Béziers : cambriolages et violences conjugales, le tribunal correctionnel a tranché

Le parquet de Béziers a annoncé que 3 hommes présentés en comparution devant le tribunal correctionnel ont été jugés le 28 juillet 2022, dans des affaires séparées.

Vol avec effraction

Le premier cas concernait un homme de 44 ans, de nationalité marocaine et en situation irrégulière. Il a été condamné pour vol par effraction dans un local d’habitation à un an d’emprisonnement avec maintien en détention et interdiction du territoire français pendant 10 ans. 

Les faits remontent au 26 juillet 2022 où l’individu avait été interpellé par un équipage de police de Béziers à proximité de la gare SNCF à 3h50. Il se déplaçait en VTT et portait un sac rempli de vêtements et de nombreuses pièces d’argenterie provenant du cambriolage. L’alerte avait été donnée quelques minutes auparavant par un homme qui venait d’interrompre le cambriolage de sa maison, avenue du président Wilson. L’auteur de l’acte avait reconnu les faits au cours de sa garde à vue, déclarant être arrivé en France en octobre 2021 pour “travailler sur les marchés”. Il était inconnu des services de police et de justice français.

Cambriolage

La deuxième affaire traitait un vol par effraction dans un local d’habitation, effectué par un homme de 33 ans. L’individu a été condamné à deux ans d’emprisonnement avec maintien en détention. Ce récidiviste avait déjà 18 condamnations dans son casier judiciaire. Il venait de sortir de détention le 5 juillet 2022. Le tribunal correctionnel lui a également interdit de se rendre pendant trois ans dans la rue Châteaudun, lieu de l’infraction, à Béziers, dans le but d’assurer la tranquillité des habitants.

Il avait été interpellé le 26 juillet 2022 peu après minuit par une patrouille de police du commissariat de Béziers. Le signalement d’un témoin indiquait qu’un cambriolage était en cours dans un appartement de la rue Châteaudun. À l’arrivée des policiers, il avait jeté par la fenêtre de son appartement des objets provenant du cambriolage commis à l’étage supérieur. Le suspect avait d’abord nié les chefs d’accusation lors de sa garde à vue, avant de les reconnaître devant le tribunal. Il a affirmé ne plus se souvenir des faits et explique s’être fortement alcoolisé et avoir été sous traitement médicamenteux pour tenter de lutter contre une addiction à la cocaïne. 

Violences conjugales

La dernière comparution portait sur des violences conjugales. Un homme de 24 ans a été condamné pour des violences habituelles sur son ancienne concubine en récidive légale à 12 mois d’emprisonnement, dont 8 avec sursis probatoire et maintien en détention. 

Dans le cas présent, l’individu avait été interpellé dans l’après-midi du 25 juillet 2022 par des policiers du commissariat de police de Béziers au domicile de son ex-concubine. Cette dernière présentait une plaie sanglante à la tête (ITT de 8 jours) causée par le jet d’un objet. 

Il avait reconnu la scène de violence mais n’avait pas évoqué de scènes de violence habituelles. Le tribunal correctionnel de Béziers a également révoqué les quatre mois d’emprisonnement avec sursis d’une précédente condamnation prononcée en 2020 pour des violences conjugales commises au préjudice de la même victime.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.