Frontignan : la ville relaie la campagne de prévention des noyades de VNF

Les canaux et rivières français ne sont pas faits pour la baignade, hors espaces aménagés. Celles-ci y est dangereuse et, sauf exceptions, y est interdite rappelle Voies navigables de France (VNF) dans une campagne de prévention lancée cet été. La ville de Frontignan relaie le message pour prévenir ses habitants et touristes.

Selon l’enquête Noyades réalisée par Santé publique France en 2018 (étude réalisée tous les 3 ans), plus de 20% des noyades accidentelles ont lieu chaque année dans des cours d’eau ou sur des plans d’eau et celles-ci représentent 40% des noyades mortelles. VNF, qui gère plus de 6 700 km de voies navigables, tient à rappeler une nouvelle fois qu’il est interdit de se baigner dans les canaux. La dangerosité de certains comportements est trop souvent méconnue et conduit à des drames. C’est pourquoi il est vivement recommandé au public de se rapprocher au préalable des services municipaux et offices de tourisme pour connaître les lieux aménagés et autorisés à la baignade. En dehors des sites aménagés, les risques sont réels, notamment en raison de la présence de courants parfois très violents et insoupçonnés, des remontées sur berge parfois difficiles ou encore d’une mauvaise visibilité sous l’eau qui rend le sauvetage d’un baigneur en immersion très difficile voire impossible.

Le Covid a empêché les cours de natation scolaire

Selon Santé Publique France, les noyades accidentelles sont responsables chaque année de 1 000 décès (dont la moitié pendant la période estivale), ce qui en fait la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans. Les noyades chez les enfants sont pour la plupart dues au fait que l’enfant ne sait pas nager. Or, depuis plus d’un an, environ 800 000 écoliers et collégiens n’ont pas pu apprendre à nager ou se perfectionner grâce l’école, du fait de la fermeture des piscines pour des raisons sanitaires. Dans ce contexte, les pouvoirs publics redoutent une augmentation significative du risque de noyade pour les enfants qui ne savent pas ou peu nager et invitent les parents à la plus extrême vigilance.

Saut depuis un pont : risque maximal de mort

Par défi ou besoin d’adrénaline, les jeunes raffolent de cet exercice. Pourtant, dans l’eau trouble des canaux et rivières, à l’endroit où sont construits les ponts, se cachent des ouvrages qui, en cas de saut, peuvent se révéler mortels : blocs de béton, pieux métalliques, amoncellement de roches. De plus, les canaux et rivières sont peu profonds ce qui accentue le risque d’accidents.

Ecluses et barrages : baignade interdite

VNF rappelle également qu’il est strictement interdit de se baigner en amont, en aval des écluses et des barrages, et même à l’intérieur des écluses, en raison du danger que représentent ces ouvrages et des manœuvres qui y sont effectuées. De même, le franchissement des barrages est interdit à tous types d’embarcations, les risques de noyade étant réels (tourbillons). Enfin, les voies d’eau étant dédiées à la navigation fluviale, le risque de se faire heurter par les bateaux de commerce ou de plaisance y est élevé.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.