Drawing Room ou l'excellence du dessin à La Panacée

De l'avis unanime des journalistes présents à la visite de presse, la 8e édition du salon du dessin contemporain Drawing Room est une bonne mouture. 14 galeries mettant 14 artistes à l'honneur ; la collection graphique de Jean-Charles de Castelbajac et son installation in situ ; ainsi que de nombreux événements rythment cet opus.

Cette année, chaque galerie participante propose les œuvres d’un unique artiste, pour accroître la lisibilité de l’espace dédié à chacune. Dans cette édition, on remarque que plusieurs thématiques se détachent…

Le mystère

La Galerie Clémence Boisanté présente des dessins grands formats de l’Allemand Simon Pasieka. Réalisés pour certains à l’encre de chine sur papier, ils évoquent le plus souvent d’étranges rituels accomplis par des adolescents vivant en communauté, en pleine nature. Des dessins nimbés de mystère, dans lesquels on aime à se perdre. Dans d’autres œuvres rappelant l’atmosphère des expéditions spatiales, par ses cadrages notamment, Simon Pasieka joue sur l’étrangeté. Un travail fascinant.

pasieka-simon-galerie-clemence-boisante
Simon Pasieka.

La Galerie montpelliéraine AL/MA propose des variations d’Eric Manigaud à la mine de plomb et à la poudre de graphite. L’artiste y reprend des photographies anciennes portant sur le spiritisme, la science et la médecine. On apprécie l’univers énigmatique de ses dessins. Il règne dans les dessins sur le spiritisme des ambiances de flottement, de mystification. Quant aux cobayes de la médecine, ils semblent perdus dans leurs pensées, sortis de leurs corps.

eric-manigaud
Eric Manigaud.

Autre travail mystérieux, les tissages de fils et mailles métalliques de Gaëlle Chotard, visibles sur l’espace de la Galerie Papillon (Paris), jouent sur les ombres et les volumes.

gaelle-chotard
Gaëlle Chotard.

 

L’architecture et le végétal

La Galerie Aperto expose des dessins au feutre d’Emmanuel Régent révélant la beauté des ruines et des naufrages. Au Liban, en Syrie… l’artiste a voyagé, croisé la douleur et décelé sa magnificence. Ses dessins sont autant d’électrocardiogrammes de la souffrance des peuples. Pourtant, aucun être humain n’apparaît dans ses œuvres. Leur absence même signifie la catastrophe.

emmanuel-regent
Emmanuel Régent.

Sur l’espace réservé à l’Under Construction Gallery s’élèvent des bâtiments d’Amélie Scotta. Réalisées au terme d’interminables heures de travail au scalpel en carte à gratter ou au graphite sur des rouleaux de papier, ses folies architecturales, par leur démesure, soulignent les errances de certains architectes, qui signent des architectures que l’on admire, mais dont on doute de l’utilité.

amelie-scotta-drawing-room
Amélie Scotta.

Autre adepte du noir et blanc, Chourouk Hriech est présentée par la Galerie Anne-Sarah Bénichou (Paris). Travaillant à l’encre de Chine et à la gouache, ses sources d’inspiration sont l’architecture, les végétaux, les oiseaux et les chimères. Sur l’espace dédié à la galerie, sa fresque en quadriptyque sur rouleaux de toile côtoie un vase abritant un dessin. L’œil se perd et voyage dans les multiples détails de ces villes imaginaires.

chourouk-hriech
Chourouk Hriech

Lauréat de l’une des cinq bourses octroyées cette année par Mécènes du Sud Montpellier-Sète, Hadrien Gerenton, représenté par la Galerie ChantiersBoîteNoire à Montpellier, s’intéresse à l’aspect sculptural, dans ses dessins qui portent essentiellement sur le végétal. Il réalise également des sculptures, que l’on peut voir en regard de ses dessins (réalisés au fusain, à l’aquarelle et au cirage).

hadrien-gerenton
Hadrien Gerenton

 

Réappropriation

Autre galerie montpelliéraine, Iconoscope donne à voir, à la Panacée et dans ses propres locaux jusqu’en décembre, des œuvres à quatre mains d’Hippolyte Hentgen, entité constituée des artistes Gaëlle Hippolyte et Lina Hentgen. Le duo se réapproprie des affiches de cinéma très connues et des images hyper diffusées pour leur redonner vie de diverses façons, par l’ajout de lignes géométriques, mise en relief, frottage, collage, etc…

hippolyte-hentgen
Hippolyte Hentgen

Autre travail de réappropriation, pour la Galerie Vasistas, Sylvain Fraysse présente cinq gravures créées d’après les photographies prises par la police dans l’appartement de Los Angeles du chanteur de Nirvana Curt Cobain, juste après son suicide, en 1994. Un témoignage poignant sur une affaire vieille de vingt ans, mêlant avantageusement ce médium très ancien qu’est la gravure et art contemporain (pointe sèche sur Plexiglas). En gravant à même le mur de la Panacée un extrait de la lettre de suicide du chanteur, l’artiste grave cet épisode dans l’histoire.

sylvain-fraysse
Sylvain Fraysse pose entre deux de ses œuvres.

La Galerie Laurence Bernard expose quant à elle les planètes impossibles et mystérieuses de Marion Tampon-Lajariette, dessinées sur des documents mathématiques et scientifiques.

marion-tampon-lajariette
Marion Tampon Lajariette.

 

Les inclassables

La Galerie parisienne Arnaud Lefèbvre propose des œuvres très intéressantes en perforation et broderie de Hessie. Art pauvre souvent considéré comme féminin, la broderie est du moins de l’ordre de l’intime. Dans ses œuvres, Hessie semble créer des sortes de langages codés évoquant le temps qui passe. Pour l’anecdote, Hessie partagea la vie de l’artiste Dado, dont il subsiste le travail aux Orpellières, à Sérignan.

hessie
Hessie.

Sur l’espace occupé par la Galerie Bernard Jordan, s’épanouissent les petits dessins-poèmes d’Alexandre Léger. L’artiste se dit inspiré dans son travail par Georges Perrec, William Blake et E. E. Cummings. D’autres œuvres d’Alexandre Léger sont également exposées en parallèle, au Musée Atger de Montpellier, du 15 septembre au 13 octobre.

alexandre-leger
Alexandre Léger.

Virginie MOREAU
vm.culture@gmail.com

> En complément, lire aussi notre article :

Sur les traces du dessin avec Jean-Charles de Castelbajac à Drawing Room

 

 

Lauréats et prix de Drawing Room 2017

Lors du vernissage du 8e Salon du dessin contemporain de Montpellier, ont été annoncés les lauréats de la Bourse Jeune Création MAIF / Drawing room et du Prix Galeries Lafayette.

BOURSE JEUNE CREATION MAIF / DRAWING ROOM

Le lauréat de la Bourse Jeune Création MAIF / Drawing room est :
Geoffrey Badel, diplômé (DNSEP 2017) de l’ESBAMA Montpellier Méditerranée Métropole.
bb967d95 63f7 45d1 966d 2dd27ebf00d4
Geoffrey Badel, La boule zombie, 2017, Crayons, craie et collage sur papier, 19,5 x 16 cm

Pour cette 8e édition, la Bourse Jeune Création MAIF / Drawing room  a été proposée à de jeunes artistes diplômés (DNSEP 2017) des écoles supérieures des beaux-arts option Art du Grand Sud. Lors de la 9e édition de Drawing room, une exposition personnelle sera proposée à Geoffrey Badel à l’espace St Ravy, équipement municipal de la Ville de Montpellier, consacré à la création émergente.

Les membres du jury de la Bourse Jeune Création MAIF / Drawing room : Catherine Dumon, conseillère pour les arts plastiques Drac Occitanie, Brigitte Bonnet-Philippe, mandataire du Conseil d’administration de la MAIF, Nicolas Bourriaud, directeur de La Panacée, Serge Sanchis, collectionneur, membre de l’Adiaf, Marie-Caroline Allaire-Matte, directrice de la galerie AL/MA et Sylvie Guiraud, directrice de Iconoscope.

PRIX GALERIES LAFAYETTE

Le lauréat du Prix Galeries Lafayette est :
Alexandre Léger, représenté par la Galerie Bernard Jordan (Paris)

f08210cc 2474 4f0f b9e5 fc11f505a972
Alexandre Léger, Ange, 2014, crayon et gouache sur papier, 35 x 46 cm

Alexandre Léger fait usage du petit format, collage ou dessin sur papier, dans un rapport évident à l’intimité.
Parmi ses œuvres, les dessins-poèmes sont issus de la convergence de plusieurs pratiques dans son travail. En premier lieu, la récolte quotidienne des solutions de mots croisés, découpées dans le journal. Répondant à une envie d’écriture mais passant par la contrainte des mots entrecroisés et de quelques règles de construction, naissent ainsi les poèmes.
Parallèlement, il y a la collecte de cahiers, d’écolier le plus souvent, faisant état d’une forme de lien entre dessin et écriture. Dans cette collection, des pages sont prélevées, à la recherche d’un écho-un mot, un signe-avec les mots croisés.
Ensuite le dessin, qui unit ces deux premières pratiques. Une fois collés les mots croisés, les mêmes mots sont redessinés sur la page dont certains éléments sont sélectionnés, déployés ou masqués. Stylo, crayon graphite et aquarelle sont utilisés par couches successives et alternées jusqu’à l’image finale. Le dessin achevé cristallise ainsi un ensemble de gestes, rendant compte du caractère rituel de la pratique de l’artiste.

Les membres du jury du Prix Galeries Lafayette : Nicolas Corvisier, directeur des Galeries Lafayette Montpellier, Dominique Figarella, artiste, Nicolas Jonquet, membre des Amis du MoCo, Nicolas Bourriaud, directeur de La Panacée.

 

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.