BEZIERS - Mise en ligne du prochain numéro d'En vie à Béziers le 12 mars 2017

Dans l'actualité : "Là bas si j'y suis" à Béziers !Entretien exclusif avec Daniel…

Dans l'actualité : “Là bas si j'y suis” à Béziers !

Entretien exclusif avec Daniel Mermet

Daniel Mermet, animateur de l'émission “Là-bas si j'y suis” sur France inter jusqu'en juin 2014, aujourd'hui sur le site www.la-bas.org, est venu à Béziers pour préparer sa prochaine émission qui aura lieu ce dimanche 12 mars 2017 de 16h à 18h au Théâtre Sortie Ouest.

Propos recueillis par Robert Martin

Robert Martin : Vous allez installer les micros de “Là-bas si j'y suis” ce dimanche 12 mars 2017 au Théâtre Sortie Ouest. Pourquoi Béziers ?

Daniel Mermet : Parce qu'on a envie de Béziers ! En fait, on a de vieux amis, ici, les “Ogres de Barback”(1) qui m'ont dit mais pourquoi vous ne feriez pas une émission à Béziers ? C'est resté dans un coin de notre tête et puis, petit à petit, l'idée a pris forme de venir et essayer de comprendre comment çà marche, qu'est-ce qui se passe à Béziers en essayant de prolonger et de reprendre des émissions qu'on avait faites au temps de France Inter dans des villes de France qui s'intitulaient “Doléances et résistances”. On arrivait dans une ville et on essayait d'écouter et de faire entendre les doléances des gens du coin et puis les résistances, ce qui ne va pas dans le coin, toutes sortes de luttes, toutes sortes d'engagements. 

On va faire çà ici à Béziers, les doléances et les résistances, tout va être gai et rigolo.

(Avec une note d'humour et un sourire en coin, il poursuit…)

DM : Il faut que je vous avoue quelque chose, Robert Ménard est un “ami”, je suis journaliste, lui était un “formidable” journaliste qui s'est mis à faire de la politique, il n'est pas le seul. Noël Mamère fait de la politique, François Ruffin, un enfant de “Là-bas si j'y suis” se met à la politique, moi pas ! Mais Robert s'est mis à faire de la politique et j'ai l'impression que çà décline un peu son histoire.

Il m'a aidé dans le passé au temps de “Reporter sans frontière” et là, j'ai envie de lui donner un petit coup de main pour l'aider. Il est en train de glisser et il me semble en difficulté d'après les échos que j'ai et je pense que c'est le moment de le “soutenir”. Donc on va venir ici et on compte sur vous, habitants de Béziers, j'espère que çà va marcher, pour lui dire ” Robert, on est avec toi, Robert, tu es vraiment un petit führer formidable et on te soutient, voilà ! ” C'est ce qu'on va essayer de faire ce dimanche après-midi dans le cadre de Envie de Béziers.

RM : Bon courage à vous, à votre équipe et à vos invités.

DM : Je plaisante bien sûr car si on attaque sous cet angle-là je ne pense pas qu'on aura beaucoup de monde.

RM : Vous comptez sur sa présence ?

DM : Pourquoi pas ! S'il veut venir ce n'est pas un problème. J'essaierai d'être à la hauteur d'un personnage aussi important. En fait, on va essayer de comprendre quelles résistances il y a, il y a eu. On va essayer de sortir de la diabolisation imbécile qui consiste à dire “c'est un facho, c'est un connard, c'est la peste brune des années 30 qui revient”, tous ces arguments-là, on les connaît. Ce sont des arguments qui ont permis et qui sans doute étaient indispensables à la relative réussite du Front National. On va essayer d'être un peu plus modeste, d'écouter des gens également un peu plus modestes. Comment on en est arrivé là ? Comment il en est arrivé là ? Quelles sont les pistes et les moyens pour s'en sortir et quelle est la réalité ici ? On va essayer d'esquisser une réalité sociale , sociologique, politique de cette ville. Les premières impressions qu'on a c'est que la résistance à Ménard, à cette municipalité et à sa politique m'a l'air assez féconde. La première réjouissance, c'est qu'il n'y a pas rien. Des choses multiples, des actions, des associations, des mouvements , des rencontres, des discussions, des prises de conscience, tout çà c'est fertile et c'est heureux ! Ça débouchera sur quoi, quand et comment, nul ne le sait. Il faut être prêt, quoiqu'il arrive, toujours mettre les bottes près du lit pour sauter dedans quand le cheval passe.

RM : L'émission “Là-bas si j'y suis” est à écouter en direct ce dimanche 12 mars sur www.là-bas.org ce dimanche 12 mars de 16h à 18h, suivi d'un concert des “Ogres de Barback” 1

DM : “Là-bas si j'y suis” continue effectivement. Cela fait deux ans qu'on est sur le net, mais cela fait 28 ans qu'on est sur le coup quand même.

RM : Daniel Mermet, merci et rendez-vous au théâtre Sortie Ouest !

DM : Merci, à vous !

1) Les Ogres de Barback (souvent dénommés Les Ogres) est un groupe musical français auto-produit créé en1994.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.