L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.

Dispositif d'aide aux avocats, les précisions du CNB

La présidente du CNB, la présidente de la Conférence des bâtonniers et le bâtonnier de Paris se sont entretenus le 23 avril dans l’après-midi, pendant une heure trente, avec la garde des Sceaux et ses collaborateurs. Le CNB apporte des précisions sur cette entrevue…  Lire aussi : Covid-19 et avocats : le gouvernement met en […]

La présidente du CNB, la présidente de la Conférence des bâtonniers et le bâtonnier de Paris se sont entretenus le 23 avril dans l’après-midi, pendant une heure trente, avec la garde des Sceaux et ses collaborateurs. Le CNB apporte des précisions sur cette entrevue… 


Lire aussi : Covid-19 et avocats : le gouvernement met en place des aides spécifiques pour la profession


> Sur les aides économiques à la profession :

  • Avances au titre de l’aide juridictionnelle

La ministre a répondu favorablement à la proposition formulée par les représentants de mettre en place un dispositif d’avances pour les avocats exerçant au titre de l’aide juridictionnelle. Ces avances seront distribuées par les CARPA. Elles seront destinées aux avocats assurant habituellement un nombre significatif de missions dans les dossiers aidés et dont l’activité est de ce fait fortement impactée par la suspension de l’activité judiciaire depuis le début du confinement. La ministre s’est engagée à affecter 50 millions d’euros pour ces avances. Un projet, présentant les détails et les conditions de ce plan d’avance, sera communiqué sous peu par la Chancellerie. Cette aide devrait permettre d’offrir un répit en matière de trésorerie.

  • Fonds de solidarité

Ainsi que le CNB l’avait demandé, la ministre a confirmé être intervenue dans la rédaction du décret du 16 avril modifiant les conditions d’éligibilité au fonds de solidarité pour les structures comportant plusieurs associés. Ainsi, le seuil de bénéfice annuel, qui était de 60 000 euros par structure, est porté à 60 000 euros par associé et conjoint collaborateur. C’était une demande forte de la profession, afin que des cabinets qui justifiaient de la perte de plus de la moitié de leur chiffre d’affaires sur les mois de mars et avril 2020 soient éligibles aux deux volets de l’aide (1 500 euros par mois et 5 000 euros) instituée par le fonds de solidarité des indépendants. Mais si le seuil de bénéfice ouvrant droit à l’aide est donc relevé pour les cabinets structurés (6 000 € fois le nombre d’associés), l’aide mensuelle reste limitée à un versement unique de 1 500 euros par cabinet quel que soit le nombre d’associés. L’accès à ces aides doit donc également tenir compte du nombre d’associés pour avoir un réel impact (1 500 € fois le nombre d’associés) comme cela semble être le cas pour les AARPI et associations d’avocats.

Par ailleurs, pour que la situation des cabinets ayant décidé de maintenir les rétrocessions de leurs collaborateurs soit prise en compte, il faut qu’une aide spécifique soit mise en place en faveur de ces cabinets lorsqu’ils auront constaté une baisse d’au moins 50 % de leur chiffre d’affaires, estime le CNB. La Chancellerie doit également préciser les modalités d’une aide de 1 500 euros versée aux jeunes avocats dont elle a fait l’annonce dans son communiqué.

  • Arrêt de travail pour garde d’enfants

La ministre a par ailleurs confirmé que les avocats libéraux, qui ne peuvent pas bénéficier du chômage partiel, pourront continuer à bénéficier, à titre dérogatoire, des indemnités journalières pour garde d’enfant après le déconfinement.

  • Caractère exécutoire des ordonnances de taxation d’honoraires

Afin d’accélérer les procédures de taxation d’honoraires comme l’avait souhaité la profession, la ministre a indiqué travailler sur une réforme permettant de ne plus rendre suspensif l’appel contre les décisions de taxation d’honoraires prononcées par les bâtonniers. Cette réforme permettra d’accélérer fortement le recouvrement des honoraires reconnus aux avocats par les décisions de taxation des bâtonniers et d’améliorer en conséquence la trésorerie des cabinets.

> Sur le fonctionnement de la justice, des annonces fin avril

Le CNB a fait part de son inquiétude de ne pas voir la justice figurer parmi les 17 chantiers prioritaires fixés par le gouvernement dans le plan de déconfinement. La ministre a indiqué que les annonces concernant la reprise des activités des tribunaux suivraient la présentation du plan de déconfinement gouvernemental fin avril.

Le CNB attend également une annonce claire sur le sort réservé aux vacations judiciaires. Sur ce point, la ministre n’a pas souhaité s’engager clairement à ce stade. Elle a indiqué vouloir travailler avec la profession d’avocat sur la prolongation des dispositifs dérogatoires prévus par les ordonnances prises en application de la loi organique du 23 mars 2020. Cela concerne notamment les dispositions de procédures sans audience, ou d’audiences de plaidoirie tenues en visioconférence.

Le Conseil national des Barreaux indique demeurer extrêmement vigilant sur le caractère nécessairement provisoire de ces aménagements, qui ne doivent en aucun cas conduire à un amoindrissement des droits de la défense ou porter atteinte au principe du contradictoire. Ce sujet sera à l’ordre du jour de l’assemblée générale du CNB du 15 mai, qui devra décider de la position de la profession sur ces hypothèses encore mal définies.

Un accès prioritaire pour l’obtention de masques

Concernant les masques, le CNB a rappelé qu’il appartenait à l’État d’assurer la sécurité sanitaire des avocats dans les enceintes des lieux de justice. La ministre a proposé de permettre aux avocats d’accéder au marché prioritaire de l’État pour acquérir des masques de protection produits en France.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.