Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Faits divers / Insolite

CAP D'AGDE - Le KARIBEAN SPRINGBREAK D’ESPAGNE : SE REPLIE EN URGENCE au CAP D’AGDE

Devant la pression des autorités espagnoles et  “l’acharnement des médias” qui ont dénoncé  en Espagne une débauche de sexe et d’alcool, les organisateurs du KARIBEAN SPRUNGBREAK 2016 ont décidé de transférer l’évènement  festif au CAP D'AGDE en France.  “Maillots mouillés, cocktails endiablés, rythmes enflammés…” La promesse des organisateurs de cette seconde édition du KARIBEAN SPRUNGBREAK 2016 avait remporté un […]

Devant la pression des autorités espagnoles et  l’acharnement des médias” qui ont dénoncé  en Espagne une débauche de sexe et d’alcool, les organisateurs du KARIBEAN SPRUNGBREAK 2016 ont décidé de transférer l’évènement  festif au CAP D'AGDE en France. 

“Maillots mouillés, cocktails endiablés, rythmes enflammés…” La promesse des organisateurs de cette seconde édition du KARIBEAN SPRUNGBREAK 2016 avait remporté un franc succès cette année.  

Plus de 1 500  jeunes venus d’Europe, des Caraïbes et des Antilles comptaient s’amuser durant quatre jours à SALOU dans une “ambiance hot, sans tabous et dans la plus belle station balnéaire de la région barcelonaise.”  Les autorités espagnoles relayés par les médias se sont érigés contre cette décision et  contre les organisateurs.

La publicité était attrayante : ” Ta première orgie en Espagne ” 

Et elle avait fait le buzz vers les jeunes participants  cœur de cible de ce type de manifestation ou il leur était assuré  “une belle opportunité de s'envoyer en l'air ni vu ni connu avec l'ivresse comme prétexte“.

Ces phrases prestement retirés des supports de communications ont toutefois mis le feu aux poudres  et ont suscité l’émoi et une très vive tension dans la ville de Salou.

Malgré les démentis des organisateurs indiquant par voix de presse qu’il s’agissait d’une plaisanterie, les autorités espagnoles ont peu gouté la farce et ont exercé  une grosse pression sur les organisateurs sur les hôteliers et  les restaurateurs de la ville qui devaient accueillir les “springbreakeurs”. 

Une pression qui aura incité  les organisateurs à  transférer l'événement en France au CAP D'AGDE !

Dans un communiqué  les organisateurs du Karibean spring break ont indiqué  que «  dans le but d’éviter toute manifestation de la ville de Salou … nous mettons en place tous les moyens logistiques et favorisons ainsi un Karibean Springbreak réussi dans un cadre le plus accueillant et adapté à court terme”.

Echaudés par cette levée de bouclier ESPAGNOLE qui a interdit purement et simplement  et la manifestation, les organisateurs se sont repliés en urgence au Cap d’Agde au camping LES SABLES D’OR.

La clientèle du camping LES SABLES D’OR et “les springbreakeurs” devra apprendre à vivre ensemble 

Un communiqué a informé les centaines de participants de cette décision et depuis c’est silence radio.

Joint au téléphone par les journamistes de FRANCE TV le village club les Sables d’or aurait confirmé qu’il accueillera bien cette manifestation à partir de ce jeudi et jusqu’à dimanche.

 “Nous attendons entre 400 et 800 personnes » précisent-ils tout en faisant la promesse aux autres clients qu’“ils ne seront pas gênés par le bruit. La manifestation est prévue dans un secteur plus éloigné.” 

Toutes les infos en temps réel sur le site FACEBOOK de l'organisateur 

Voir également l'article de FRANCE TV 

Voir les promesses faites aux participants : 

fff

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.