Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

COVID 19 - Un retour à l’école qui soulève doutes et inquiétudes...

Colère et fortes craintes chez les personnels des écoles après la déclaration lunaire d’Édouard…

Colère et fortes craintes chez les personnels des écoles après la déclaration lunaire d’Édouard Philippe

 

Le SNUipp-FSU 34, principal syndicat des professeurs des écoles, prend acte des annonces du Président. Son allocution soulève toutefois de nombreuses questions…

Des inquiétudes quant à la situation sanitaire à l’école : Le retour progressif à l’école à partir du 11 mai laisse songeur quand dans le même temps tous les lieux publics restent fermés. Les jeunes élèves ne peuvent pas respecter facilement les gestes barrières et peuvent être porteurs sains du virus. Comment éviter une nouvelle flambée épidémique quand près de 900.000 professeurs et 12 millions d’élèves seront rassemblés en classe ? Sans parler de la sieste en maternelle, des parents nombreux devant le portail, des repas à la cantine… Cette annonce n’est pas du tout sérieuse. De plus, comme l’a demandé le CHSCT ministériel du 3 avril, il faudrait pouvoir tester tous les personnels et élèves avant la reprise, mais aussi proposer des protections adaptées en grand nombre…

De l’incompréhension par rapport à l’absence de dépistage massif : Plus largement à l’échelle du pays, seul un dépistage massif pourrait permettre d’isoler et de soigner rapidement tous ceux qui sont atteints du virus. Mais annoncer que le dépistage ne sera proposé qu’aux personnes qui ont des symptômes, c’est acter qu’on ignore la période d’incubation et qu’on laisse circuler le virus !

Des interrogations sur les motivations de ces choix : Le Président laisse entendre qu’il faut vite rouvrir les écoles pour accueillir les élèves, afin que les parents puissent retourner travailler et relancer l’économie rapidement. Mais la priorité devrait être la santé de la population et non l’impact économique ! C’est ce qui devrait motiver l’ensemble des décisions, à commencer par la fermeture temporaire des entreprises non-essentielles, pour se concentrer sur la lutte contre la pandémie.

Des doutes quant aux bonnes intentions affichées pour « le jour d’après » : On ne peut pas se payer de mots ! La crise actuelle a montré le rôle essentiel des Services Publics, la nécessité de lutter contre les inégalités sociales, les efforts à fournir du point de vue écologique, l’importance des soignants en première ligne et des métiers de la « 2ème ligne », dont les enseignants… Il faut donc repenser le logiciel sur le plan économique, social et écologique ! C’est la raison pour laquelle 18 organisations associatives et syndicales dont la FSU ont publié la tribune-pétition « Plus jamais ça, préparons le jour d'après » . Nous demandons 4 mesures immédiates pour sortir de la crise et 3 mesures de long terme pour ne plus jamais en revivre.

Mais les faits sont têtus. Nous tenons hélas un exemple local particulièrement parlant dans l’Éducation Nationale. Alors que le confinement creuse les inégalités scolaires, des moyens de lutte contre les difficultés scolaires sont supprimés par le Directeur Académique dans l’Hérault : 15 postes d’aide aux élèves en difficulté sur tout le département et 15 autres postes dédiés à des écoles difficiles sont supprimés (CTSD du 9 avril)… En tirant les leçons de la crise actuelle, il faudrait au contraire donner massivement des moyens aux Services Publics pour lutter contre les inégalités.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.