Crédit Agricole du Languedoc va créer des centres d'affaires à Nîmes, Mende et Carcassonne

C'est l'annonce faite ce matin en conférence de presse par Véronique Flachaire, directrice générale de la caisse régionale, et son président Jacques Boyer. Après le succès du centre d'affaires de Montpellier installé à Odysseum, le modèle est dupliqué dans les trois préfectures départementales. Le groupe bancaire lance également la rénovation de ses centres administratifs de Montpellier et Nîmes. 25 M€ vont ainsi être engagés en trois ans sur le siège de Maurin, dont 5 M€ cette année.

Alors que le programme de rénovation des agences de la Caisse régionale s’achèvera en fin d’année (47 M€ d’investissement), le groupe bancaire annonce la création de trois nouveaux centres d’affaires inspirés du concept lancé à Montpellier, il y a quatorze mois avec l’@7Center d’Odysseum. A échéance 2020, les centres d’affaires regrouperont les métiers spécialisés de la banque : chargé d’affaires entreprises, la banque privée, les spécialistes de l’agriculture, le financement des collectivités locales… “Cela procure une bonne synergie pro-business entre ces métiers, ce que les clients apprécient, parce qu’ils trouvent toutes les compétences en un lieu unique. C’est aussi porteur pour l’image”, commente Véronique Flachaire.

Nîmes, Mende, Carcassonne

A Nîmes et Mende, il n’y aura pas d’acquisition de nouveaux locaux. Les centres d’affaires seront opérationnels d’ici 2020. Celui de la capitale gardoise sera installé sur le site administratif existant. “Un site qui a un certain nombre de qualités et qui est très connu. Une agence de proximité, le centre d’affaires et les équipes dites administratives seront regroupés”, confirme la directrice générale. A Mende, le lieu est également déjà choisi. Il s’agit du site historique situé en centre-ville. Il est “très bien placé, avec une grande agence déjà existante”. Pour Carcassonne, le centre d’affaires devrait intégrer une zone commerciale, le site historique étant trop éloigné du centre-ville. L’investissement pour la création des trois centres d’affaires est lissé sur trois ans.

Un projet d’ampleur pour les sites administratifs de Maurin et Nîmes

Autre annonce, les centres administratifs de Lattes-Maurin et de Nîmes vont bénéficier d’un lourd programme de rénovations sur trois ans. Pour ces sites créés il y a cinquante ans, ce projet “d’ampleur” doit permettre une mise au standard des équipements et leur réorganisation intégrant les dernières “évolutions dans la façon de travailler”.


Au sommaire de cet article accessible dans votre espace abonné :

– Cats : 700 salariés sur le nouveau site de Fréjorgues
– Véronique Flachaire : « Une tonalité positive pour l’activité 2018 »
– Record historique pour la distribution de crédits
– 50 000 nouveaux clients
– 2,7 milliards d’euros d’impôt sur les sociétés
– Gilets jaunes et casse
– Evolution du secteur bancaire et concurrence digitale
– La valeur de l’ancrage local
– L’emploi au Crédit Agricole du Languedoc
– Solidarité : un chèque de 347.000 € pour l’Aude
– La conjoncture nationale et en Languedoc
– Les chiffres du bilan 2018.

 

Pour 2019, l’investissement porte sur 14,5 millions d’euros pour les projets de nouveaux sites et 5 millions d’euros pour la rénovation du site administratif de Lattes-Maurin. Pour le centre administratif nîmois, la banque prévoit d’investir 12 millions d’euros sur 3 ans dont 8 millions d’euros en 2019. “80 à 90 % des travaux seront réalisés par des entreprises de la région” précise Jacques Boyer.

CATS : 700 salariés sur le nouveau site de Fréjorgues

Crédit Agricole Technologies et Services (CATS), qui est le partenaire informatique des Caisses régionales du groupe Crédit Agricole, a également lancé le regroupement d’un certain nombre de ses activités sur de grands sites opérationnels. Une de ces nouvelles structures sera implantée à Montpellier, à proximité de l’aéroport de Fréjorgues. Le site accueillera à terme 700 salariés.

Véronique Flachaire : « Une tonalité positive pour l’activité 2018 »

 

La directrice générale de la caisse régionale affirme : « Nous sommes très satisfaits de l’année qui vient de s’écouler. Le bilan 2018 a une tonalité positive ». Le Crédit Agricole du Languedoc, qui couvre 4 départements*, a un exercice 2018 à nouveau marqué par un record historique en matière de distribution de crédits, après celui de 2017. Le réseau bancaire régional a réalisé 3,9 milliards d’euros de crédits nouveaux, en croissance de 5,7 %. Tous les secteurs d’activité progressent. Les encours de crédits sont en hausse de 8,8 % sur l’habitat, « un marché qui tire fort l’activité » grâce à l’arrivée de nombreux nouveaux habitants. Si la totalité des encours de crédits est en augmentation de 6,4 %, l’épargne progresse moins vite, à 1,8 %. « C’est aussi le cas chez nos collègues, remarque la directrice générale. Notre région se développe, avec un marché qui fait appel au crédit et aux investissements plus qu’à l’épargne ». Concernant l’assurance des biens et l’assurance des personnes, la caisse régionale a enregistré 92 000 contrats nouveaux, avec un portefeuille d’assurances qui progresse de quasiment 4,5 %. La banque note également le développement de sa clientèle (50 000 nouveaux clients) avec, au final, un bilan 2018 « qui résiste bien à la situation avec un résultat net en hausse de 2,4 % à 166,8 M€ ».

50.000 nouveaux clients

La banque note également le développement de sa clientèle (50 000 nouveaux clients) avec, au final, un bilan 2018 « qui résiste bien à la situation avec un résultat net en hausse de 2,4 % à 166,8 M€ ». Si le produit net bancaire s’élève à 567,4 millions d’euros (en progression de 27,5 %), « ce sont des chiffres qui ne reflètent pas tout à fait la réalité, selon Véronique Flachaire. En 2017, la caisse régionale avait procédé à de grandes opérations de restructuration de bilan qui avaient amené à un résultat très fortement écrasé l’an dernier. » De fait, si l’on regarde le résultat net retraité de la caisse régionale, il est en légère baisse de 1,7%, liée notamment à des taux très bas et à « la renégociation des prêts, qui génère une baisse de chiffre d’affaires de 55 millions d’euros ! Nous renvoyons ainsi du pouvoir d’achat aux concitoyens ». Concernant, la croissance des charges de fonctionnement (+5,9 %) « nous avions en 2017 pour des raisons techniques un effet base très bas qui ne correspondait pas complètement à la réalité économique. Chaque année, nos charges augmentent en moyenne entre 2 et 3,5 %. Cela correspond notamment à des investissements importants, comme la rénovation de nos agences bancaires, qui s’achève en 2019, des investissements tout aussi importants dans les technologies et dans la formation. Les salariés de la caisse régionale bénéficient en moyenne de six jours de formation par an ».

2,7 milliards d’euros d’impôt sur les sociétés. Le groupe Crédit Agricole SA (France) dans son ensemble contribue à la collectivité au travers des impôts et des cotisations sociales. « C’est un retour à la collectivité que nous faisons par diverses sources, à hauteur de 5,8 milliards d’euros. » Une allusion au débat sur les entreprises françaises qui se portent bien et qui contribueraient peu à la santé financière du pays. L’an dernier, 2,7 milliards d’euros d’impôt sur les sociétés ont été acquittés par la banque. « Nous sommes heureux d’être un contributeur important. C’est positif » estime Véronique Flachaire.

Gilets jaunes et casse. 23 cas de détérioration d’agences du réseau bancaire ont été recensés en Languedoc. Montpellier et Nîmes ont été impactées. Les incidents concernent plusieurs villes du territoire. « Le Crédit Agricole n’est pas plus visé que les autres banques » a précisé Véronique Flachaire. Des mesures de protection des agences sur les sites sensibles sont mises en place le weekend. La directrice générale précise que ces dégâts sont bien sûr couverts et assurés, mais que « cela coûte à la collectivité ». Elle regrette notamment que le service au client soit pénalisé par la mise hors service des DAB.

Evolution du secteur bancaire. Le Crédit Agricole a fait le choix d’une stratégie 100% digital, 100% humain. “La clientèle veut pouvoir utiliser les services bancaires comme et quand elle le désire via des interfaces incontournables aujourd’hui que sont le smartphone et/ou la tablette” analyse la directrice générale. Les conseillers techniques de la banque sont là pour répondre aux questions et problématiques les plus pointues. Sur la concurrence des banques en ligne, Jacques Boyer estime que “C’est un modèle qui montre ses limites” elles représentent 8% du marché et “ aucune n’est rentable”. Et de citer Orange Bank  (200.000 comptes ouverts et 94M€ de déficit comme l’année précédente, a indiqué récemment l’opérateur historique) qualifiant ces banques digitales de profiteuses “elles se servent du réseau des DAB existant mis en place par les banques physiques”

La valeur de l’ancrage local. Malgré l’accélération des banques en ligne, le Crédit Agricole Languedoc croît en son modèle. Véronique Flachaire précise : «Ce que l’on est entrain de vivre, le prouve. Pour la clientèle qui a des besoins plus sophistiqués, nous disposons de tous les services digitaux et d’une bonne densité de conseillers sur les quatre départements.» La caisse régionale continue à investir sur son modèle avec notamment la création de centres d’affaires et la rénovation des sites administratifs historiques. «Nous trouvons que cet ancrage local, dans la région du Languedoc qui s’inscrit dans une politique de long terme, est une véritable valeur pour notre banque”. Elle naît de la conviction de “la valeur de notre modèle vis-à-vis de notre clientèle et le fait que l’on s’inscrive dans la durée dans toutes les régions de France, en proximité avec des implantations fort et très proche de la clientèle”.

Emploi. Le groupe Crédit Agricole SA emploie en France 110.000 personnes, et la Caisse régionale Languedoc 2710 dont 1400 dans l’Hérault (423 au siège de Maurin et 914 en agences. Aude : 318, Gard 934, Lozère 121). Chaque année au plan national, le groupe procède à 17.000 recrutements (7.000 stagiaires dont 750 jeunes en difficultés). 150 embauches sont réalisées chaque année par la Caisse régionale du Languedoc pour faire face au remplacement des départs naturels et en retraite.

Solidarité. Outre plusieurs actions solidaires comme l’accompagnement point passerelle (accident de la vie et population fragile), le CA Languedoc a mené une collecte de fonds auprès de ses caisses et de ses salariés au profit des sinistrés de l’Aude, sur le principe 1 euro collecté, un euro abondé par la banque. Un chèque 347.000 euros a été récemment remis à des instances associatives.

La conjoncture nationale et en Languedoc. Les chiffres de l’INSEE montrent que lorsque l’on se focalise sur le Languedoc, l’attractivité de la zone s’est nettement accélérée ces dernières années. “Ce qui est évidemment une chose très favorable au développement de l’économie” ajoute la directrice générale. Les résultats du groupe Crédit Agricole sont parus il y a quelques jours. La filiale cotée en Bourse, Crédit Agricole SA a dégagé l’année dernière 4,4 milliards d’euros. En progression de 12 % par rapport à 2017. “L’ensemble du groupe et sur un modèle très diversifiée est très solide” estime Véronique Flachaire. “Ces résultats sont réalisés d’une façon équilibrée sur l’ensemble des métiers de la banque”. L’ensemble des caisses régionales a dégagé 3,6 milliards d’euros d’activité en hausse de 20,9%. Pour un résultat net de 6,8 milliards d’euros. “Ce sont des chiffres importants mais le système bancaire a besoin d’être solide, constate la directrice générale. “On évoque souvent la dette de l’État, mais il y a aussi celles des entreprises et des ménages. Les banques et en particulier le Crédit Agricole qui est le plus gros acteur sur le développement du crédit sur le marché domestique français, font beaucoup appel au marché financier. Et ce marché a besoin d’acteurs bancaires solides pour délivrer des ressources. Le groupe Crédit Agricole est emprunteur sur les marchés financiers à hauteur 200 milliards d’euros pour nourrir la machine des crédits que nous proposons”.


CRÉDIT AGRICOLE DU LANGUEDOC : LES CHIFFRES DU BILAN 2018.

Encours de crédits au 31 décembre 2018 : 19 600 M€ (+ 6,4 %, contre 18 415 M€ en 2017) dont 11 966 M€ crédits habitat (+ 8,8 %) • Encours de collecte : 26 641 M€ (+ 1,8 %).

• Nombre de contrats d’assurances des biens et des personnes : 592 133 (+ 4,4%)

• Produit net bancaire : 567,4 M€ (+ 27,5 %) • Produit net bancaire retraité : 564,6 M€ (- 1,7 %) • Charges de fonctionnement : 313,6 M€ (+ 5,9 %) • Résultat brut d’exploitation : 253,8 M€ (+ 70,4 %) • Résultat net : 166,8 M€ (2,44 %) • Fonds propres : 3.207,5 M€ (+ 5,1 %) • Total bilan : 24 837 M€ (+ 5,9 %).

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.