Elections CCI Hérault : les motivations d'Olivier ODDI, liste MyCCI34

Olivier ODDI vise sa réélection à la tête de la délégation sétoise dans le cadre de la nouvelle CCI départementale. L'actuel président de la CCI de Sète-Mèze-Frontignan, tête de liste sur Sète pour la liste de Fabien Portes (MyCCI34), précise les motivations de sa candidature…

HJE : La départementalisation des CCI va-t-elle changer la donne économique locale ?

Olivier ODDI : Dans un sens oui, il appartiendra à la future équipe d’accompagner, ou pas, les projets locaux alors que jusqu’à présent chaque bassin économique gérait ses besoins. Il est vrai que j’étais opposé à cette départementalisation afin d’éviter une aspiration économique sur certains territoires. Tout l’enjeu de l’élection qui se joue actuellement est l’équilibre et la représentation héraultaise. Si notre liste MyCCI34 avec Fabien Portes remporte l’élection, nous nous attacherons à respecter tout le monde. Que ce soit la métropole mais également les villes moyennes et les villages. Notre liste est bien représentative du tissu économique de l’Hérault. Nous avons aussi bien des industriels que des artisans, des startups, de la grande distribution mais beaucoup de commerces de proximité, des agents d’assurance, des agents immobilier, des restaurateurs. Bref un beau panorama du département avec des gens des hauts cantons, comme de la métropole.

Pourquoi cet engagement consulaire ?

Depuis 2004, j’ai appris à aimer cette vénérable institution et sa capacité incroyable d’œuvrer pour le développement économique en appui des collectivités. Quand j’ai été élu en 2011, je me suis attaché à rapprocher la chambre de ses ressortissants et surtout des jeunes par l’apprentissage dont nous sommes le premier formateur après l’éducation nationale. J’ai favorisé au travers notamment du prix de la légion d’honneur cette filière d’excellence qu’est l’apprentissage. La nouvelle génération doit connaitre la CCI et c’est également grâce à la nuit de l’orientation que plus de 700 jeunes ont poussé pour la première fois les portes de la chambre de commerce. De plus, je suis intimement persuadé que nous pouvons apporter un éclairage du terrain aux politiques sur leurs aménagements. En outre, la représentativité des TPE de moins de 5 salariés qui composent 90 % de l’économie Héraultaise est essentielle.

Que souhaitez-vous imprimer à la tête de cette délégation ?

De continuer le travail de terrain et de proximité que réclament les entreprises. Vous savez, quand je rencontre les commerçants, entrepreneurs, ils ont la tête dans le guidon et la plupart ne savent pas à quoi nous servons. C’est un travail de longue haleine de faire connaitre nos missions et je suis confiant sur la jeune génération que nous avons orientée, formée pour être nos ambassadeurs.

Quelles sont vos priorités ?

Les priorités sur Sete sont premièrement le port qui est au centre de l’économie locale. Continuer et accentuer l’excellent travail que nous avons mené avec le club des croisières pour faire connaitre l’escale aussi bien pour ses atouts commerciaux mais culinaires. Je voudrais vous citer un chiffre magique : 80 € c’est le panier moyen pour les croisiéristes descendant à Sète, c’est plus d’un million d’euros sur l’économie locale injecté directement cette année. La deuxième c’est le soutien au commerce de proximité. Le FISAC dont nous sommes la seule CCI jusqu’à présent à abonder nous a permis d’aider les commerçants notamment sur la mise aux normes accessibilité. L’aide à la professionnalisation des unions commerciales est essentielle et ce n’est pas qu’une aide logistique que la CCI doit mobiliser. Avec Fabien Portes, nous avons l’ambition de créer une fédération du commerce héraultaise et de lancer des états généraux du commerce. Il ne faut surtout pas oublier que dans chambre de commerce il y a « commerce » ! Troisièmement, spécifiquement sur Sète il faut accentuer la mise en réseau comme ce que j’ai initié sur la filiere logistique, agroalimentaire (avec l’IGP Tielle de Sete). Notre faiblesse par rapport à d’autres territoires est souvent notre incapacité à travailler collectif. J’ai commencé ce travail, il faut le perdurer.

Les coupes sombres des budgets consulaires ne limitent-elles pas aujourd’hui les possibilités des CCI ?

Bien sur, mais faire beaucoup avec peu de moyens, je sais faire et je l’ai prouvé ! Le train de vie des CCI peut et doit encore évoluer. Est-il nécessaire de se lancer dans des constructions onéreuses ? Je ne le crois pas.

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.