environnemental, la protection de la ressource en eau et la gestion des déchets.
 
Sur le plan économique l’atteinte portée à l’agriculture dans un secteur ou la vocation viticole est affirmée aura des conséquences sur le tissu économique local en particulier pour décourager les efforts entrepris localement pour développer l’éco-tourisme ou l’agriculture raisonnée. Par ailleurs, le site de la Vallasse se situe au cœur d’une région dominée par le tourisme avec les stations d’Agde, de Vias, Portiragnes et Cers. La dévalorisation du territoire en terme d’image s’inscrit en contrepoint des actions de développement engagées par ailleurs.
 
L’augmentation du trafic routier en particulier des poids lourds est évaluée par la société VALORSYS à 60 trajets jours de 20 tonnes et 30 trajets jours de 8 tonnes : soit 90 poids lourds par jour. Il faut rappeler que l’accès par la sortie autoroutière « Agde – Pézenas – Bessan » (sortie n°34 de l’A9) impose la traversée de Bessan, interdite aux poids lourds de plus de 5,5 tonnes de fait de voiries non adaptées. L’accès par Béziers supposerait de transiter par la zone d’activité commerciale. L’impact de ce trafic sur les itinéraires empruntés en terme de sécurité routière, de nuisance aux riverains et de charges pour la commune n’a pas été étudié dans l’étude d’impact, encore moins les mesures compensatoires.
 
Dans la forme, il n’est pas acceptable du point de vue de l’intérêt public que des projets de cette importance ne soient soutenus que par une étude d’impact rédigée par la société porteuse du projet elle même. La confusion d’intérêt qui en résulte ne peut garantir l’objectivité de l’étude, et est donc susceptible de conduire les pouvoirs publics à prendre des décisions qui ne sont fondées sur aucune étude sérieuse. Par ailleurs la commune de Bessan en particulier du fait de la proximité de sa zone d’habitat et les autres communes limitrophes auraient dû être associée en amont.
 

Pour ces raisons la commune de Bessan, représentée par son conseil municipal statuant à l’unanimité se prononce contre ce projet et demande instamment qu’il soit retiré ».

 
Lors de la séance, le maire de Bessan, Robert Raluy, a tenu à rappeler la création d’un collectif intercommunal contre ce projet. Il a indiqué qu’il le soutiendrait activement. Ainsi, les élus bessanais ont décidé de participer en nombre aux deux manifestations prévues par le collectif, à savoir le cortège de véhicules vers Montblanc ce vendredi 28 septembre pour signer le registre et la manifestation populaire du samedi 6 octobre, dès 10h, au péage autoroutier de Bessan. Toutes les bessanaises et tous les bessanais sont invités à y participer.
 
Par ailleurs, le maire de Bessan a indiqué qu’une motion contre le projet allait être adressée aux maires des communes membres de la communauté d’agglomération pour que les conseils municipaux se prononcent. A suivre…

 
La ville de Bessan.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.