Experts-comptables, AG Montpellier : le verbatim de Charles-René Tandé

Charles-René Tandé était à Montpellier à l’occasion de l’assemblée générale du Conseil de l’Ordre des Experts-comptables de Montpellier. Le président du Conseil supérieur de la profession est revenu sur les évolutions inscrites dans la Loi Pacte et sur le choix de la ville de Montpellier pour l’accueil du congrès national des experts-comptables en 2021. Verbatim…

En marge de l’Assemblée générale du Conseil de l’Ordre des Experts-comptables de Montpellier, du 5 octobre 2018, à retenir :

Le congrès national à Montpellier en 2021

« Strasbourg et Montpellier étaient en lice. Certains pensaient que le président national, originaire de la capitale alsacienne, choisirait sa ville. Eh bien non ! C’étaient deux bons dossiers mais cela faisait un certain nombre d’années que Montpellier n’avait pas reçu le congrès national. Et il nous paraissait légitime qu’il revienne dans cette ville de Montpellier. Vos représentants, les deux Philippe (NDLR : Lamouroux et Sauveplane) se sont bien battus. Félicitations ». Philippe Lamouroux a remercié le président du Conseil supérieur de l’Ordre des Experts-comptables pour son fair-play. Le congrès national est un événement d’importance. Cette année, celui de Clermont-Ferrand accueille 3 800 participants, et ils étaient 4 800 professionnels à s’être déplacés à Lille l’an dernier. Avec les conjoints, près de 6 000 personnes sont accueillies durant cet événement.

La réforme territoriale des Conseils de l’Ordre

« Cette réforme est incluse à la Loi Pacte actuellement en discussion à l’Assemblée nationale et en lecture au Sénat en février 2019. Nos élections relatives à la profession interviendront fin 2019. Pour cela, il faudra que les choses s’accélèrentun petit peu. Car après examen du Sénat en février, puis la commission mixte paritaire, puis les recours devant le Conseil constitutionnel, puis le Conseil d’Etat pour les décrets… il nous faut tous les textes à la fin juin 2019 pour tenir nos élections fin 2019. Le calendrier va être serré ; j’espère que ça tiendra. Je constate que l’on réduit les délais, que l’on nous met la pression et que finalement, à l’arrivée, on va de prolongation en prolongation ».

Un seul Conseil de l’Ordre en Occitanie

« Ici, je sais que c’est un sujet très vif. Mais la question n’est plus là. Elle a été votée (…) Dans un an, les deux conseils régionaux (Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées) seront fusionnés en un seul Conseil régional d’Occitanie. C’est acté. Par contre, ce qui a été prévu dans la réforme, c’est une grande liberté dans les régions pour s’organiser sur leur fonctionnement au quotidien (…) Ce qui a été retenu, et c’est important, c’est d’avoir des représentations territoriales.
Ce n’est pas parce que le siège du Conseil régional sera à Toulouse qu’il n’y aura pas une implantation à Montpellier. En fait, un grand nombre de missions continueront à être traitées par Montpellier. Tout ce qui est lié à la formation, au tableau de l’Ordre, à la conciliation relèvera évidemment de la proximité. Ce qui est important c’est de garder cette proximité entre les experts-comptables et leur institution ».

Le développement du conseil et des compétences

« Inévitablement la matière comptable va baisser en valeur. C’est déjà le cas si l’on regarde les taux moyens de facturation et les paniers moyens qui baissent. L’automatisation fait que nous passons moins de temps sur la matière comptable, et ce temps est encore diminué. Automatisation sur la récupération des données bancaires, demain le numérique, les factures électroniques… Les économiste annoncent d’ailleurs la fin des comptables. Peut-être que le flux comptable sera automatisé, mais je ne suis pas inquiet sur l’expertise comptable, parce que nous avons autre chose que la saisie  (…) comptable à apporter. Et c’est vrai aussi sur le social comme avec le bulletin de paie. Pour autant, on voit le développement dans nos cabinets du chiffre d’affaires lié au social. Nous passons de plus en plus de temps à accompagner nos clients. C’est indispensable. »

Le Tese

« Le Tese [Titre emploi service entreprise] avait sa raison d’être au départ […] Maintenant, avec la loi Pacte, les entreprises de plus de 200 salariés vont pouvoir avoir recours au Tese. Je ne suis pas inquiet. Il faut bien expliquer aux clients que le Tese n’est pas la solution miracle annoncée par le ministre Gérald Darmanin. Il ne respecte pas le conventionnel, il ne respecte pas un certain nombre de règles du droit du travail… Le Tese n’est pas le produit universel qui remplace tout ce que nous faisons dans un cabinet. Le ministre ne cherche d’ailleurs pas à ce qu’il y ait un transfert de clientèle entre l’expert-comptable et l’Urssaf… [Il l’a dit] la vocation de l’Urssaf n’est pas de développer le Tese. Mais il y a un petit souci. 30 000 entreprises en France n’ont pas encore la DSN [déclaration sociale nominative], ce qui pose problème par rapport au prélèvement à la source qui, lui, suppose d’avoir la DSN. »

Une grande campagne de communication

« Nous lançons la semaine prochaine une grande campagnede communication d’une année. Je salue d’ailleurs Philippe Sauveplane, le vice-président en charge de la communication au Conseil supérieur. Le premier thème de cette campagne sera le prélèvement à la source. On y montrera le rôle de conseil de l’expert-comptable dans le cadre du prélèvement à la source. »

Conseil et compétences spécialisées

« Depuis trente ans, nous parlons du conseil et finalement, nous n’arrivons pas tellement à développer ce marché, alors qu’il est considérable […] Pour essayer de gagner cette bataille du conseil […] ce que nous avons arrêté et voté au Conseil supérieur, c’est la reconnaissance des compétences spécialisées. Le raisonnement est simple : plus les experts-comptables communiqueront sur leurs compétences spécialisées, plus le marché les identifiera comme des sachants dans un certain nombre de domaines, qu’ils soient techniques ou sectoriels. Le système retenu est souple. C’est une déclaration sous référentiel du professionnel qui s’appuie soit sur des diplômes, soit sur l’expérience professionnelle.
Dans le cadre du contrôle qualité de l’Ordre, le contrôleur qualité s’assurera que la déclaration du professionnel n’est pas mensongère et respecte les règles déontologiques. C’est avant tout un outil de communication vis-à-vis de notre marché. Des études le montrent, il y a des milliards d’euros potentiels pour notre profession sur le marché du conseil. Si l’on ne met pas les moyens pour aller chercher ces marchés, nous continuerons à faire du conseil courant que nous ne valorisons pas ou peu, parce qu’on l’intègre dans le forfait de nos honoraires. Il y a une vraie démarche structurée à avoir.
C’est d’ailleurs le thème, cette année, de notre congrès national de Clermont-Ferrand [NDLR : voir pages 10-11]. C’est stratégique pour les compétences et la croissance. »

Actions de synergie avec les Commissaires aux comptes

« Il apparaissait essentiel que nous soyons très unis dans la période qui s’est ouverte depuis quelques mois, avec le sujet du relèvement des seuils d’audit légal […] Mais face au gouvernement, je ne suis pas allé sur le terrain de l’appel à boycott et du gel de l’envoi de certaines déclarations obligatoires comme la TVA. Cela aurait été totalement irresponsable […] Certains on dit que les assurances couvriraient le défaut d’envoi des déclarations, ce qui est totalement faux. Ce n’est vraiment pas l’arme qu’il fallait utiliser. »

Les éléments positifs de la Loi Pacte

« Dans la loi Pacte, il y a quelques éléments positifs. Des textes ont été adoptés pour notre profession, mais aussi pour nos clients à la suite des propositions que nous avions faites comme pour la transmission Dutreil […] Tout ce que nous avons demandé au gouvernement, nous l’avons obtenu.
Comme l’intégration, au tableau de l’Ordre, des experts-comptables salariés en entreprise. Cela va positionner la profession dans une dimension plus importante par rapport aux autres pays. Une carrière est de moins en moins linéraire, et une passerelle pour aller du secteur libéral ou associatif vers le secteur de l’industrie, et revenir avec une compétence supplémentaire, favorisera les échanges et l’enrichissement global de notre profession. »

Les honoraires de succès

« On en parle aussi depuis vingt ans. C’est important parce qu’il faut que l’on change de modèle et notre façon de penser […] Notre définition de valeur au sein des cabinets est sans doute à revoir. Avec des missions de valeur basse pour des missions récurrentes, et des missions à plus forte valeur ajoutée avec des honoraires beaucoup plus forts. Les honoraires de succès nous permettront d’avoir des modèles de facturation. »

Mandat implicite et mandat de réglement

« Lorsqu’un client signe une lettre de mission avec un expert-comptable, il donne mandat automatiquement pour l’envoi des télédéclarations fiscales et sociales. C’est un acte de simplification pour le client et pour nos cabinets […] Le mandat de réglement, notamment dans le cadre de missions de full-service [délégation de l’ensemble des missions adminsitratives], va permettre à l’expert-comptable de régler les factures ou d’encaisser les créances pour le compte de son client. Il y aura évidemment des mesures de sauvegarde et des règles de sécurité. »

Propos recueillis par Daniel Croci


À lire également

L’Ordre doit accompagner les experts-comptables

Assemblée générale des experts-Comptables

Vidéo en Direct – Les Experts-Comptables de la région de Montpellier font leur AG 2018

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.