L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.

Egalité femmes/hommes dans la sphère publique / une conférence OPALE à Montpellier

Définition des violences sexistes envers les femmes dans les espaces publicsCe phénomène est devenu tellement banal et quotidien qu’il n’est presque plus remarqué, selon la sociologue. Les statistiques montrent qu’il est devenu la norme. Il va du simple coup de sifflet émis par un homme ou un groupe d’hommes au passage d’une femme, aux quolibets, […]

Définition des violences sexistes envers les femmes dans les espaces publics
Ce phénomène est devenu tellement banal et quotidien qu’il n’est presque plus remarqué, selon la sociologue. Les statistiques montrent qu’il est devenu la norme. Il va du simple coup de sifflet émis par un homme ou un groupe d’hommes au passage d’une femme, aux quolibets, menaces et autres attouchements, voire aux agressions physiques et/ou sexuelles.

Un espace public vécu comme oppressant…
L’étude montre la situation d’inconfort éprouvée par les femmes que ce soit dans la rue ou dans les transports en commun, ces derniers concentrant un maximum de tensions. Lydia M. FENNER explique que les femmes construisent une spécialité de la peur et du genre. Elles identifient rapidement les endroits dangereux pour elles et indiquent se sentir plus en sécurité dans la foule que dans une rue vide. En général, elles se sentent plus à l’aise dans le quartier où elles habitent que dans un quartier où elles n’ont pas d’attaches. Elles ont la perception que les hommes occupent et maîtrisent l’espace, qu’ils peuvent se déplacer plus librement dans les rues qu’elles.

Le harcèlement sexuel dans les lieux publics
La sociologue a remarqué que le harcèlement sexuel exercé contre les femmes était souvent envisagé comme ayant un rapport avec de la séduction, mais non avec de la violence, ce qu’il est pourtant en réalité. Le terme harcèlement sexuel recouvre un certain nombre de comportements : sifflets, insultes (“ salope ”…), drague intensive, agressive, sans respect ni réciprocité… Toutes les sondées sans exception ont indiqué être harcelées régulièrement, voire quotidiennement. En réaction, elles disent avoir été agacées, irritées, dérangées, bouleversées. Le harcèlement dans la rue génère pour les femmes de la peur, de l’angoisse, une forte tension, un sentiment de frustration et de confusion, et une sensation de menace. En réponse, elles crient ou font comme si de rien n’était et poursuivent leur chemin, si l’agression n’est pas trop poussée. Néanmoins, “ quelques-unes des femmes sondées ont pu voir une marque d’intérêt dans ce harcèlement, une sorte de valorisation de leur beauté, parce qu’elles ont intériorisé l’idée sexiste que leur valeur dépend de leur apparence physique ”, explique la sociologue Lydia M. FENNER, ­ajoutant : “ L’insistance est donc désormais ancrée dans le scénario de la séduction ”.

La sécurité et le danger dans l’espace public
L’intensité et la profondeur des témoignages qu’elle a recueillis démontrent que la menace de la violence est quasiment aussi dure à supporter que la violence elle-même, et que le danger est réel, pas seulement potentiel. La menace de la violence masculine est omniprésente dans l’inconscient collectif, au point que les femmes sont sujettes au fatalisme à ce sujet. Elles estiment que c’est inévitable. Celles qui y ont échappé disent avoir eu de la chance jusqu’à présent. La pulsion masculine est perçue comme un effet physiologique. La nuit est assimilée à une augmentation du danger et du risque. Les femmes prennent pour une évidence le fait de ne pas rentrer seules le soir. Elles se font donc accompagner par un homme en qui elles ont confiance lorsqu’elles le peuvent, l’homme étant vu comme puissant alors que la femme est assimilée à un être vulnérable. Les femmes interrogées disent également que l’habillement peut accroître le risque d’agression. Ainsi, porter du rouge à lèvres, une robe ou une jupe et des chaussures à talons est communément vu comme un signe de disponibilité sexuelle et donc comme un risque potentiel.

Extrait de l’article et du dossier de Virginie MOREAU sur l’égalité femmes/hommes publié dans l’Hérault Juridique & Economique du jeudi 16 MAI 2013. VOIR LE SOMMAIRE. ABONNEMENT

Voir toutes les infos de la rubrique JURIDIQUE

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.