L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Entreprises

Covid et entreprise : annulation de loyers, des annonces insuffisantes ?

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a annoncé le 17 avril l’annulation de 3 mois de loyers pour les TPE et des négociations de gré à gré pour les autres entreprises et leurs bailleurs. 16 fédérations du commerce * signataires d’une lettre ouverte au gouvernement appellent à la mise en place d’une solution collective […]

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a annoncé le 17 avril l’annulation de 3 mois de loyers pour les TPE et des négociations de gré à gré pour les autres entreprises et leurs bailleurs. 16 fédérations du commerce * signataires d’une lettre ouverte au gouvernement appellent à la mise en place d’une solution collective pour l’ensemble des entreprises.

Si les fédérations signataires saluent l’avancée pour les TPE, elles dénoncent des mesures encore très largement insuffisantes et qui ne répondent pas au cri d’alarme lancé par l’ensemble des entreprises et des acteurs du commerce. Elles appellent le gouvernement à se montrer solidaire de tous les commerçants et à trouver des solutions collectives applicables à l’ensemble de la profession.

Annulation et réindexation

Dans ce contexte, le collectif rappelle ses demandes formulées dans la lettre ouverte qu’elles ont adressée mardi 18 avril au Premier ministre, au ministre de l’Économie et des Finances et à la ministre du Travail. A savoir, l’annulation des loyers durant la période de fermeture, et leur indexation sur la réalité de l’activité dans les mois à venir, à partir de leur réouverture.

Trois critiques majeures

Plus particulièrement, les fédérations formulent 3 critiques majeures face aux annonces du gouvernement :
– Cette mesure ne doit pas se limiter aux seules TPE bénéficiaires du fonds de solidarité.Ce périmètre excessivement restreint est inacceptable au regard de l’ampleur de la crise” estime le collectif. “C’est l’ensemble des commerçants, petits, moyens et grands, quelle que soit leur taille, qui sont aujourd’hui fermés et qui sont menacés dans leur survie. Face à la crise, les petits commerces ne sont pas les seuls à tenter de survivre, c’est tout l’écosystème qui est en danger”. 

– Cette mesure ne peut pas concerner uniquement les grandes foncières immobilières, principalement propriétaires de centres commerciaux. Les centres commerciaux contiennent seulement 38 000 commerces, alors que ces secteurs d’activité représentent plus de 400 000 points de vente partout en France, notent les fédérations. Les centres des villes moyennes, qui sont déjà très affectés par la dévitalisation commerciale, seront les premiers à souffrir de la disparition des commerces, indiquent les fédérations.

– Cette mesure ne doit pas concerner uniquement la période de fermeture. La solution passe, selon le collectif, par la prise en compte également de la période de reprise, qui sera très progressive et donc risquée économiquement et socialement. Il est “impossible pour un commerçant, quel qu’il soit, de payer un loyer normal dans une telle situation” précise le courrier adressé au gouvernement.

Le collectif relève également que depuis leur fermeture, les commerces, quelle que soit leur taille, subissent une perte considérable de leur chiffre d’affaires. En plus de ces coûts, les loyers représentent jusqu’à 20 % de leur
chiffre d’affaires. “Le coût des loyers asphyxie l’écosystème tout entier.” note-t-il.

Des petits bailleurs sans locataires en 2021 ?

Les fédérations signataires s’interrogent également sur l’avenir de l’économie : quel sera demain le visage de ces villes moyennes, lorsque les commerces auront disparu du fait de la crise ? Quelle sera la situation des petits bailleurs qui n’auront plus de locataires en 2021 sans possibilité d’en trouver un nouveau ?


* Les fédérations signataires de la Lettre ouverte :

– André Balbi, président du Rassemblement des Opticiens de France
– Antoine Barreau et Hervé Dijols, présidents du Syndicat national de la Restauration thématique et commerciale
– Christian Bouldoires, président de l’Union de la Bijouterie-Horlogerie
– Michel Bourel, président de la Fédération française de la Franchise
– Thierry Doll, président du Syndicat des entreprises prestataires de services Sports et Loisirs
– François Feijoo, président de la Fédération Procos
– Philippe Gueydon, coprésident de la Fédération des Commerces spécialistes des jouets et produits de l’enfant
– Esther Kalonji, déléguée générale du Syndicat national de l’Alimentation et de la Restauration rapide
– Matthieu Labbé, directeur général de Fédérations des Entreprises de la Boulangerie
– Eric Mertz, président de la Fédération nationale de l’Habillement
– Christian Pimont, président de l’Alliance du Commerce
– Eric Plat, président de la Fédération du Commerce coopératif et associé
– Carine Shafroth, présidente du Syndicat national de la Restauration publique organisée
– Jérôme Valentin, président de l’Union Sport & Cycle
– Jean-Charles Vogley, secrétaire général de la Fédération du commerce et des services de l’électrodomestique et du multimédia et de la Fédération française du Négoce de l’Ameublement et de l’Équipement de la Maison.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.