Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

CAP D'AGDE - Réponse au Président de Notre Cap

Monsieur le Président de Notre Cap,A titre liminaire, vos rappels sur mes liens familiaux…

Monsieur le Président de Notre Cap,

A titre liminaire, vos rappels sur mes liens familiaux ou mon attache matrimoniale sont révélateurs d'un manque de « retenue »  à la manière de ceux qui ne se rappellent pas que les femmes ont eu le droit de vote, et même, ne vous déplaise, celui d'être élues depuis Avril 1944 (*)

La personnalisation que vous faite sciemment du débat n'apporte rien de constructif à ce dernier et démontre bien la faiblesse et la légèreté de vos qualificatifs et de vos arguments comme je vais tenter de le démontrer ci-dessous.

Sur un sujet aussi important, vos nombreux plaidoyers en faveur d'un projet avant même le vote de votre bureau laisse penser que  votre association a agit en éclaireur d'un projet municipal.
Cet alignement, sans concertation de vos  adhérents directs ou indirects, qui vous financent, parfois malgré eux,  par l'intermédiaire de leurs copropriétés,  vous a fait passer, aux yeux de nombreux capagathois pour les petits télégraphistes défenseurs d'une décision municipale.
Si l'unicité de vue entre la pensée municipale et la vôtre semble ne pas faire défaut à la symbiose de vos relations,  vous me permettrez néanmoins d'écrire et de penser en totale liberté et ne vous déplaise en toute autonomie et sans assistanat !

Je remarquerai  ensuite que si vous vous êtes reconnus, Monsieur le Président dans les soutiens associatifs inféodés à ce projet  alors même que je ne vous ai pas cité, c'est soit que le qualificatif vous agrée, soit que vous êtes la seule association à avoir, avec autant de célérité,  emboité le pas de cette décision municipale.

Sur le fond maintenant :

La localisation des parkings :
Oui ! Selon ce projet, TOUS les parkings du centre Port seraient payants de la zone technique à Aqualand  (hormis le parking du Gévaudan déjà occupé par le marché )

La concertation :
Oui ! La concertation réelle n'a pas existé. La première réunion n'a été qu'une mise en état  d'un projet qui a laissé sans  voix les participants qui avaient été «  convoqués » quelques jours avant par téléphone.
Oui ! Comme vous l'indiquez, il y eu peu de réaction à cette première réunion.  Cela d'ailleurs peut se comprendre, les représentants associatifs responsables y participant  se sont légitimement retournés vers leurs adhérents pour prendre le pouls majoritaire de ces derniers.
Que n'avez vous été de ceux là au lieu de voler au secours d'un projet sans même consulter vos membres ?

La fluidification des circulations : 
Non ! Monsieur le Président ! Reprenez les articles de la presse locale ! S'il a été question de voitures ventouses, on a jamais indiqué que des parkings payants allaient fluidifier la circulation ! Je pense même que les barrières d'entrée seront un vecteur de ralentissement de cette dernière en haute saison sur le centre port.
Oui ! Monsieur le maire a indiqué  ( Quotidien régional du 11 décembre  ) que les recettes du stationnement payant  allaient impulser au CAP d'AGDE ( comme si les recettes d'un quartier devait être redistribuées dans un quartier ) des dossiers urgents tels que la rénovation des quais  

Les impôts et le stationnement :
Pour toute réponse je reprends encore les propos  de Monsieur le Maire édités dans un autre article de ML du 4 décembre : «  Ces parkings peuvent rapporter un million d'euros par an. Cela nous permettra de déclencher la rénovation des quais , du mobilier urbain de la station…. Pour pouvoir  être à la hauteur, soit on augmente les impôts, soit on optimise la ressource ! »
Si vous n'avez jamais entendu que les parkings payants supprimeraient les impôts par manque d'oreille, j'ose espérer que vous avez eu comme moi l'occasion de le lire dans une presse locale régionale que vous ne suspecterez pas de « grogner » contre la municipalité.

Quand à votre propos mettant en cause les «  quelques  » commerçants qui s'opposent à ces parkings payants , comme s'il n'y avait qu'eux  qui y étaient opposés, je vous en laisse la responsabilité.
Il me semble qu'une association de copropriétaires n'a pas pour vocation  de désigner un coupable de tous les maux et de l'opposer au reste de la population.
Il me semble également que vos jugements de valeur  sur « les commerçants intelligents »  par opposition, dans votre esprit, à ceux qui ne le seraient pas, parce qu'ils auraient un autre jugement,  est pour le moins inconvenant pour ne pas dire insultant.
Je vous rappelle que dans le nombre d'adhérents dont vous vous revendiquez, les commerçants sont nombreux à participer financièrement ( et souvent sans en avoir pris pleinement conscience ) au financement de  votre association.
Le but celle ci, devrait être de fédérer et de défendre les copropriétaires plutôt que de venir au secours d'un budget municipal en difficulté.

En espérant, Monsieur le Président de Notre Cap, vous retrouvez prochainement sur le terrain des idées et de l'argumentaire et non sur celui des mesquines attaques personnelles hors sujet qui sont indignes de la respectable association que vous représentez.

Florence Denestebe
Conseillère Municipale de la Ville d‘Agde

(*) Le droit de vote est accordé aux femmes en France le 21 avril 1944 par le Gouvernement provisoire de la République française, confirmé par l'ordonnance du 5 octobre, mais il ne sera utilisé que le 29 avril 1945 pour les élections municipales, puis en octobre pour les élections à l'Assemblée constituante.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.