Galeries Lafayette : Philippe Sempéré, « Un triple challenge pour le commerce biterrois »

A 48 ans, Philippe Sempéré, professionnel de la mode et du vêtement depuis quinze ans, créateur de Panet’Indigo (10 magasins), s’engage dans de nouveaux défis. D’abord poursuivre et stabiliser le développement de son enseigne, puis réussir le lancement des nouvelles Galeries Lafayette de Béziers, qu’il a reprises l’été dernier et qui seront inaugurées le 9 novembre 2016.

Il mène également campagne pour les élections consulaires de la future CCI de l’Hérault, en tant que colistier de la liste d’André Deljarry. Il précise pour l’HJE ses motivations dans ce triple challenge à la fois personnel, économique et territorial.

 

HJE : Nouveaux challenges, nouveaux défis. Pourquoi avoir repris les Galeries Lafayette de Béziers ?

Philippe Sempéré : « C’est d’abord une ville fière de ses ambitions, qui ne cesse d’être étonnante de par son dynamisme. Aujourd’hui, le centre-ville bouge vraiment : plus de 150 façades ont été refaites, et 70 magasins ont ouvert depuis le début de l’année… C’est pour moi une ville en devenir. Le magasin des Galeries Lafayette est emblématique de l’histoire locale ; les Biterrois éprouvent une certaine fierté devant la sauvegarde de cet emblème patrimonial. Pour les personnes qui ont la mémoire courte, je rappelle que l’enseigne devait fermer ou être rachetée par une licence bas de gamme. Le maintien de l’enseigne de standing Les Galeries Lafayette est donc une chance pour la ville. Un centre-ville dynamisé par une attractivité restaurée, avec des commerçants proactifs et fiers de leur ville, et l’association d’un cœur de ville fort avec un très beau centre commercial comme le Polygone de Béziers… tout cela constitue un vrai grand pôle d’activité économique.»

HJE : Qu’est-ce qui change aux Galeries Lafayette ?

« Ce bâtiment haussmannien a été entièrement réhabilité. Nous avons récupéré les poteaux Eiffel d’époque, une marquise a été installée à l’entrée du magasin, le marbre au sol de l’entrée a été restauré… C’est un bâtiment majestueux qui a une âme. Quand on entre aux « Galeries », on sent un passé ; j’allais dire : « ça sent le cœur de ville ». C’est une fierté pour moi d’avoir pu concrétiser ce projet, de l’accompagner et de le réussir. J’étais en réunion il y a peu avec plus de 25 commerçants du centre-ville qui ont envie d’accompagner cette réussite, ce qui fait bien sûr plaisir et est favorable aux projections d’avenir pour l’ensemble du commerce local. »

HJE : Quel est le concept adopté ?

“Le 9 novembre, la clientèle pourra découvrir un magasin totalement refait de fond en comble. Avec en R-1, un plateau mode enfant de 800 m2 ; au rez-de-chaussée, 1 000 m2 dédiés à la parfumerie, à la beauté, la maroquinerie, à la chaussure et aux accessoires de mode ; en R+1, un plateau mode homme de 1 000 m2 avec de nouvelles marques comme El Ganso et les classiques Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Gstar, Calvin Klein, Levis, etc. incluant la costumerie et la chemiserie ; le R+2 est entièrement consacré à la mode femme sur plus de 1 000 m2 avec des marques phares comme Sandro, Maje, Gérard Darel, Comptoir des Cotonniers, Caroll, Derhy, etc., dont un espace de 300 m2 dédié à la lingerie féminine. Tous les plateaux ont été spécialement étudiés par les architectes et les décorateurs sur le thème de la Belle Epoque, qui reprend la thématique des magasins mythiques de la fin du XIXe et du début du XXe siècles. Chaque étage est ouvert sur les allées Paul-Riquet et conçu comme une scène de théâtre. Avec la mairie de Béziers et la SOCRI, la volonté est de réussir ce beau projet d’avenir.”

 

Sempéré Variable
Philippe Sempere : le fondateur de Planet’indigo relance des Galeries Lafayette renovées à Beziers

Pour quelles raisons vous engagez-vous également dans l’action consulaire, sur la liste d’André Deljarry, « Une CCI Hérault pour une économie renforcée » ?

« J’ai toujours été engagé dans des actions professionnelles et économiques sur le territoire. Avec André Deljarry, j’étais déjà sur le projet de centre commercial à Juvignac il y a plus de dix ans. C’est quelqu’un qui a une vision pour le développement économique, qui regarde le futur et qui a des projets concrets pour faire avancer les choses. On le voit à Montpellier avec tout ce qui a été fait depuis qu’il est à la tête de la CCI. La future CCI départementale englobera les bassins et les circonscriptions de Béziers, Sète et Montpellier, et, malgré de bons concurrents [NDLR : la liste Portes-Oddi], pour moi, André Deljarry est l’homme de la situation, en cette période économique difficile et de transition. Avec les élus et les chefs d’entreprise, je souhaite plus particulièrement développer l’axe du commerce et des commerçants, les cœurs des centres-villes, leur redonner de l’accessibilité pour renforcer les flux de clientèle, faire découvrir des patrimoines souvent exceptionnels qui méritent d’être valorisés, comme justement l’immeuble des Galeries Lafayette à Béziers. Je ne doute pas que les commerçants aient envie et aient le courage de leur envie, mais ils doivent être accompagnés. C’est une nécessité quand on est chef d’entreprise. Derrière son bureau ou sa caisse enregistreuse, on n’est pas toujours au courant de tout, notamment des aspects réglementaires, et on a besoin de la CCI pour s’informer et se former aux nouvelles attentes de la clientèle. En cas de résultat favorable des élections, je veux apporter mon expérience, et avec mes colistiers, comme Mathieu Ourliac ou Guillaume Abello, Florent Tarbouriech sur Sète, André Deljarry à Montpellier et l’ensemble des entrepreneurs du territoire, faire un travail de fond et renforcer la dynamique économique. Les atouts sont réels à Béziers, notamment en matière de tourisme, avec un engagement fort de l’agglomération Béziers Méditerranée sur des projets comme le Canal du Midi et les Ecluses de Fonséranes, mais aussi concernant la viticulture et nos vignobles d’excellence, la tradition aussi (la feria en est un exemple)… sans oublier l’aéroport de Béziers Cap d’Agde, qui restera bien sûr en place et bénéficiera de nouvelles ressources. Il faut prendre les idées de tous et travailler dessus. Je ne doute pas qu’avec mes colistiers, nous assumerons au mieux cette tâche. »

Propos recueillis par Daniel CROCI 

 

Reprise des Galeries Lafayette de Béziers le 1er juin 2016, inauguration le 9 novembre

La Ville de Béziers est propriétaire du bâtiment. Le groupe SOCRI REIM (Polygone Montpellier, Polygone Béziers…), partenaire de ce projet, s’est engagé dans la rénovation du bâtiment. Planet’Indigo, nouvel exploitant commercial des lieux, est devenu affilié du groupe Galeries Lafayette ; Les Galeries Lafayette, désormais franchiseur, est chargé d’accompagner la reprise du magasin par Planet’Indigo. La Ville de Béziers a obtenu le maintien de l’enseigne en centre-ville et la sauvegarde de 43 emplois. Dans le cadre des accords passés avec le groupe Galeries Lafayette, Planet’Indigo et SOCRI REIM se sont engagés à investir pour des travaux d’embellissement de façade, remettre le bâtiment aux normes et offrir un confort d’achat renouvelé aux clients du grand magasin. Les travaux ont commencé au début de cet été, pour une inauguration le 9 novembre 2016. L’établissement n’a pas fermé durant les travaux. Le nouvel attrait du grand magasin résidera dans l’esprit Belle Epoque avec lequel les nouveaux agencements ont été réalisés.  (DC)

 

Planet’Indigo

L’enseigne créée il y a quinze ans par Philippe Sempéré regroupe 10 magasins basés en périphérie (dans les centres commerciaux) et en centre-ville ; elle connaît un développement dans le grand Sud entre Montpellier, Balaruc, Sète, Béziers et, depuis peu, Carcassonne. L’enseigne va ouvrir un nouveau magasin à Castres d’ici la fin de l’année. En cette période de conjoncture économique difficile, Philippe Sempéré souhaite marquer une pause dans le développement, asseoir son réseau de magasins existants et sécuriser le groupe, qui compte 3 magasins en franchise et les autres en propre. Planet’Indigo emploie une quarantaine de collaborateurs. (DC)

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.