Capitale culturelle : Sète échoue de peu

Le jury de Capitale culturelle française vient de désigner Villeurbanne première Capitale française de la culture. Mais Sète reste capitale culturelle quand même, a indiqué François Commeinhes, son maire.

Tristesse dans les rangs des amoureux sétois de la culture. Le jury a choisi Villeurbanne, mais Sète veut garder le cap ! L’Île Singulière reste fortement attachée à la culture.

“Avant tout, un immense merci et bravo à la soixantaine d’ambassadeurs, artistes, acteurs culturels, associations, mécènes, sans oublier les services de la Ville de Sète, les services et les maires de Sète Agglopôle Méditerranée, la Région et sa présidente, la Ville de Montpellier et son maire, le Port de Sète et son président, l’Agglomération d’Agde Hérault Méditerranée et son président, ainsi que nos partenaires (agences, prestataires, médias), les 2.500 Sétois qui ont signé la charte de soutien, et toutes celles et ceux qui ont clamé immédiatement leur soutien sans faille à cette candidature”. Dans une missive adressée ce jour aux rédactions, François Commeinhes indique que sa ville maintient le cap en matière culturelle. Une annonce récente sur la tenue des festivals d’été au quai du Maroc (lire notre article) en est un des jalons qui vont continuer à animer la Venise languedocienne.

sete 1

Un travail collectif qui ne prend pas fin

Le maire de Sète veut rester sur une note positive : “Cette candidature, que toutes et tous, avons vécu comme une formidable aventure collective, a permis de fédérer tous les acteurs de notre territoire autour d’une vision de la culture pour les 10 prochaines années. Parmi tous les projets imaginés (infrastructures, évènements, partenariats, etc.), de nombreuses initiatives verront le jour et seront pérennisées (comme l’Auberge(s), lieu de résidence pluridisciplinaire, ou l’association des mécènes, qui profitera de la dynamique positive initiée avec les partenaires privés du territoire). En effet, ce travail collectif ne prend pas fin avec l’annonce du lauréat, mais constitue au contraire une première étape fondamentale dans l’accompagnement à la mutation de notre territoire par la culture.”

La culture, une force de persuasion énorme

Et de poursuivre : “A Sète, la culture est notre quotidien, et elle fait aussi partie de notre avenir ! C’est pourquoi nous donnons rendez-vous à tous les ambassadeurs de la candidature de Sète 2022 et à l’ensemble de nos partenaires mi-avril pour une journée de réflexion qui permettra de tirer les leçons de cette belle candidature et de s’engager collectivement autour du projet porté par les acteurs culturels du territoire et notre ville, projet retravaillé et affiné.”

François Commeinhes rappelle aussi que la crise sanitaire a mis à mal notre société, dont l’un des vecteurs de sociabilité les plus importants est la culture : “A Sète, la résignation n’est pas dans notre vocabulaire. Depuis un an que cette crise terrible tente de terrasser le monde, loin de toute polémique inutile, nous avons redoublé d’efforts et d’imagination pour être un pilier confiant et un soutien réactif pour toutes et tous. Et puisque notre Ile Singulière doit tant à la culture, et qu’elle a été si durement impactée, c’est par elle, et pour elle, que nous entendons remporter le défi de la résilience, par un plan de relance global économique, environnemental, social, culturel et sociétal”.

Il conclut : “Panser les plaies d’une société fracturée, dessiner notre territoire de demain autour de quartiers innovants, renforcer l’attractivité de notre cité, offrir des débouchés majeurs en termes de formations et d’emplois dans la filière culturelle pour tous : c’est avec une énergie et un espoir renforcés que nous allons faire nôtres, encore plus, ces mots de Camus : « Dans le monde, il existe parallèlement à la force de la mort et de la contrainte, une force de persuasion énorme appelée Culture ».”

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.