Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Faits divers / Insolite

Coup de gueule …. du CPEOM Rives de Thau de Marseillan

Les sites et liens ne sont que parties de nos actions, les internautes fidèles d’Hérault Tribune et du CPEOM, peuvent retrouver nos propos car le CPEOM Rives de Thau réagit au tract déposé par la liste de W. Méric, l’union au service de Marseillan, dans nos boîtes à lettres ce 13 Mars 2008. Nous  ne […]

Les sites et liens ne sont que parties de nos actions, les internautes fidèles d’Hérault Tribune et du CPEOM, peuvent retrouver nos propos car le CPEOM Rives de Thau réagit au tract déposé par la liste de W. Méric, l’union au service de Marseillan, dans nos boîtes à lettres ce 13 Mars 2008.
Nous  ne pouvons pas accepter les commentaires de conquistador portés sur document.
Peu importe à  qui incombe  les résultats sur le terrain, mais  quand même un peu d’honnêteté  et d’humilité s’il vous plaît!

Les lagunages,
Ils se devaient d’être une obligation pour l’extension de la ville de Marseillan. Le POS étant bloqué par la préfecture, Marseillan en entrant à la CABT , lui a permis la poursuite des constructions sur la ville
Il aurait été plus correct de dénoncer  le classement de l’Etang en zone sensible par l’Europe le 27 juillet 2007, en raison du bassin versant et ses rejets vers l’étang. Ceci  impliquant la construction de stations d’épurations en amont de ces lagunages qui ne peuvent traiter totalement les phénomènes d’eutrophisations. (Phosphates et nitrates)
Que de sommes d’argent englouties pour rien, mais sûrement pas pour tout le monde…
On rappelle que ces lagunages n’ont rien coûté directement à la Mairie de Marseillan, sinon à nous les administrés, avec une taxe de 1.148€ par M3 d’eau utilisée,  le financement de ces travaux se décompose :
Département 25%- Agence de l’Eau 30%- Europe(Feder) 20%- CABT 25%.
Nous complétons nos informations avec ce constat, les bassins n’ont pas été curés, les bulls s’enfonçaient, d’où la surélévation des rives qui présentent encore des imperfections de leur étanchéité.
On a constaté que lors de l’été 2007 les lagunages des Onglous étant en travaux, tout le traitement des eaux usées de Marseillan a été absorbé par la station des Pradels. Pourquoi avoir dépensé tant d’argent ?
Pour la petite histoire lors de l’inauguration de ces structures, aucun représentant de la CABT n’était présent, ….ils n’avaient pas été invités ! Bonjour l’ambiance !

Pour ce premier dossier cliquer sur :
http://cpeommarseillan.free.fr/index.php?mod=news&ac=commentaires&id=130
Le SPANC  si il y a un dossier qui nous fait bondir, c’est bien celui là. Oser mentionner que c’est grâce aux quatre élus communautaires que cette diminution du coût du contrôle des installations leur revient, il fallait oser, et ils l’ont fait. Sauf que sur le terrain les administrés ont pu se rendre compte des efforts du CPEOM pour arriver à ce résultat. JAMAIS W. Méric et ses colistiers n’ont engagé une démarche en ce sens. Nous aurions été les premiers à les en féliciter. Seul Didier Sauvaire Ex Maire de Balaruc (1er Vice président de la CABT) nous a reçus et appuyés sur nos réclamations. W.Méric étant Président de la commission environnement assainissement à l’Agglo. Ce dernier avait encore insisté lors du dernier conseil municipal de Marseillan en date du 14 décembre 2007, que des sanctions seraient appliquées pour les réfractaires à cette obligation, MAIS JAMAIS que ce soit en réunion publique  et à nos courriers restés sans réponse nous n’avons eu le moindre frémissement  et écho de ceci. Pour ce second dossier cliquer sur :

https://www.herault-tribune.com/index.php?p=p01&action=view&Ar_Id=2994&action=view

http://cpeommarseillan.free.fr/modules/uploads/fileup/CPEOM_Spanc_11.2007.pdf

Avenue de la gare,

là aussi quelle indélicatesse, nos différents courriers mentionnaient que ces oreilles de Mickey  décidées  en catimini par une poignée de solidaires à vouloir leur tranquillité, ont été l’objet de nombreux  commentaires d’hérésie de la part de Marseillanais, après les oreilles il a été placé des blocs énormes  du style des pyramides, nous amenant à appeler cette  voie l’Avenue des cent pierres. Mais sérieusement COMBIEN ENCORE ces travaux ont coûté à Marseillan, quel gâchis financier, reconnu par W. Méric que l’effet escompté n’était pas  celui réalisé
Pour ce troisième  dossier cliquer sur :
http://cpeommarseillan.free.fr/modules/archives/downloads/Avenue_de_la_gare_fevrier_2006.pdf
http://cpeommarseillan.free.fr/index.php?mod=news&ac=commentaires&id=33
Hameau du Rieu
Les riverains là encore sont pliés de rires, sauf que la réalité ces  7 années  passées sont dans le prolongement du REVE à la REALITE, pour s’en rendre compte : http://cpeommarseillan.free.fr/modules/uploads/images/CPEOM_a_mairie_26_06_2006.jpg
MALDORMIR, il suffit de se rendre sur place, et de voir cet abandon depuis des années, et nous faire croire que maintenant tout est possible…
http://cpeommarseillan.free.fr/index.php?mod=news&ac=commentaires&id=341
http://cpeommarseillan.free.fr/index.php?mod=news&ac=commentaires&id=433

Nous, nous avons eu l’honnêteté de publier ce document après les élections, et pourtant…..

Siège social  3 Siège social  30 0 S Siège social  30 Siège social  30 Siège social  30 social  30 rue des métairies-34340 Marseillan 0

—————————

Les
textes édités sur le site de libre expression Hérault Tribune sont
édités sous
l’entière et pleine responsabilité de l’auteur des textes
proposés qui atteste
qu’il ne viole aucun droit de tiers et la législation applicable en vigueur.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.