Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Frapper des étudiants pour imposer « Parcours sup » : c'est la fête à la présidence de l'université Paul Valéry !

Ce lundi 07 mai, la présidence de l'université Paul Valéry – Montpellier 3 avait…

Ce lundi 07 mai, la présidence de l'université Paul Valéry – Montpellier 3 avait convoqué une réunion des responsables de composantes de l'université dans le cadre du traitement des dossiers sur la plateforme de sélection « parcours sup ». C'était sans compter sur les étudiants et personnels mobilisés contre la sélection sociale, qui ont tenu à partir de 14h un rassemblement devant les portes de la salle ou devait se tenir la réunion.

Déterminé à tenir coûte que coûte cette réunion, Patrick Gilli s'est alors réfugié dans le bâtiment administratifs « Les Guihems » avec les responsables de composantes, les étudiants mobilisés étant bousculés sans ménagement par les vigiles privés pour faire passer ces sélectionneurs sans gloire.

Malgré l'impressionnant dispositif de sécurité, les étudiants ont contraint une nouvelle fois la réunion a se déplacer dans une autre salle du bâtiment, car le bruit produit par le rassemblement empêchait elle-ci de se tenir. Une courageuse étudiante est parvenue à entrer à l'intérieur du bâtiment au rez-de-chaussée, ou elle a fait face à des vigiles fortement remontés. Pendant ce temps, des étudiants se sont faufilés par une fenêtre ouverte dans la salle ou se tenait la réunion « Parcours Sup » afin d'exprimer leur opposition à la mise en place de la sélection. Une fois entrés dans la salle, ces étudiants, dont un élu étudiant du SCUM, se sont vus empoignés par des enseignants et personnels administratifs, dont le président Patrick Gilli en personne afin d'être mis à la porte. Alors qu'ils tentaient de résister de façon pacifiste en s'accrochant aux meubles et portes, ils ont eu la surprise de recevoir des coups de pieds, de genoux et de poing. La chemise blanche du président Patrick Gilli fut même tachée par le sang d'un des étudiants frappés. Les coups gratuits reçus par ces étudiants n'ont cessé qu'à l'arrivée des agents « sécurité incendie ». Les mains en sang, notre élu s'est vu soumis à un chantage ignoble de la part de la vice-présidente de l'université, Maud Morlaas : Il ne pourra sortir du bâtiment et recevoir des soins que lorsqu'il aura accepté d'enlever le sang de son visage et de ses mains. Après avoir directement supervisé le molestage d'étudiants, la vice-présidente de l'université assure le service après-vente en tentant d'effacer les preuves. Ayant du se soumettre à ce chantage, les étudiants ont été ensuite pris en charge par la médecine préventive de l'université. Une main courante a été déposée.

Après les violences miliciennes du 22 mars et les violences policières des 10 et 14 avril, encore une fois des étudiants mobilisés se voient agressés physiquement de façon gratuite. Ces violences n'entameront pas notre détermination sans faille à lutter contre la sélection sociale.

Nous appelons à multiplier les actions contre les directions d'université et contre le gouvernement, afin de défendre notre droit à un avenir.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.