Fédération des Clubs Taurins du Biterrois : "la tauromachie que nous défendons n'est pas celle qui opprime"

Des manifestants anti-corrida se sont rassemblés le 13 février dernier sur le parvis des arènes de Béziers, et ont lancé un nouvel appel à manifester le 13 mars.

La Fédération des Clubs Taurins du Biterrois souhaite revenir sur ce rassemblement en rappelant que « la corrida et les activités qui y sont liées sont légales en France ; le Conseil constitutionnel et le Conseil d’Etat l’ont récemment déclaré. »

Une manifestation anti-corrida prévue pour ce week-end

Selon eux, seulement une trentaine de personnes étaient présentes, dont peu de Béziers. Ils affirment que l’organisateur, revendiquant le soutien de 78 % des Biterrois, organise au même endroit un nouveau rassemblement le 13 mars prochain.

La  FCTB affirme que la tauromachie qu’elle défend n’est “pas celle qui opprime, qui mutile”

« Les taureaux dans l’arène sont des taureaux de combat. Des études sur ceux-ci, par la mesure des bêta-endor­phines produites (10 fois plus que l’homme) démontrent que ces opiacés, sécrétées par l’hypophyse et l’hypothalamus chez les vertébrés lors d’activité physique intense, d’excitation, de douleur… blo­quent les ré­cepteurs de douleur (noci­cepteurs), à l’en­droit où celle-ci se pro­duit… Découvertes dans les an­nées 1970, les endorphines (de mor­phine et endo­gène) sont des neurotrans­metteurs agis­sant sur les récepteurs opiacés et ont une capacité analgé­sique » précise la fédération.

Des mots trop “forts”

Dans cette optique, les aficionados précisent qu’employer le mot torture, comme le font les anti-corridas, est un manque de respect pour les femmes et les hommes torturés de par le monde. Chacun se fera son avis…

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. Communiqué de la Fédération des Clubs Taurins du Biterrois

    RASSEMBLEMENT DE L’AFICION MERCREDI 24 MARS – PALAIS DE JUSTICE DE BÉZIERS
    Comme elle l’a fait à Bayonne où elle a perdu son procès – et projette de le faire à Nîmes, à Dax… la SPA nationale cite à comparaitre devant le Tribunal correctionnel de Béziers pour « sévices graves et actes de cruauté envers un animal en 2019 » le torero Sébastien Castella en tant qu’auteur principal, la Ville de Béziers avec son maire Robert Ménard et le directeur des Arènes Robert Margé en tant que complices… La SPA espère une condamnation et réclame des dommages et intérêts au titre du préjudice moral. L’audience se tiendra mercredi 24 mars.au Palais de justice de Béziers
    La SPA invoque que la majorité des Français serait contre les corridas. Le Tribunal de Bayonne a simplement rappelé « Considérer l’opinion de la majorité pour ne pas reconnaître l’évidence à Bayonne de la vivacité de la tradition tauromachique et la fréquentation des arènes lors des courses de taureaux, serait contraire au paragraphe 7 de l’article 521-1 du Code pénal »
    La Fédération des Clubs Taurins du Biterrois (FCTB) rappelle qu’en septembre 2012 le Conseil constitutionnel a décidé que ce paragraphe autorisant les corridas était conforme à notre Constitution et indirectement à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.…

    Afin d’apporter un soutien à Sébastien Castella, à la Ville de Béziers et à son maire Robert Ménard, à Robert Margé et à la Tauromachie, la FCTB appelle à un rassemblement aux abords du Palais de justice MERCREDI 24 MARS à 13h30 jour de l’audience avec application des règles sanitaires.

  2. Communiqué de la Fédération des Clubs Taurins du Biterrois :

    LOI ET CORRIDA MÊME COMBAT !

    Après Bayonne, avant Carcassonne, Dax, Nîmes, Arles… suite à l’action judiciaire engagée par la SPA contre les organisateurs et acteurs de corridas, mercredi 5 mai le Tribunal correctionnel de Béziers rendra son verdict pour cette ville taurine où le déroulement des corridas est conforme à la Loi. En effet, l’article L521-1 du code pénal les autorisent «  lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée ». Et c’est le cas à Béziers, où depuis juin 1859 la tradition perdure. Du Champs de Mars, en passant par la place Émile Zola, aux arènes actuelles des courses de taureaux ont bien eu lieu jusqu’à ce jour (sauf durant les deux grands conflits mondiaux). N’oublions pas que les arènes d’aujourd’hui ont été d’abord construites en dur pour la tauromachie avec en inauguration une corrida le 11 juillet 1897, précédée le 27 juin et 4 juillet par deux spectacles tauromachiques…
    C’est en juin 1898 que, sous l’impulsion notamment de Castelbon de Beauxostes, qu’apparait dans la vie biterroise la Société Tauromachique, première association d’aficionados ancêtre de l’Union Taurine Biterroise. Le 10 octobre 1903, à l’initiative du Président de la Société Tauromachique de Béziers, Jean Biscail, fut fondée la « Fédération Méridionale des Sociétés Taurines” pouvant être considérée comme l’ancêtre de la Fédération des Sociétés Taurines de France actuelle.

    Aujourd’hui, existe en terre Biterre une douzaine de clubs regroupés dans notre Fédération des Clubs Taurins du Biterrois (FCTB). En plus des arènes du Plateau de Valras, Boujan et Portiragnes possèdent elles aussi des arènes. Sans oublier l’existence de l’École Taurine Béziers Méditerranée, et que notre ville a donné à la Tauromachie trois matadors dont un des plus célèbre Sébastien Castella qui comme par hasard est attaqué en même temps que l’ancien Directeur des arènes Robert Margé et le maire de Béziers Robert Ménard.
    La SPA – plutôt que d’encombrer les tribunaux – ferait bien mieux de se consacrer à ce qu’elle sait faire : recueillir pour les faire adopter chiens, chats et autres animaux abandonnés.

    Après avoir reçu l’accord de la sous-préfecture, la FCTB appelle les amateurs de tauromachie à se rassembler pour MERCREDI 5 MAI pour 13h 30 devant le Palais de justice de Béziers. Nous montrerons ainsi notre attachement – comme nous l’avons fait aussi le 27 avril en décorant le devant les arènes – à cette tradition culturelle : la CORRIDA.

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.