BEZIERS - JOURNÉE NATIONALE D'HOMMAGE AUX HARKIS : DISCOURS DE ROBERT MÉNARD, MAIRE DE BÉZIERS

JOURNÉE NATIONALE D'HOMMAGE AUX HARKIS : DISCOURS DE ROBERT MÉNARD, MAIRE DE BÉZIERSMes amis,…

JOURNÉE NATIONALE D'HOMMAGE AUX HARKIS : DISCOURS DE ROBERT MÉNARD, MAIRE DE BÉZIERS

Mes amis, chers amis,

Je suis heureux, vraiment heureux d'être parmi vous aujourd'hui, parce que je sais l’importance de cette cérémonie à vos yeux, à mes yeux.

Je vais vous confier quelque chose : l'actualité, avec ses flots de migrants, de réfugiés, réveille en moi les souvenirs du naufrage de l'Algérie, de cette Algérie que nous avons tant aimée.

En 1962, il y eut aussi d'immenses déplacements de populations. Mais ces déplacements de populations n'attiraient guère de compassion.

Je ne peux m'empêcher de penser que, lors des semaines terribles qui ont suivi le funeste 19 mars, les Harkis devinrent aussi des réfugiés. Des réfugiés dans leur propre pays.

Seulement voilà. En France métropolitaine, ces réfugiés-là n'ont pas été accueillis à bras ouverts. Pour les Harkis, il n'y a pas eu de pancartes “welcome”, il n'y a pas eu de “Je suis Harki”, il n’y a pas eu de jeunes filles accueillantes dans les gares, pas de journaux applaudissant l’arrivée de ces nouvelles populations. Pas d'associations vous offrant café et croissants chauds au petit matin. Eh non, vous n'étiez pas les bons réfugiés, ni les bons musulmans.

La gauche de l'époque, les humanistes de Saint-Germain-des-Prés, les éditorialistes de renom n'en n'avaient rien à faire. Au contraire, ils vous maudissaient, ils vous vomissaient, avec la même haine que celle des Algériens suppôts du FLN. Ils auraient préféré ne jamais vous voir débarquer. Vous troubliez leur bonne conscience.

Et pourtant, vous les Harkis, vous étiez des Français. Des Français patriotes, des Français qui avaient eu le courage de choisir le drapeau bleu-blanc-rouge.

L'accueil qu'on vous a réservé, ici, demeure une tâche sur l'honneur de notre patrie. Il fut l'injustice même. Nous devrons un jour en rendre compte. Nous devrons un jour vous rendre l'hommage que vous méritez. Et pas seulement au pied des monuments aux morts mais aussi dans les livres d'histoire, dans les manuels scolaires.

Je sais que pour votre amour de la France, vous n'avez reçu qu'insultes et crachats. Quand ce n'était pas les coups. Sur la terre même de ce pays pour lequel vous aviez tout risqué, la République osa vous parquer dans des camps. Des années durant, votre quotidien fut celui de baraques de fortune, où l'inconfort, la misère régnaient, alors que la France des Trente Glorieuses attendait son prochain frigo, sa nouvelle voiture.

Vous, les fils héroïques de l'Empire français, vous croupissiez dans les geôles de l'indifférence… aux yeux de nos gouvernants d’alors, vous n'étiez qu'un accident de l'Histoire. Quelle fin tragique, quelle fin pitoyable, pour ce qui avait été la fantastique épopée de l'Algérie française…

54 ans plus tard, je m'adresse aujourd’hui à ceux qui ont survécu et à leurs descendants. Mais il m'est impossible de ne pas avoir une pensée, de ne pas prier, pour tous les Harkis qui n'ont pas eu la chance d'échapper à l'enfer. L'enfer qu'était devenue l'Algérie indépendante.

Un enfer où vos familles, vos amis furent la proie d'assassins déchaînés. Un enfer qui soudain n’intéressa plus la “communauté internationale”. Un enfer où l'on tortura sans fin, où l'on ébouillanta, où l’on écorcha, où l’on enterra vivant les Harkis. Ce crime contre l'humanité ne doit jamais être oublié !

En 2016, au moment où un islam radical, barbare, revanchard veut nous imposer sa loi, je veux redire que vous les Harkis, vous êtes l'honneur de notre pays. Oui, on peut être Français, musulman et patriote. Vous l'avez prouvé, vous l'avez payé de votre sang !

Au fond, votre histoire fait de vous des sentinelles. Vous avez connu, vous reconnaissez cette intolérance, cette intolérance mortifère qui se cache sous les traits d’un certain islam. Vous êtes capables de nous mettre en garde. À nous de vous écouter.

C’est pour cela aussi que je me battrai toujours pour honorer votre mémoire.

Un mot encore : il y a quelque chose d’indécent, oui d’indécent, à entendre certains, à la veille, bien sûr, des échéances électorales, faire, vous faire ces promesses qu’ils n’ont jamais tenues, hier, quand ils étaient au pouvoir. Décidément les politiques, les petits politiques ne sortent pas grandis des drames de l’histoire. On le savait. On le constate une nouvelle fois.

Quant au chef de l’État, s’il vient, enfin, de reconnaître «la responsabilité des gouvernements français dans l'abandon des Harkis », c’est lui qui commémore le 19 mars, un mensonge d’État, une falsification, un révisionnisme, c’est lui qui va faire repentance à Alger, battant sa coulpe devant les caciques du FLN.

Mais l’essentiel n’est pas là. L’essentiel, c’est vous. Vive les Harkis !
Vive les patriotes Harkis !
Vive la France !

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.