Elections régionales - Marie-Thérèse Mercier : faire rimer économie et écologie

Commissaire aux comptes et expert-comptable, mais aussi conseillère régionale, vice-présidente de l’Agence de développement d’Occitanie (Ad’Occ) et présidente d’Occitanie Events, Marie-Thérèse Mercier pilote également le projet de Cité de l’Economie et des Métiers de demain. Elle évoque le programme économique et écologique de Carole Delga, qui se présente aux élections régionales des 20 et 27 juin 2021.

Quel est le programme économique de Carole Delga pour le prochain mandat, en cas de réélection ?

Région à énergie positive

Marie-Thérèse Mercier : « Tout d’abord, la région à énergie positive : renforcer son dynamisme économique, renforcer les énergies renouvelables, créer des emplois verts au service de tous les territoires. Notre projet vise à aider les entreprises et les filières qui ont la capacité et souhaitent investir dans la réindustrialisation verte : les énergies renouvelables (en priorité nos filières d’avenir que sont l’hydrogène vert et l’éolien en mer), l’écoconstruction (construire en préservant les matériaux, avec des matériaux biosourcés) dont nous souhaitons faire une filière d’avenir en Occitanie. Carole Delga veut créer une dizaine d’écoles afin de former les jeunes aux métiers verts. Environ 100 000 emplois de demain peuvent être créés sur ces nouvelles filières, selon nous. Ces nouveaux métiers peuvent concerner les filières des énergies renouvelables et de l’écoconstruction que je viens d’évoquer, mais aussi les mobilités vertes, les biothérapies, les nouveaux médicaments, la médecine de demain. Nous souhaitons investir beaucoup sur ces filières porteuses d’emplois.

En Occitanie, la réindustrialisation verte concerne aussi l’aéronautique. Le programme de Carole Delga inclut des investissements importants dans la recherche pour créer en Occitanie la première filière d’avion vert. Outre l’avion vert, Carole Delga veut miser sur le secteur spatial (également présent à Toulouse), et investir dans la filière des nanosatellites, créatrice d’emplois elle aussi.

Carole Delga souhaite donner de la visibilité sur les filières qu’elle entend aider si elle est réélue à la présidence de la Région. Voilà pourquoi elle définit les filières stratégiques pour investir. Ce qui ne va bien sûr pas l’empêcher de continuer à accompagner et aider les entreprises qui ont des projets, quel que soit leur secteur d’activité (PME, TPE, commerce, artisanat…). »

La souveraineté alimentaire

Marie-Thérèse Mercier : « L’alimentation, à travers l’agriculture et l’agroalimentaire, sera notre priorité. C’est actuellement la première filière en termes de créations d’emplois, puisque la production alimentaire représente 160 000 à 165 000 emplois en Occitanie. C’est le premier secteur pourvoyeur d’emplois dans la région. Il est très important aujourd’hui, pour préserver le climat, d’avoir à la fois une vision écologique et économique des projets, car pour nous, écologie et économie ne sont pas incompatibles. Si on mise sur les bons secteurs, on va pouvoir créer des emplois grâce à l’écologie, donc l’économie va en bénéficier.

La filière de production alimentaire doit être renforcée dans la région. Elle doit assurer sa souveraineté alimentaire. Par exemple, saviez-vous qu’il n’y a pas, en France, d’usines de production de farine ? La filière viticole tire notre image à l’international. Il est important, pour la souveraineté alimentaire, de développer les productions céréalières, qui seront très importantes demain du fait des transformations de la consommation. On sait que les consommateurs se dirigent de plus en plus vers les légumineuses et céréales. Ce qui ne veut pas dire que nous abandonnerons la filière bovine, très importante dans notre région, mais la tendance de consommation amène à développer les légumineuses et céréales. Tout est lié : développer la souveraineté alimentaire de la Région, préserver, et travailler sur les aléas climatiques, sur l’eau, permettra de préserver l’environnement. Le but est de travailler avec les filières pour qu’elles sachent dans quelle direction nous voulons aller, qu’elles connaissent notre vision.

L’idée de notre programme est aussi de mettre l’accent sur les aides à la filière bio.

Entreprises : un fonds antifaillites

Marie-Thérèse Mercier : « Carole Delga a un autre projet très important : créer un fonds antifaillites de 100 millions d’euros avec des assureurs. Car avec le rebond, certaines entreprises, notamment des PME et TPE, peuvent être fragilisées par leur dette Covid (composée des dettes contractées par ailleurs et du remboursement des PGE). Nous souhaitons vraiment préserver l’emploi. Il faut financer grâce à ce fonds antifaillites les TPE et PME fragilisées, quitte à prendre des participations dans ces entreprises. »

La formation aux métiers verts

Marie-Thérèse Mercier : « L’accent sera mis sur la formation. Comme je vous le disais, Carole Delga veut créer 10 écoles des métiers de la transition écologique destinées aux personnes en réorientation professionnelle et aux jeunes. Elle compte poursuivre les actions de la Cité de l’Economie et des Métiers de demain pour orienter le public vers ces métiers. Pour aller plus loin, des expérimentations y seront menées entre universitaires, entreprises et citoyens.

Carole Delga veut aussi aider les jeunes à se former sur les métiers verts ou la responsabilité environnementale des entreprises, en leur versant une indemnité s’ils n’ont pas assez de moyens. Il s’agira en quelque sorte de créer un revenu écologique jeunes pour inciter les jeunes à aller vers les métiers verts et de la RSE, et les aider à financer leurs études.

Si Carole Delga est élue, elle mettra en place un dispositif de coaching pour aider les jeunes à maturer leurs projets, afin qu’il y ait de plus en plus de créations d’entreprises autour de la filière verte et de la réindustrialisation verte.

C’est pour nous un engagement très fort alliant économie, emploi et Plan Climat. » 

Le tourisme : saisonniers et Ecole du goût

Marie-Thérèse Mercier : « Notre Plan Vert va aussi se développer dans le tourisme, qui aura besoin de beaucoup de soutien après cette crise sanitaire. Sur le sujet de l’emploi des saisonniers, nous voulons parvenir à des Plans 4 Saisons entre la mer et la montagne pour que les saisonniers puissent travailler toute l’année en enchaînant des emplois à la mer puis à la montagne. Le projet est de créer un réseau de groupements d’employeurs. C’est intéressant dans le tourisme et cela pourra l’être autour des métiers verts et de la RSE pour permettre aux TPE d’accéder à des jeunes qualifiés dans ces domaines

Sur le tourisme durable, Carole Delga veut renforcer l’attractivité internationale de l’Occitanie en créant une école du Goût et de l’Alimentation durable. L’idée est de créer des destinations Territoire de Goût avec des jeunes de notre région qui seraient formés, mais aussi des jeunes en provenance de l’international. Le but est de renforcer l’attractivité de notre région en valorisant la gastronomie, les valeurs et savoir-faire de l’Occitanie en matière d’alimentation. Cela peut contribuer au rayonnement des filières régionales du tourisme durable et de l’alimentation. »

Les mobilités vertes

Marie-Thérèse Mercier : « Concernant les mobilités, si Carole Delga est élue, nous allons continuer à soutenir le projet de LGV, développer les pistes cyclables et les voies vertes et continuer à « verdir » les ports régionaux comme celui de Sète à travers des projets hydrogène pour rendre les bateaux à quai plus verts. Et bien sûr continuer l’éolien flottant à Port-la-Nouvelle. Nos projets de mobilité verte concernent les infrastructures comme la route, le train… Nous voulons investir plus dans des bus et trains à hydrogène : l’Occitanie va être région expérimentatrice dans ces domaines. Ces grands travaux de mobilité verte vont renforcer le secteur du BTP. »

L’économie de proximité

Marie-Thérèse Mercier : « L’économie de proximité tient à cœur à Carole Delga, qui a été ministre du Commerce et de l’Artisanat.

Nous souhaitons mobiliser l’épargne citoyenne populaire au profit d’emplois à proximité. Cela représente 50 millions d’euros. L’idée est que le citoyen puisse s’impliquer dans l’économie locale, en faveur de projets à taille humaine à côté de chez lui. C’est très important pour favoriser l’emploi local. Le Fonds d’épargne citoyenne sera donc renforcé. Ce programme vise à soutenir le commerce de proximité et favoriser l’ensemble des territoires. Il peut aider des artisans et commerçants à investir dans des véhicules itinérants pour vendre les produits ­d’Occitanie dans tous les territoires, afin qu’aucun territoire ne se sente oublié.

Nous souhaitons aussi revenir vers une certaine ruralité pour nos filières de l’écoconstruction – bois, pierre, laine – qui sont en train d’émerger et de se développer. Cela permet de créer des emplois dans les territoires et de développer des filières locales dans l’ensemble des territoires. »

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.