L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Immobilier
Département Hérault

Céline Guitard : « Constructeur de maisons individuelles, une profession en pleine mutation »

Céline Guitard est la présidente du Pôle Habitat de la FFB Hérault. Elle évoque, pour l’Hérault Juridique & Eco­nomique, les mutations de la profession de constructeur de maisons individuelles. Sa délégation regroupe une ­quarantaine d’acteurs de l’acte de construire de l’Hérault et du Gard.

Le Pôle Habitat de la FFB constitue la première organisation représentative de la construction immobilière en France. Né le 1er janvier 2016 de la fusion entre l’Union des Maisons Françaises (UMF) et l’Union des Constructeurs Immobiliers de la FFB (UCI-FFB), il rassemble sous une même bannière 3 métiers de la maîtrise d’ouvrage privée au cœur de la politique du logement : constructeurs de maisons individuelles, promoteurs immobiliers et aménageurs fonciers. Trois métiers complémentaires et solidaires réunis pour développer leur intelligence collective et leur force de frappe politique.

Pour la seconde fois, le Salon de l’immobilier de la région de Montpellier ne peut se tenir pour cause sanitaire. Quelle est l’importance de ce salon pour vous ?

Céline Guitard : « Le salon est primordial pour l’ensemble des acteurs de l’acte de construire et pas seulement pour les constructeurs de maisons individuelles. Il permet d’être au contact des clients mais également de l’ensemble des professionnels, des industriels du secteur ; d’échanger sur les évolutions de nos métiers respectifs ; et de nous remettre parfois aussi en question. Le salon permet aussi de rencontrer les élus, de faire passer des messages pour leur expliquer notre métier. C’est une véritable fête entre confrères pendant trois jours dans un même lieu et avec un climat de convivialité. Cela fait deux sessions que cette fête n’a pas lieu, et cela nous manque, professionnellement et humainement parlant. »

Comment le marché de la maison individuelle se porte-t-il localement ?

Céline Guitard : « Nous constatons une demande très importante pour ce mode d’habitat, mais l’offre n’est pas en phase. En 2020, 13 700 maisons construites ont été livrées en Occitanie, un chiffre en baisse de 10 % par rapport à l’année précédente ; et 2 500 maisons dans l’Hérault, là aussi avec une baisse, de 11 %. Sachant que nous avions déjà connu des baisses sensibles, de l’ordre de 20 %, en 2019. Mais c’était une année ­d’élection. Nous enregistrons donc une baisse régulière de notre activité.»

La maison reste pourtant le logement préféré des Français ?

Céline Guitard : « Bien sûr ! Le problème n’est pas la demande, mais l’offre. Avec pour première cause le foncier disponible, même si nous sommes toujours à même de proposer des opportunités sur tous les secteurs géographiques. L’offre sur Montpellier se fait rare, et nous intervenons de plus en plus en 3e voire 4e couronne, par exemple en Vallée de l’Hérault, sur le secteur de Gignac, ­Clermont-l’Hérault. C’est un constat, et nous le déplorons. Car ce phénomène génère ensuite d’autres problèmes sociétaux, comme les temps de transport, l’émission de CO2, les déplacements intercommunaux, etc. En même temps, cela permet aux futurs acquéreurs, avec un prix du foncier raisonné, de pouvoir bâtir un logement de grande qualité ; un savoir-faire que nos constructeurs savent parfaitement maîtriser. »

De nouvelles normes pour la construction et de nouvelles politiques urbaines vont entrer en vigueur. Comment les appréhendez-vous ?

Céline Guitard : « Nous avons une approche et une perception différentes. Je pense que l’on oublie l’essentiel en n’écoutant pas les attentes du client final. Je fais aussi un autre constat : l’action municipale a pour but de donner un logement à tous en fonction de ses attentes et de ses moyens, voire d’encadrer les prix et d’éviter qu’ils ne s’enflamment. Aujourd’hui, je ne vois pas cela. Il devait se construire 6 000 logements par an sur la métropole, or nous en sommes péniblement à 2 500, tous types de logements confondus. Construire vert, nous savons le faire ; densifier les logements en lotissement aussi, tout en gardant une grande ­qualité de vie dans un cadre paysager. Nous intégrons également de nouvelles méthodes constructives, comme les matériaux biosourcés et même recyclés. Les constructeurs de maisons individuelles sont à même d’intégrer par exemple dans leurs projets des éléments en plastique recyclé, comme les planchers ou des huisseries. Avec un double impact citoyen et économique : une réduction des déchets en plastique par leur réutilisation, et le développement potentiel d’une filière qui pourrait créer les emplois de demain. Nous ne sommes pas contre les évolutions constructives, au contraire. Ce qui est gênant, c’est que ces évolutions soient imposées sans tenir compte des aspirations du client final. »

La RE2020 fixe de nouvelles règles, avec la montée annoncée de l’utilisation du bois dans les constructions…

Céline Guitard : « Le bois, les constructeurs s’y intéressent, bien sûr. Il fait partie de l’évolution de nos métiers. Nous avons d’ailleurs des constructeurs bois au sein de notre Pôle Habitat 34. Mais la construction bois, plus chère que la construction classique, reste un marché de niche : à peine 5 % du marché sur l’Hérault. La RE2020 renforce en effet l’utilisation des matériaux et énergies renouvelables dès le 1er janvier 2022, et plus fortement encore d’ici 2025. Au détriment des savoir-faire et des filières existantes comme celle du béton. En Occitanie, on observe très peu de production bois, un matériau qu’il va falloir importer alors que je dispose d’une usine de béton à quelques kilomètres de mes chantiers. Que dire de ces compétences, qui vont sans doute disparaître ? Cela peut être une catastrophe en termes d’emplois et de perte d’expertise. Cela veut dire aussi une mutation complète de nos métiers. La maison individuelle est une passion ; s’il faut construire bois, je construirai bois, mais ce qui me gêne le plus, c’est que l’on impose cette solution au détriment de modes constructifs expérimentés, technologiquement et économiquement en phase avec le marché et le potentiel financier des acquéreurs. Mon message aux ménages qui souhaitent investir dans leur maison individuelle neuve est qu’il faut qu’ils se décident vite. L’application prochaine des nouvelles normes constructives aura en effet pour incidence de faire monter nettement les prix de réalisation ».

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.