Grande guerre : des monuments aux morts protégés au titre des monuments historiques

Les monuments aux morts marquent les cœurs des villes et villages de France : on en dénombre environ 40 000 sur l'ensemble du territoire national, sans compter ceux présents dans les églises ou les édifices publics (écoles, mairies...).

Dans le cadre des commémorations nationales du centenaire de la Grande Guerre, l’État via la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) a consacré une étude aux monuments aux morts de la Première Guerre mondiale. Son objectif est de protéger, au titre des Monuments historiques, les monuments aux morts de la Première Guerre mondiale les plus emblématiques de la région. 42 monuments ont été retenus par la Commission régionale du patrimoine et de l’architecture (CRPA), dont ceux de Camplong, Montpellier, Pézenas et Sète pour le département de l’Hérault. Ceux-ci viennent s’ajouter aux cinq déjà protégés dans le courant des années 1990 et 2000 (ceux de Clermont-l’Hérault et Lodève par le sculpteur Paul Dardé, Port-Vendres et Céret par le sculpteur Aristide Maillol, et Montauban par le sculpteur Antoine Bourdelle).

Des monuments aux morts de la Grande Guerre protégés

Bien qu’éloignée du front, l’Occitanie a payé un lourd tribut à ce conflit violent, comme en témoigne la présence de ces monuments dans presque chaque commune de la région. Afin d’opérer une sélection dans ce vaste corpus, un groupe de travail s’est constitué autour de Luce Barlangue, professeure émérite d’histoire de l’art, spécialiste de cette thématique. Ce groupe réunissait le service de la connaissance du patrimoine du conseil régional d’Occitanie, qui mène depuis de nombreuses années un inventaire des monuments aux morts, et la cellule protection de la conservation régionale des monuments historiques de la Drac.

Les nombreuses études déjà réalisées permettant d’établir une vision solide du corpus (bases de données de l’université de Lille 3, travaux de Pierre Nora, Maurice Agulhon, Anne Pingeot), différentes typologies ont pu être dégagées : les monuments affirmant une composition architecturale (Montpellier, Albi), un fort ancrage dans l’espace urbain (Saint-Girons, Perpignan…), une thématique régionaliste (Beaucaire, Campan) ou une sensibilité pacifiste (Ouveillan, Decazeville…).

La valeur architecturale ou artistique a, en grande partie, justifié la sélection finale, dans laquelle s’illustrent tant les grands sculpteurs régionaux (Bourdelle, Maillol, Violet) que l’originalité de l’iconographie, à l’image du monument naïf de Camplong réalisé par un artisan local.

Campan 65
Campan (65), monument aux morts par le sculpteur Edmond Chrétien, 1926.

Cette sélection a été présentée à la Commission régionale du patrimoine et de l’architecture (CRPA) réunie le 3 juillet 2018. Cette CRPA s’est prononcée favorablement à l’inscription au titre des Monuments historiques de 42 monuments aux morts. Ceux-ci viennent s’ajouter aux cinq déjà protégés dans le courant des années 1990 et 2000 (Clermont-l’Hérault et Lodève par le sculpteur Paul Dardé, Port-Vendres et Céret par le sculpteur Aristide Maillol, et Montauban par le sculpteur Antoine Bourdelle). Les arrêtés de protection ont été signés par le préfet de région le 18 octobre dernier contribuant ainsi, au travers de cette reconnaissance  patrimoniale de l’État, à la commémoration du centenaire de la fin du conflit.

Les 42 monuments aux morts protégés au titre des Monuments historiques lors de la CRPA du 3 juillet 2018 sont les suivants :

Ariège : Mazères, Pamiers, Saint-Girons ;
Aude : Coursan, Fabrezan, Limoux, Ouveillan ;
Aveyron : Boisse-Penchot, Decazeville, Mur-de-Barrez ;
Haute-Garonne : Saint-Gaudens (2 monuments aux morts), Toulouse (3 monuments aux morts) ;
Gard : Alès, Beaucaire, Gallargues-le-Montueux, la Grand-Combe, Nîmes, Saint-Hippolyte-du-Fort, Saint-Jean-du-Gard ;
Gers : Condom, Lectoure ;
Hérault : Camplong, Montpellier, Pézenas, Sète ;
Hautes-Pyrénées : Bagnères-de-Bigorre, Campan ;
Lot : Figeac, Gramat ;
Lozère : Langogne, Saint-Chély-d’Apcher ;
Pyrénées-Orientales : Banyuls-sur-mer, Estagel, Prades, Perpignan, Thuir ;
Tarn : Albi, Carmaux ;
Tarn-et-Garonne : Valence-d’Agen.

Nîmes 30
Nîmes (30) Monument aux morts par l’architecte Henri Castan et le sculpteur Auguste Carli, 1924.
Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.