BEZIERS - QUELLE STRATEGIE POUR LE MOUVEMENT ANTICORRIDA ? Déjeuner-débat samedi 25 avril

QUELLE  STRATEGIE POUR  LE  MOUVEMENT  ANTICORRIDA ? Déjeuner-débat Béziers  samedi 25  avril  de 11 h à 15…

QUELLE  STRATEGIE POUR  LE  MOUVEMENT  ANTICORRIDA ?

Déjeuner-débat Béziers  samedi 25  avril  de 11 h à 15 h

Avec J.P. Garrigues et T. Hély

Prière de s’inscrire  tél : 04 67 76 28 56

REFLEXIONS  POUR  SE  PREPARER  AU  DEBAT

L’opposition à la tauromachie ne date pas d’hier. Au 16ème siècle le pape Pie V publia la bulle « De salute gregis » qui radicalement et en termes définitifs interdisait les corridas dans tout le monde chrétien. Citons : « Nous défendons et interdisons par la présente constitution que nous déclarons valable à perpétuité… à tous et à chacun des princes chrétiens …de permettre dans leur province … des spectacles de ce genre ».  Bien que, dans le monde catholique, les papes soient réputés infaillibles et que leurs interdits soient donc sans appel, la bulle de Pie V n’a pas suffi à abolir la tauromachie.

Même en Espagne la lutte anticorrida est très ancienne. La corrida y fut interdite partiellement  à partir de1754 par le roi Ferdinand VI et totalement en 1805 par le roi Charles IV . A Joseph Bonaparte, installé sur le trône d’Espagne par son frère Napoléon, revient le déshonneur d’avoir rétabli ce que 2 rois d’Espagne avaient aboli.

En France la loi Grammont votée en 1851 interdisait et punissait les sévices publics infligés à des animaux domestiques, ce qui rendait toute corrida illégale. Cette loi resta en vigueur jusqu’en 1951 donc pendant cent ans. Or c’est pendant ces cent ans de prohibition  que la corrida fut introduite en France, s’y propagea et s’y enracina au point d’acquérir ici et là le statut de tradition locale. L’interdiction, pontificale ou légale, n’est donc pas, contre la tauromachie, l’arme absolue.

Certains militants placent leurs espoirs dans les institutions de l’Union européenne, jugées plus hostiles aux corridas que les gouvernements d’Espagne, du Portugal et de France. Or non seulement l’U.E. n’a jamais levé le petit doigt contre la tauromachie mais elle subventionne les éleveurs de taureaux de corrida.

D’autres  pensent que si les enfants n’accompagnaient plus leurs parents aux arènes, c’est le renouvellement du public qui pourrait être tari.

 Notons que la corrida est en train de s’effondrer en Espagne et décline en France depuis le milieu du 20ème siècle. L’avenir est donc prometteur. Nous aimerions pourtant accélérer le recul de la tauromachie. Ce qui conduit à chercher les raisons profondes de ce recul.  Quelle est donc la meilleure stratégie pour le mouvement anticorrida ?

Tel sera le thème du déjeuner-débat organisé par le COLBAC le 25 avril de 11 h à 15 h, à Béziers rue Général Margueritte à la Maison de la vie associative. Jean-Pierre Garrigues président du CRAC et Thierry Hély, président de la FLAC introduiront et animeront le débat.

Nous avons besoin de connaître le nombre de convives.

Merci donc de vous inscrire en téléphonant au 04 67 76 28 56 .

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.