De nouvelles étoiles Agathoises pour l'Association de l'Étoile Européenne du Dévouement Civil et Militaire.

Le samedi  23 avril  2011, à 18h00, Madame TRAXEL, sensible à la cause des…

Le samedi  23 avril  2011, à 18h00, Madame TRAXEL, sensible à la cause des bénévoles, tout autant qu'à celle des personnes dévouées, s'est rendue officiellement,  au centre international de tennis du Cap d'Agde pour décerner des médailles de son association “l’Étoile Européenne du Dévouement Civil et Militaire” à des Agathois qui se sont particulièrement dévoués au profit de causes humanistes, sportives, culturelles, et citoyennes.

En effet, ses “anonymes de la République” se sont particulièrement distingués sans relâche au quotidien avec dévouement et cela de manière altruiste, opiniâtre et désintéressé envers les causes qu'ils soutiennent.

Ainsi huit récipiendaires ont été honorés au Cap d'Agde :

  • Anna LARMIGNAT – CAPANO
  • Catherine COUDER
  • Francis GASQUET
  • Gaby RUIZ
  • André TOBENA
  • Jean Claude Jimmy RIGAL
  • Pierre CONNAN
  • Jean Louis GACHES

Ils ont reçu  leur médaille de l’Étoile Européenne des mains de Madame Anh Dao TRAXEL pour leur fidèle engagement au service du monde associatif et celui des solidarités. Cette reconnaissance voulue par Anh Dao est destinée à contribuer au développement d'un monde plus solidaire.
 
A cette occasion, Anh Dao a remis  le “Fanion du Dévouement” au titre du collectif des personnels du centre international de tennis du Cap d'Agde à son directeur Monsieur Francis GASQUET et cela au regard de leur fidèle dévouement au service des sports.

 Ce geste symbolique souhaité par Madame Anh Dao TRAXEL, est destiné à encourager ceux qui se dévouent pour autrui.


Anna LARMIGNAT – CAPANO


Est née à Serino en Italie au Sud de Naples. Elle est depuis 30 ans restauratrice à Palavas les Flots où elle a créé et dirigé pendant 23 ans « L’Escale » restaurant gastronomique 3 fourchettes au Michelin.

Depuis 5 ans, elle possède et dirige 2 restaurants traditionnels sur le Port de Plaisance.

En 30 ans, elle a formé environ une centaine d’apprentis aux métiers de la restauration.

Elle a aussi élevé 5 enfants, 2 garçons et 3 filles répartis entre l’île de la Réunion, Paris et Montpellier ; Tous travaillent. Ils ont été élevés dans des principes simples qui veulent que le travail, le courage et l’honnêteté soient la base d’une vie.

Elle a aussi 7 petites filles auxquelles elle consacre ses moments de liberté.

Travaillant actuellement de 8 à 10 heures par jour, Dimanches compris, elle est la compagne aimante du Colonel Rigal qui sera décoré également aujourd’hui et qu’elle va épouser dés que la saison qui commence sera terminée.

Femme de caractère et de principes Madame Anna Larmignat Capano a été  récompensée deL'étoile du dévouement Européen pour son courage et de son engagement pour les autres.


LARMIGNAT CAPANO 1


Catherine COUDER


Madame Catherine COUDER est née au cours de l’automne de 1957, à Saint Pons de Thomières, important village héraultais situé au nord-ouest de ce département, au cœur même du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc.

Son grand-père Monsieur CIVALE a été le fondateur de la carrière d’extraction de roches de Saint Pons de Thomières, par la suite, c’est tout naturellement son père, Monsieur René CIVALE qui prit en main les destinées de cette entreprise familiale, la dirigeant avec le succès qu’on lui connait pendant de très nombreuses années. Les produits extraits de cette carrière ont permis de participer à la réalisation d’un nombre important d’ouvrages dans notre département et en particulier la route qui relie aujourd’hui la ville d’Agde au Cap d’Agde.

Catherine est issue d’une famille de cinq enfants, deux filles Christine et Catherine ainsi que trois garçons Didier, Philippe et Thierry.

Catherine est devenue orpheline de père à l’âge de 15 ans, sa maman Huguette GLAISE Expert Comptable est décédée en 2006.

Après de brillantes études effectuées à Perpignan qui furent ponctuées par l’obtention d’un bac général, notre amie Cathy, c’est mise professionnellement au service de l’enfance en difficulté en intégrant une structure d’accueil médicalisée le «Mas Catalan » prés de Font Romeu.

Embauché en 1976, Catherine devenue Responsable, quittera cet établissement fin 79, pour intégrer en 1980 la Fonction Publique Territoriale sur la ville de Béziers, devenant la Responsable d’un Foyer Résidence pour Personnes Âgées, fonction qu’elle exercera jusqu’en 2007, année de son départ à la retraite.

Catherine est la maman de trois enfants issus d’un premier mariage   (Céline, Coralie et Romain). Divorcée, Catherine s’est remariée en 2009 avec notre ami André COUDER, présent ici à ses côtés.

Catherine n’a eu de cesse tout au long de sa carrière professionnelle de porter aide et assistance tant aux plus jeunes qu’aux plus âgés. Profitant de cette nouvelle orientation qu’est la retraite, Catherine décide de s’impliquer plus fortement encore pour améliorer les conditions de vie des personnes en situation de grande précarité.

Jamais fatiguée, poursuivant son action, Cathy intègre en 2008, le Lion’s Club du Cap d’Agde ou elle est aujourd’hui devenue la Présidente. Sa passion pour la mer et la voile l’a également amené à prendre depuis trois ans, de nouvelles responsabilités au sein d’un Club de Voile de la station en qualité de secrétaire.

Parallèlement à ses activités caritatives, Catherine vient d’ouvrir en ce début d’année au Cap d’Agde, un Cabinet Conseil en Relation Humaine. Elle vous y attend.

Cathy est une femme discrète qui vient de souffler ses 54 bougies, cette une passionnée de philatélie, une amoureuse de la nature, qui adore les randonnées, et qui aime pratiquer avec André la voile, mérite bien notre reconnaissance.

Aussi, devant cette carrière exemplaire, devant cette implication de tous les instants exercés auprès des plus démunis, elle a eu l' honneur de se voir  décerner  le  23 avril 2011, en Agde, la médaille de l’Etoile Européenne du Dévouement Civil et Militaire.


COUDER Catherine 1


Françis GASQUET


Né à Béziers en 1950 titulaire du diplôme d'enseignant de Tennis en 1980 Francis entraîne pendant 20 ans dans la région de Béziers.

Richard naît en 1986 et démontre très tôt de bonnes dispositions pour le sport et pour le tennis en particulier. Il monte en première série à 15 ans et intègre Roland GARROS .

La famille le suit et Francis travaille à la Mairie de PARIS pour promouvoir le Tennis dans les quartiers difficiles.Richard part sur le circuit professionnel gagne ses premiers points ATP.

L'opportunité d'intégrer la Fédération Française de Tennis se présente pour Francis qui s'occupe du programme des enfants de 12 ans.Ensuite il y a la rencontre avec le groupe Lagardère et la création du TEAM éponime.

En 2010 la vacance du poste de Directeur du CIT permet à Francis de présenter sa candidature et d'être accepté pour son plus grand bonheur.

Il nous a demandé de joindre à cette biographie son épouse Maryse solide dans tous les moments difficiles ainsi que PIERRE BARTHES déterminant dans la montée à PARIS.


GASQUET FRANCIS 1


Gaby RUIZ


“Tu veux qu'j'te chante la mer le long, le long des golfes…“ Un extrait de tube composé par Alain Bashung collant comme un gant à Gaby Ruiz, ne serait ce que pour son amour de la grande Bleue.

Né à Bessan en 1945, ce petit fils d'émigré espagnol a aussi des racines florensacoises remontant à 1632.
Turbulent mais bon élève, sa mère épicière à St Thibery et son père maçon lui font vivre une belle enfance autour de la place du marché où la bande de copains s'amusaient à “roder” dans le village pour vivre leurs aventures à travers les histoires de la bibliothèque verte. Des aventures pourtant bien réelles quand leurs recherches archéologiques” sur l'oppidum du Fort à Saint Thibéry se concrétisent par la découverte d'un squelette d'enfant daté de l'époque Gallo Romaine !

Sportif, il tâtera du ballon ovale en junior à Pézenas avant de se lancer dans la plongée sous-marine.
L'esprit d'équipe et l'amour de la vie le poussent naturellement à se diriger vers l'aspect associatif de la société, montant et animant un “club de jeunes” à Saint Thibéry dés l'âge de 16 ans. Le bac en poche, direction la fac de lettres à Montpellier pour être prof.

Licence d'histoire, 2ème échelon de plongée, il vivra Mai 68 avec des responsabilités scolaires, essayant de canaliser les débordements et de faire régner un semblant d'ordre au sein de l'établissement.
Surveillant au CET de Pézenas, il sera aussi “pion” à la Dullague de Béziers et au CET Clemenceau. Il épouse Line en 1969 et devient Papa en 1971, occupant désormais le poste de surveillant Général à Clemenceau dans la “capitale Régionale”.
La mer, les appâts pour la pêche et la plongée le motivant plus que l'Education Nationale, le voici “inscrit maritime” chez un conchyliculteur de Marseillan ; il rentre alors en contact avec un loueur de pédalos oeuvrant sur la plage de René Oltra.

En 1974 il devient Papa de Guilhem et crée “La Méridienne”, première concession de “plage privée” au village naturiste. L'été à la plage et l'hiver sur l'étang bien plus marrant que les cours de récré, même si, à l'inverse, les heures se multiplient !
Produisant ses coquillages dès 1978, Line ouvrira une poissonnerie à St Thibery.
Au début des années 80, la dizaine de plagistes Capagathois montent une “Association d'exploitation de bains de mer” que Gaby préside avant de créer “plage plus” avec Jean- Pierre ROUSSEL. La pratique du Triathlon lui vaut d'être directeur sportif de L'EUROMARATHON, l'Europe du sport avant celle de la politique ! Il envisage alors d'acquérir 2 vedettes pour des parties de pêche au gros. Il se séparera de son mas et ses parcs à Bouzigues, mais au profit de “l'Horizon”, la brasserie qui surplombe “sa” plage. Dès 1989, Line, et Guilhem s'occupent de “la Méridienne” pendant que Gaby fait de “l'HORIZON” un haut lieu du naturisme dans le pur esprit village familial.

Sur son initiative, 1989 sera également le départ officiel du “dernier bain de l'année” avec 12 participants (206 en 2004).
En 1995, il succède à la Présidence de Francis PONT pour l'Union des Professionnels du Tourisme Naturiste (UPTN) avant d'intégrer le comité Directeur de l'Office Municipal du Tourisme du Cap d'Agde et la Trésorerie du Groupement des Professionnels Agathois (GPCA) dès 1996.

Rigidité de principe inhérente à ses multi-activités, la jovialité et la bonhomie priment dans la vie de Gaby, à l'image de son principal projet : perdre une dizaine de kilos, histoire de comparer les photos du dernier bain de l'année…!

En 2008, il est élu auprès de Gilles D'Ettore conseiller municipal de la Ville d'Agde
En 2011 il se voit décerner la Médaille Européenne du Dévouement.

RUIZ GABY 2011


André TOBENA


Capitaine,entraîneur puis Président du Club de Volley-ball d'Albertville(Savoie)
Encadrement de stages de voile Plongée et Ski durant les vacances scolaires avec l'AROEVEN de l'académie de Grenoble.
Participation très active au jumelage Albertville et Winneden(Allemagne).
Investissement important dans le cadre d'échanges internationaux avec les USA l'Angleterre l'Allemagne et la Norvège.

Situations diverses

Actuellement adjoint au Député-Maire de la ville d'Agde,délégué à la jeunesse et aux sports avec pour mission l'éducation des jeunes,
la création d'équipements sportifs(stades complexe aquatique)ainsi que le suivi du fonctionnement des diverses associations sportives.

Services rendus dans les activités sociales,les commissions,etc…
 
A l'origine de la création du Centre Social,du conseil municipal des jeunes  et de l'école municipale des sports d'Agde
André Tobena a d'abord été un enseignant durant 40 années; agrégé de mathématiques,il a éffectué une remarquable carrière caractérisée
par une constante adaptation de sa pédagogie au profit des élèves(lycée) et des étudiants(CAPES,Ecole Normale)qui lui ont été confiés et
par un souci permanent du travail d'équipe et d'une recherche de la perfection avec ses collègues enseignants.
Ses rapports avec la hiérarchie de l'éducation Nationale,les résultats et les différentes missions assurées ont été des réussites marquées
par l'efficacité.
Des  témoignages de reconnaissance de ses anciens enseignés ont été nombreux et son intense et dynamique activité d'enseignant a
d'ailleurs été récompensée par l'attribution des Palmes Académiques en 1999.
La jeunesse et les sports font également partie des moments forts de sa vie;comme joueur,capitaine d'équipe,entraîneur puis plus tard
Président d'un club de volley_ball.Il a su transmettre les vraies valeurs du sport:volonté goût de l'effort,esprit d'équipe,solidarité confiance
réciproque; celles qui forgent les caractères et les personnalités.
Il s'est également investi dans des échanges internationaux,notamment dans des jumelages avec les USA,l'Allemagne l'Angleterre ,la Norvège afin de faire découvrir aux jeunes Français d'autres cultures et civilisations ainsi que le respect des autres citoyens du monde.
Ce segond et remarquable engagement a été récompensé en 2005 par la médaille de la Jeunesse et des sports.
Arrivé à l'age de la retraite, il aurait pu en rester là,mais dans le prolongement de ses engagements antérieurs,il s'est dirigé tout naturellement
vers la vie politique locale comme adjoint au maire,délégué à la jeunesse et au sport.
Il a ainsi pu poursuivre,avec le même enthousiasme,la mise en oeuvre de ses passions précédentes que l'on peut caractériser par la devise “être au service des autres pour vivre dans un monde meilleur”.

Homme rigoureux,passionné,honnête ayant le souci de la convivialité et du respect des autres il est marqué par la réussite dans ses différents engagements et son parfait désintéressement. 

En 2008 il est réélu aux côtés de Gilles D'Ettore qui lui a renouvelé sa confiance et qui en fait son 7ème adjoint Chargé des Sports

TOBENA 2


Jean Claude RIGAL


Le Colonel Honoraire Jean Claude Rigal connu une carrière militaire très riche et diversifiée qui l’a amené à être plusieurs fois détaché au Ministère de l’Intérieur, d’abord comme créateur de l’unité de sécurité civil n°7 de Brignoles dans le Var, puis comme Sous-Préfet représentant du gouvernement aux Terres Australes et Antarctiques française (T.A.A.F).

  • District de Saint Paul et Amsterdam.
  • Les autres districts étant l’Archipel des Crozet
  • Kerguelen
  • Terre Adélie

Il a terminé sa carrière militaire à la tête du Troisième régiment d’infanterie à Nîmes.

Depuis plus de 15 ans, il est directeur du Cabinet d’Audit de Sécurité JCR Conseil qui travaille en collaboration avec le Greta d’Agde pour les questions de sécurité en général et de Vidéo Protection en particulier.
Il est intervenu dans prés de 40 villes qui vont de Roubaix à Ajaccio.
Ambassadeur de la Courtoisie Française pour le Languedoc Roussillon, il est le compagnon et le futur époux de Madame Anna Larmignat Capano ici présente.

Il est récompensé  en 2011 au Cap d'Agde de l'Etoile Européenne du dévouement  pour l’ensemble de ses activités.
 


RIGAL Jean Claude 2


Pierre CONNAN


Monsieur Pierre CONNAN est en Avril 1934 à Lyon, d’un père parisien, ancien marin qui a servi cinq ans en Indochine dans les années 30, et d’une mère stéphanoise.

Pierre est l’aîné d’une famille de huit enfants. Le père a quitté ce monde très jeune ( 40 ans), ce qui fait que Pierre s’est retrouvé chef de famille à 17 ans.

Il a fréquenté l’Ecole des Métiers de Lyon, en vue d’obtenir un CAP de chaudronnier traceur. Le destin en a décidé autrement, du fait du décès de son papa, il a dû se mettre au travail pour nourrir toute cette famille.

Son grand père maternel, qui a fait la campagne de Verdun au cours du conflit de 14/18, était très impliqué dans les associations, puisqu’il était moniteur de gymnastique à la Française de Lyon, entre autres.
De ce fait Pierre a hérité des gènes du grand père, puisqu’il a été très tôt attiré par le bénévolat. Avant de satisfaire à ses obligations militaires, il a participé à la rénovation d’appartements à Lyon dans les années 53/54, avec l’Association de l’Abbé Pierre.

Puis ce fut la période militaire, en tant qu’appelé en 1955.
Il rejoint Mably, près de Roanne, pour sa période d’instruction, puis est dirigé sur Metz pour suivre le peloton d’élèves gradés. Mais ne pouvant effectué le maniement d’armes (qui se faisait à l’époque avec un fusil Mas 36) à cause de l’amputation du pouce droit lors d’un accident dans son jeune age, il est renvoyé dans son corps d’origine le 8° BMRG à Lyon caserne de la Part Dieu.
C’est ensuite le départ pour l’Afrique du Nord en 1956, où il rejoint le 43° Régiment d’Infanterie, basé dans le Rif au Maroc.
Il  séjournera seize mois au Maroc, toujours en mouvement,  notamment sur la frontière Algéro-Marocaine, où il effectue avec sa section commando des patrouilles de nuit, pour surveiller les passages des hommes du FLN qui viennent se réfugier au Maroc.

Rendu à la vie civile en Septembre 57, il reprend très vite ses activités professionnelles, et se révèle très tôt un meneur d’hommes, puisqu’on lui confie la maîtrise de chantiers en région parisienne et dans le Sud de la France, où il rencontre Francette qui deviendra son épouse.
De 1957 à 1995 il effectue diverses activités en tant que conducteur de travaux, toujours dans la construction métallique, chez Péchiney à Saint-Auban(04) en construction navales aux chantiers de la Seyne-sur-Mer et la Ciotat, au Centre Européen de Recherches Nucléaires à Genève pendant sept ans, puis un séjour en Arabie Saoudite, un temps comme artisan en serrurerie et coffre forts, de nouveau à l’étranger pour une période de cinq ans au Cameroun comme responsable du service entretien dans une usine de cellulose à Edéa. Pendant ce séjour, toujours rattrapé par le bénévolat , il donne des cours de traçage de soudure et de mécanique générale aux ouvriers africains.

De retour en France en 1984 ; il retrouve un emploi de technico-commercial dans une entreprise travaillant pour le CERN à Genève. Puis responsable du bureau méthodes dans une  entreprise espagnole toujours pour le CERN.
Les cinq dernières années se son activité il les passera, en tant qu’acheteur, dans la principale entreprise de constructions métalliques de Genève la société Mabilia, avant de goûter une retraire bien gagnée en Février 1995.
A ce jour Pierre en est à sa 48° année de bénévolat, en passant par le rugby, le football, la pétanque, la pêche, la Comité des Fêtes, dans les villes de Sisteron Saint Genis-Pouilly Edéa au Cameroun,  lors de ses pérégrinations.

Sa principale activité de bénévolat reste l’Union Nationale des Combattants qu’il a rejoint en 1984 comme Secrétaire pendant treize ans puis Président à Ferney-Voltaire, Président Délégué du département de l’Ain, Délégué aux Affaire Sociales de l’ Office National des Anciens Combattants de l’Ain.

C’est ensuite le départ pour l’Hérault en fin 2000, où il rejoint l’UNC d’Agde et en devient le Président en 2003 , dont il détient toujours le poste à ce jour. En 2004 il est nommé Vice Président Départemental pour gérer le douze sections UNC de l’Ouest du Département, allant de Lodève à Villeneuve-les-Maguelones. Il a été également Chancelier Départemental pendant cinq ans.

A Agde il participe, avec la Police Municipale, à l’organisation et l’ordonnancement des Cérémonies Patriotiques.

Pierre est marié avec Francette la Sisteronnaise depuis 1958 et toujours ensemble à ce jour. Il ont eu deux enfants, Florence et Tony. Tony a passé huit années dans la Marine Nationale et malheureusement a quitté ce monde beaucoup trop tôt.

Pierre a soufflé ses 77 bougies le 3 Avril dernier.

CONNAN PIERRE 2


Jean Louis GACHES


Jean-Louis Gaches  est né en AGDE à l’été 1948, de grands-parents viticulteurs (famille RAYNAUD) comme l’étaient d’ailleurs à l’époque la quasi- totalité des chefs de famille Agathois. Août était le mois des festivités locales en Agde et si la dernière guerre était finie depuis quatre ans déjà, il y avait encore des tickets de rationnement qui perdurèrent jusqu’à la fin de l’automne de la même année.

Sa mère Paulette RAYNAUD (née en Agde et décédée en 2010) était professeur de lettres au lycée d’Agde et y enseignera jusqu’en 1980 à des générations d’Agathois, le latin, le grec et le français. Son père ROGER était aussi professeur de lettres, mais à Bédarieux dont il était originaire. Il décédera lorsque Jean- Louis avait 16 ans.
Les temps avaient tout de même bien changé depuis cette guerre qu’il n’a pas connue et sa mère lui racontait que les premières filles (comme elle) qui avaient intégré le lycée mixte d’Agde avant-guerre allaient parfois avec leurs familles recueillir l’avis du curé pour savoir si la mixité avait vraiment du bon et si le mélange filles / garçons n’était pas contre nature !
De même elle lui rappelait que le chef de l’armée d’occupation allemande sur Agde qui était un officier autrichien et qui demeurait dans un logement réquisitionné dans sa famille, lui avait promis en 1944, qu’une fois la guerre finie, il y reviendrait avec des amis allemands pour y fonder un camp naturiste et c’est ce qui fut fait quelques années plus tard, non loin d’ici, en liaison avec des viticulteurs locaux.
On l’aura compris, Jean-Louis a recueilli de biens belles anecdotes sur sa ville et il sait aujourd’hui en faire profiter ses amis : il aime donc à faire revivre la tradition et à jeter des liens entre le passé et le futur, ce qui permet à tous de mieux comprendre notre environnement actuel.

Après des études secondaires au lycée d’Agde jusqu’en terminale (baccalauréat mathématiques élémentaires), il poursuivit des études supérieures à la faculté de droit et de sciences économiques à Montpellier (un de ses professeurs étant Monsieur Jules MILHAU qui a donné son nom à l’actuelle maison des savoirs de la ville d’Agde qui correspond à l’ancien lycée d’Agde) pour embrasser dans un premier temps le métier de professeur en économie et gestion entre 1970 et 1977 à l’I.U.T de Toulouse.
Mais ce n’était pas là manifestement le bon choix puisqu’il changea de voie en 1977 et passa le concours de commissaire de police où il fut reçu major, ce qui lui permit d’intégrer l’école nationale supérieure de police à Saint-Cyr au Mont d’Or près de Lyon où il resta deux ans.
Par la suite il fut affecté dans divers postes tant à Paris, qu’en Province et il prit sa retraite comme commissaire principal de Police à Nîmes à l’été 2005.
Dans son difficile métier, il fit toujours preuve de courage et d’humanité envers toutes les personnes qu’il a rencontrées, quelle que fut leur statut (auteur, victime, témoin) et a souvent accédé (en plus se son travail) à des requêtes d’assistance personnelle ou sociale.
Dans tous les postes où il a exercé, tous sont unanimes pour parler de lui comme d’un grand policier très humain, situé au-delà du tumulte des ambitions de la vie professionnelle.
Il est titulaire de la médaille d’honneur de la police nationale.
Marié avec Marie (elle aussi aujourd’hui retraitée), il a un grand enfant Mathieu âgé de 28 ans qui travaille comme opérateur en vidéo-surveillance à la police municipale d’Agde.
A la retraite et même bien avant, Jean-Louis donna beaucoup de son temps au sein de l’association du Lions Club de Cap d’Agde dont il fut président, pour aider ceux que la vie avait laissés sur le bord du chemin.
Nombreuses furent les aides apportées à diverses associations locales comme l’institut Raymond Fages (Batipaume) qui gère des handicapés sur le plan psychologique, l’association de BALDY qui s’occupe d’enfants délaissés ou ayant subis des violences, l’orphelinat de la police nationale Orphéopolis en
Agde qui recueille des fils ou filles de policiers en souffrance ou décédés dans l’accomplissement du devoir.
Quelle joie pour lui de voir tous ces jeunes rassemblés et ivres de bonheur devant tous ces beaux projets traduits en dons divers (ordinateurs, vélos de sports, jouets, …) qui avaient été financés dans le labeur et la discrétion de son association dont la devise est « On ne peut pas devenir quelqu’un dans la vie si on pas commencé à faire quelque chose pour autrui… ».
Cela signifie qu’il faut appliquer à tous les instants de la vie la loi éternelle de l’amour de son prochain et surtout « ne pas faire à autrui ce que l’on ne voudrait pas que ce dernier nous fît ».
Plus tard, il intégra comme chargé de la communication l’association A.V.F (Accueil Villes de France) nouvellement créée en Agde et chargée d’aider à l’intégration des nouveaux arrivants sur le commune en leur proposant des loisirs et activités diverses.
Et c’est ainsi qu’il put faire partager à ses membres son amour du terroir en leur expliquant comment le passé est une source vivifiante à laquelle il faut venir s’abreuver sans cesse si l’on veut progresser.
Pour tous ses mérites professionnels et associatifs, il lui fiut remis le  jour de la Saint Georges 2011, patron de tous les chevaliers, La médaille de bronze de l’Etoile Européenne du dévouement civil et militaire.


GACHES JEAN LOUIS 1

MEDAILLES 2011


 Vous pourrez mesurer ses actions humanitaires d'envergures nationales ou internationales sur le site : www.eedcm.com 



Les illustrations sonores sont choisies par la rédaction
à titre purement humoristique et illustratif.

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.