Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Entreprises

Business (fil live) HJE du mercredi 10 juin, Eco Hérault : Orchestra, nouvelles aides au BTP, Legal Tech, JCE, MMBC, ESPI Montpellier, Institut de France…

Vos actus business du mercredi 10 juin 2020 : Orchestra : Pierre Mestre, l'interview / Soutien financier au bâtiment et TP / Les Legal Tech concourent à Montpellier / Immo : Business game à Lattes / Etude sur l'entreprise durable à Béziers / Un nouveau guide sur l'attractivité des territoires / Immo : une solution numérique pour les TMA en neuf / Business : le MMBC reçoit Eminence / Une fondation pour l'innovation éducative / Enquête sur le bio / Une plateforme start-up Afrique…

Synthèse de l’actu du mercredi 10 juin pour les abonnés de l’HJE… Réactualisation permanente tout long de la journée en fonction de la prise d’informations. A lire dans votre espace abonnés.

• Reprise d’Orchestra : Pierre Mestre veut finalement sauver l’entrepôt de Saint-Aunès et précise son offre

Lire l’interview en ligne


• De nouveaux soutiens financiers au BTP

Le BTP est l’un des secteurs dont l’activité a été la plus fortement réduite : – 88 % début avril, soit la même baisse que l’hôtellerie-restauration, alors même qu’il n’a pas fait l’objet d’une fermeture administrative à partir de mi-mars. Ce secteur représente 2 millions d’emplois et 11 % du PIB. Le BTP a bénéficié des dispositifs de soutien public mis en place par le gouvernement : le fonds de solidarité (360 000 entreprises pour 510 millions d’euros), les prêts garantis par l’Etat (60 000 prêts pour 8,2 milliards d’euros) et l’activité partielle (demandes déposées pour 1,4 million de salariés et 1,3 milliard d’euros déjà versé au titre des mois de mars et avril). Ce 10 juin, le gouvernement a de nouvelles mesures pour aider les entreprises du BTP à compenser les surcoûts et à accélérer la reprise.

Concernant la prise en compte des surcoûts :

  • le Premier ministre a adressé le 9 juin 2020 aux maîtres d’ouvrage de l’Etat, pour leurs marchés de travaux, une instruction pour leur demander de négocier rapidement avec les entreprises du BTP une prise en charge d’une partie des surcoûts directs liés à l’arrêt des chantiers et aux mesures sanitaires,
  • dans une circulaire du 20 mai 2020, le gouvernement a demandé aux préfets de promouvoir des chartes définissant une approche solidaire des surcoûts entre les entreprises du BTP, les maîtres d’ouvrage, dont les collectivités et bailleurs, et les maîtres d’œuvre. Pour aider les collectivités territoriales à financer une partie de ces surcoûts, les préfets peuvent utiliser leur pouvoir de dérogation pour mobiliser des dotations de l’Etat (dotation de soutien à l’investissement local DSIL et dotation d’équipement des territoires ruraux DETR),
  • dans le cadre du PLFR3, les entreprises de moins de 50 salariés qui ont subi des pertes de chiffre d’affaires importantes pourront bénéficier de remises de charges sociales jusqu’à 50 % sur leurs échéances des mois de mars à mai, sur simple demande à leur URSSAF. Toutes les entreprises pourront demander un plan d’apurement de leurs charges sociales reportées depuis mars sur une durée pouvant aller jusqu’à 36 mois,
  • un comité de suivi est créé pour objectiver les surcoûts liés aux pertes de rendement sur les chantiers compte tenu de l’application des règles de sécurité sanitaire. Piloté par le commissariat général au développement durable (CGDD) en lien avec les fédérations professionnelles, ce comité permettra de donner des références pour la négociation entre maîtres d’ouvrage et entreprises du BTP,
  • le gouvernement encourage les maîtres d’ouvrage publics à faire usage des dispositions de l’ordonnance n°2020-319 du 25 mars 2020, pour augmenter les avances aux entreprises titulaires de marchés publics au-delà de 60 % sans obligation de garantie à première demande. Cette mesure est applicable pour tous les contrats conclus jusqu’à la fin de la période d’urgence sanitaire, augmentée de deux mois. Pour les marchés publics, comme privés, le gouvernement a par ailleurs reporté de plusieurs mois, par ordonnance, les pénalités applicables en cas de retard.

Concernant le soutien à la reprise :

  • 1 milliard d’euros va être ajouté par l’Etat en PLFR3 à la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL), portant son enveloppe de 0,6 à 1,6 milliard d’euros. Elle vise à soutenir les investissements structurants des collectivités portant sur la santéla transition écologique, notamment la rénovation thermique de bâtiments publics, et la rénovation du patrimoine. Compte tenu de l’effet de levier sur les financements des collectivités, cette dotation doit permettre d’accroître les investissements locaux de 4,8 milliards d’euros. Ainsi, l’Etat versera aux collectivités locales en 2020 près de 10 milliards d’euros de dotations d’investissement. Il s’agit d’un effort très important de l’Etat qui apportera des commandes aux entreprises du BTP dans les prochains mois, dans le contexte de la mise en place des nouvelles équipes municipales et intercommunales,
  • le dispositif de garantie de l’Etat à l’assurance-crédit est fortement renforcé en PLFR3 pour permettre aux entreprises de conserver leurs couvertures. Cette mesure est très importante pour les entreprises du BTP dont la trésorerie dépend beaucoup du crédit interentreprises. La mesure sera mise en place immédiatement par décret pour les PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI),
  • dans le cadre du PLFR3, afin de soutenir la trésorerie des entreprises, les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés pourront demander dès 2020 le remboursement immédiat de leur stock de créances de report en arrière de leurs déficits, ainsi que des créances qui viendraient à être constatées en 2020 du fait des pertes liées à cette crise sanitaire,
  • pour maintenir les compétences au sein des entreprises et leur renouvellement, le gouvernement a annoncé la création d’une aide au recrutement des apprentis, de 5 000 euros à 8 000 euros par contrat préparant à un diplôme jusqu’à la licence professionnelle. Cette aide sera versée aux entreprises de moins de 250 salariés sans condition et aux entreprises de plus 250 salariés à la condition qu’elles s’engagent à atteindre l’objectif, déjà fixé par la loi, de 5% d’alternants en 2021. Cela devrait représenter plus de 130 millions d’euros pour le secteur,
  • les travaux des copropriétés constituent une part importante de la commande privée adressée aux entreprises du bâtiment et sont décidés en assemblées générales. L’ordonnance n°2020-595 du 20 mai 2020 permet de tenir ces assemblées générales sous forme de visioconférence ou par correspondance jusqu’au 31 janvier 2021, ce qui permet d’accélérer les décisions de travaux.

Au-delà de ces mesures d’urgence pour soutenir la reprise d’activité, le gouvernement prépare un plan de relance de l’économie qui sera présenté à la rentrée. Le secteur du BTP sera directement concerné par ce plan de relance au titre de l’investissement notamment pour la rénovation thermique et au titre des simplifications de procédures pour accélérer les projets et le lancement des chantiers. Ceci “sans diminuer les exigences environnementales tout en participant à la transition écologique”, a indiqué le gouvernement.


L’Incubateur du Barreau de Montpellier ouvre son Legal Hackathon 2020

Le 20 novembre 2019, l’Incubateur du Barreau de Montpellier (IdBM) avait distingué 4 projets* d’innovations numériques ou sociales appliquées au droit, à l’issue de son premier Legal Hackathon. Cet événement qui met en exergue des projets de Legal Tech et Legal Social est reconduit en 2020 sous une nouvelle forme. Les explications de François Girault, avocat membre de l’IdBM.

Un appel à idées. Le principe du Legal Hackathon est simple. Durant vingt-quatre heures, des équipes composées d’avocats, d’élèves avocats et de non-juristes formalisent et construisent ensemble des projets Legal Tech ou Legal Social (innovations numériques ou sociales appliquées au droit). Des experts et des coachs entourent ces futurs créateurs de start-up jusqu’au pitch final, qui permettra de désigner les lauréats du concours. L’appel à idées interviendra vendredi 12 juin (en visio) et s’étendra jusqu’au 15 juillet prochain. Les candidats peuvent postuler directement sur le site dédié, http://idbm-hackathon.legal/. L’appel à idées est ouvert à l’ensemble du territoire national.

+ Cet article est développé dans notre édition print du jeudi 11 juin 2020 (n° 3311).


• Le MMBC reçoit Dominique Seau, d’Eminence

Dominique Seau, président du groupe Eminence, sera l’invité de la rencontre (en présentiel) du Montpellier Méditerranée Business Club le 2 juillet.

Il invitera à réfléchir sur divers thèmes, dont : Comment traverser les crises ? Comment saisir les opportunités ? Comment emporter l’adhésion des équipes malgré les difficultés et l’incertitude ? Cette rencontre du MMBC rassemblera les membres et des entrepreneurs désirant découvrir en direct ce club de dirigeants de l’écosystème héraultais et gardois. Issus de l’industrie, des services aux entreprises et de la sphère publique, ils partagent une même volonté : développer leur business et partager leurs expériences dans un cercle de qualité.

Inscriptions pour participer à cette rencontre et découvrir le club MMBC : www.club-mmbc.fr.
Date : le 2 juillet, de 12h00 à 14h30 à Montpellier (lieu non encore défini).


• Un business game pour l’aménagement d’un foncier à Lattes

Des étudiants du Groupe ESPI Montpellier, spécialisés en aménagement et promotion immobilière, participent depuis plusieurs mois à un business game. Celui-ci consiste, cette année, à imaginer un réaménagement pour un foncier de Lattes. 
Un jury de professionnels (promoteurs, architectes, urbanistes, aménageurs, etc.) vient de désigner le groupe d’étudiants lauréats de ce Business Game. LEcole Supérieure des Professions Immobilières (ESPI) Montpellier est une antenne du Groupe (1 800 étudiants, 97 % des diplômés en emploi dès leur sortie de l’École, 1 Bachelor et 4 Mastères professionnels).
Les projets présentés peuvent être visionnés sur YouTube :
C’est le projet « EMERGENCE » qui a remporté cette 2e édition du Business Game ESPI Montpellier.
La vidéo du projet lauréat

• Entreprise et développement durable : une enquête menée par la JCE Béziers

Responsables ou représentants d’une structure qui agit sur le territoire Biterrois, la Jeune Chambre Economique de Béziers souhaite vous interroger sur votre vision de l’après-crise, notamment concernant la gestion des ressources.
Portée au niveau national par la Jeune Chambre Economique Française (JCEF), association de loi 1901 reconnue d’utilité publique, en collaboration avec le Pôle Eco-conception, association d’industriels et pôle ressource national missionné par l’ADEME, une enquête veut mettre en lumière les opportunités que cette crise révèle, afin de proposer de nouveaux modèles créateurs de valeur, alliant davantage développement économique et durable.
Une analyse approfondie des données par territoire sera réalisée par le cabinet Quantitude (institut de sondage missionné par la JCEF). Une restitution des résultats est prévue dans le courant du 3e trimestre 2020. La JCE invite à participer à cette étude dans le respect du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), cadre juridique sur la protection des données entré en vigueur le 26 mai 2018.

Accédez à l’enquête ICI


• Un guide pour développer l’attractivité des territoires

Le Conseil du Commerce de France publie, en direction des  maires, la seconde édition de son guide dédié à développer l’attractivité des territoires.

Maintenir et renforcer l’attractivité commerciale des territoires est, plus que jamais, dans le contexte inédit actuel, un enjeu majeur pour les élus locaux comme pour les commerçants. Si le confinement a permis de remettre le commerce de proximité au cœur des habitudes de consommation des Français, il s’agit désormais de maintenir et d’amplifier cette dynamique pour accompagner la relance et pérenniser les commerces, et ancrer durablement le commerce comme un partenaire de l’attractivité des territoires. C’est un enjeu qui préoccupe tout particulièrement les élus locaux, nouvellement installés ou bientôt élus, à quelques semaines du second tour des élections municipales. C’est la raison pour laquelle le Conseil du Commerce de France (CdCF) s’engage dès cette semaine en lançant la seconde édition de son guide concernant ces enjeux, et en mobilisant les maires avec des idées nouvelles et fortes pour accompagner leurs commerçants, moteurs du lien social et vecteurs d’activité économique. Consultez le guide ICI.


• Immobilier : une solution 100 % numérique pour les TMA (Travaux Modificateurs Acquéreurs)

Avec près de 6 000 logements en ligne, la société lyonnaise Show You propose une solution de gestion 100 % numérique des TMA clients (Travaux Modificateurs Acquéreurs) dans la promotion immobilière. Cette solution numérique de personnalisation dédiée aux logements neufs vise à permettre aux futurs propriétaires de devenir “architectes de leur logement neuf “.

Cet outil inédit, simple et intuitif, destiné aux professionnels et aux particuliers, permet la personnalisation de logements neufs et aide ainsi les futurs acquéreurs à mieux se projeter. Parmi les fonctionnalités clients de la solution Show You : la gestion des modifications en toute autonomie par le client (travaux modificatifs en direct sur l’écran) ; l’interactivité avec le promoteur immobilier et le maître d’œuvre via l’interface ; le prix immédiat avec l’affichage en direct du montant de la personnalisation : préchiffrage de chaque modification apportée et calcul du coût final du projet ; l’aménagement du logement avec la possibilité de placer son mobilier. Les valeurs ajoutées pour les promoteurs et maîtres d’œuvre sont multiples : création de prestations sur mesure pour chaque client avec la fonction de catalogue, gestion du temps sur le projet, génération de devis automatique suite aux demandes de personnalisation, contrôle du parcours client et de ses différentes options de personnalisation… Show You a reçu, en novembre 2019, la Victoire de l’Innovation digitale du groupe Progrès. La société lyonnaise, fondée par Lionel Granier en 2016, emploie actuellement 15 collaborateurs. Allez sur le site Show You


• Kairos, une nouvelle Fondation pour l’innovation éducative

Présidée par Xavier Darcos au sein de l’Institut de France, la Fondation Kairos a pour mission l’innovation éducative. Son objet est de soutenir les projets éducatifs innovants en France et dans le monde, notamment les établissements scolaires entièrement libres. Kairos souhaite également remettre la transmission vivante de la civilisation française au cœur de l’approche éducative.

C’est pourquoi la jeune fondation est abritée par l’Institut de France, qui regroupe les cinq prestigieuses Académies, dont l’Académie française. Elle apportera « son aide aux initiatives éducatives qui ont à cœur de transmettre la connaissance et la culture classiques, tout en prenant en compte de manière ambitieuse et lucide le contexte technologique, sociologique et culturel actuel ». Outre ses soutiens financiers aux projets éducatifs innovants, elle financera l’accès de ces établissements innovants aux enfants de familles à faibles ressources. A la prochaine rentrée scolaire, la fondation organisera un premier colloque portant sur la transmission ambitieuse de la culture classique à l’école comme antidote essentiel au communautarisme. L’écosystème de la Fondation Kairos est composé de trois acteurs : l’association Créer son école (www.creer-son-ecole.com), Educ’France (organe d’info-action pour penser l’école à 360 ° et la libérer) (www.educfrance.org), et le tout nouvel acteur qu’est la Fondation Kairos pour l’innovation éducative. Accédez au site de la Fondation.

+ Adresse : Fondation Kairos – Institut de France – 23, quai de Conti – 75006 Paris.


• Confinement : les produits bio ont séduit de nouveaux acheteurs

L’Agence BIO a interrogé les Français sur l’impact qu’a eu cette période sur leurs habitudes de consommation via une enquête conduite par Spirit Insight. Selon l’étude, près de 7 Français sur 10 ont acheté des produits biologiques pendant le confinement.

8 % des personnes interrogées sont de nouveaux acheteurs. 61 % en consommaient déjà avant. Ce score est significativement plus élevé auprès des personnes de 25 à 34 ans (54 %) et des catégories socio-professionnelles supérieures (49 %), deux profils qui étaient déjà les plus acheteurs de produits bio avant le confinement. La progression enregistrée est encore plus marquée au sein des catégories socio-professionnelles les plus modestes (11 %). Plus de 9 acheteurs sur 10 envisagent de continuer à favoriser les produits bio après le confinement.

Si les hypermarchés restent le circuit privilégié d’achat de produits bio (57 % des acheteurs), les résultats mettent également en évidence l’essor important de la vente directe (plateformes locales et/ou des AMAP) pour 22 % des acheteurs. Ces circuits ont rencontré encore plus de succès en milieu rural, où 37 % des habitants ont privilégié les circuits courts. La hausse de la vente directe enregistrée dans cette étude concerne bien les producteurs bio locaux. Les magasins de proximité ont ainsi été logiquement privilégiés par 24 % des acheteurs de produits bio, à quasi-égalité avec les magasins spécialisés bio (26 %). La vente de produits bio via le drive des supermarchés a enregistré une progression durant cette période (17 % des acheteurs). La commande sur Internet (hors drive de grande distribution) a convaincu 7 % des personnes interrogées. Le confinement semble avoir opéré une réelle prise de conscience chez les personnes de 50 à 64 ans, habituellement attachées à leurs habitudes de consommation. En effet, 54 % d’entre elles affirment avoir acheté des produits biologiques pour soutenir les producteurs français de bio. Une volonté particulièrement présente également chez les personnes vivant en zone rurale (55 %).

+ Etude Spirit Insight réalisée pour l’Agence BIO du 20 au 25 mai 2020 auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 1 000 personnes de 18 ans et plus.


• Bridges Builder, une plateforme pour les meilleures start-up africaines

+ Contact direct : Sanaa Berthié – sberthie@bridgesbuilder.com. Site web : https://bridgesbuilder.com

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.