Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Entreprises

Foot ! Philippe PEYBERNES, DAF du MHSC à l'Une de l'Hérault Juridique

Extrait de l’article publié ce jeudi 5 février 2015 dans notre édition 3032… Quarante années d’aventures sportives, humaines et financières ! Derrière les charismatiques Louis et Laurent Nicollin, président et président délégué du club, Rolland Courbis et son talent de coach de combat, 148 salariés (ETP) font tourner au quotidien la machine MHSC… Avec la […]

Extrait de l’article publié ce jeudi 5 février 2015 dans notre édition 3032…

Quarante années d’aventures sportives, humaines et financières ! Derrière les charismatiques Louis et Laurent Nicollin, président et président délégué du club, Rolland Courbis et son talent de coach de combat, 148 salariés (ETP) font tourner au quotidien la machine MHSC… Avec la liesse partagée que l’on sait lorsque l’ultime récompense est au bout de la saison, comme en 2012. Philippe Peybernes, directeur administratif et financier depuis trente et un ans, est de ceux-là. Avec lui, l’HJE ouvre une minisérie de rencontres-portraits pour découvrir de l’intérieur l’entreprise Montpellier Hérault Sport Club. Entretien…

HJE : L’entreprise MHSC est régie par une SAS qui fonctionne comme une entreprise classique ?

Philippe Peybernes : « Classique, oui. A quelques exceptions près. Notre budget s’est bâti autour des 40 millions d’euros de budget pour la saison 2014-2015, auxquels s’ajoutent 14 millions d’euros de transferts. En début de saison, avant la vente de joueurs, on s’ajuste à entre 34 et 35 millions d’euros. La ressource principale reste les droits télévisuels, qui sont très importants en Ligue 1 : plus de la moitié du budget cette année. Puis les transferts, quand il y en a, le sponsoring et la publicité, la billetterie – qui ne représente que 5 % de notre budget – et une foule d’autres activités comme le merchandising. Nous avons créé une école technique privée dont on perçoit la taxe d’apprentissage. Il y a aussi le Bistrot de Grammont, les boutiques et des produits annexes et divers aux revenus assez faibles mais complémentaires… Je n’oublie pas les subventions des collectivités, mais je crains fortement qu’elles ne se tarissent à moyen terme. Concernant les charges, il est bien évident qu’une activité comme la nôtre, proche des métiers du spectacle, connaît une masse salariale et des charges sociales afférentes importantes. Nous sommes à plus de 24 millions d’euros de salaires sur cette saison. Nous sommes allés jusqu’à 30 millions d’euros l’année de la Champions League. »

Travailler sur un budget prévisionnel, dont les principales recettes sont validées en fin de saison en fonction du classement, semble plutôt compliqué !

P.B. : « Notre saison comptable va du 1er juillet au 30 juin, comme la saison sportive. Il peut en effet y avoir des différences notables à la sortie, pour deux raisons. La première tient aux transferts : ils peuvent être très importants ou pas. Cette année, ce poste a généré 14 millions d’euros de recettes supplémentaires pour le club. Mais c’est aléatoire. La seconde est liée aux droits télévisuels, pour lesquels il existe une prime de classement établie après la dernière journée de championnat. Nous construisons notre prévisionnel à partir de ces données [NDLR : voir le tableau page 6]. A Montpellier, on s’est toujours basé sur une 17 e place en termes de prime de classement pour limiter les surprises de fin de championnat, même si cette année, nous avons relevé cette prévision à la 12e place. C’est ce qui nous a permis jusqu’à présent, après plusieurs saisons continues en Ligue 1, d’être profitable ; ce qui n’est pas toujours évident lorsqu’on lit la presse et que l’on connaît la situation d’autres clubs. La difficulté, c’est le manque de visibilité d’une année sur l’autre, en fonction du classement. C’est clair. Voilà pourquoi certains clubs sont en grande difficulté. On peut prendre le cas de Lens, qui, il y a 6 ou 7 ans, tenait le haut du pavé. Ou des grandes villes de France aujourd’hui quasiment rayées de la carte de France des clubs de football d’élite. Ce n’est pas évident. Mais quelle activité est évidente aujourd’hui ? ».

…/…

Un pronostic sportif pour cette saison ?

P.B : « Je suis encore estomaqué de notre 6e place. Au début du championnat, je pensais que Montpellier trouvait logiquement sa place entre une 7e et une 14e place. Une 8e place en fin de saison me satisferait pleinement. Attention, ce n’est pas un pronostic, on ne pariera pas de sous dessus (rires), mais je sens que nous sommes plutôt bien par rapport à nos objectifs et à notre budget… »

Propos recueillis le 21 janvier 2015 par Daniel CROCI

Extrait de l’article ” Foot ! Le MHSC côté entreprise… ” à lire dans son intégralité dans notre édition du jeudi 5 février 2015 n° 3032

Voir les vidéos de l’entretien HJE avec Philippe PEYBERNES (vidéos by Nicolas D’Andreano) :

Football MHSC Entretiens vidéos avec Philippe PEYBERNES, directeur administratif et financier
Vidéos HJE : Philippe PEYBERNES, le directeur administratif et financier du Montpellier Hérault sport Club depuis 31 ans, précise dans une interview vidéo, les … Par Nicolas D’ANDREANO Dernière modification 06/02/2015 12:00 — Motsclés associés : Vidéo, MHSC


• S’abonner en ligne (CB) à l’Hérault Juridique & Economique

• Nouveau sur www.heraultjuridique.com : les vidéos culturelles lien direct iciou onglet vidéos

• Voir toutes les infos du fil d’actualité heraultjuridique.com

• Vous abonner à la newsletter gratuite ECO-LR du jeudi de l’heraultjuridique.com


Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.