GRAU D'AGDE - Beau succès pour la 5ème édition de la " fête du pointu "

Pour la 5ème année consécutive, l’association des Commerçants du Grau d’Agde, avec le soutien…

Pour la 5ème année consécutive, l’association des Commerçants du Grau d’Agde, avec le soutien de la ville d’Agde et de l’Office de tourisme ont mis à l’honneur le « pointu » ce samedi 25 juin 2016.  Pour l’occasion, cet escargot de mer a été décliné en diverses recettes  par les restaurateurs partenaires du Grau d’Agde. Le public venu très nombreux à pu les déguster et en apprendre un peu plus sur leur histoire.

En effet, le « pointu » doit son nom aux redoutables piquants disposés en spirale autour de sa coquille. Pour briller en société, on peut toujours appeler ce murex épineux de son nom savant : le « Bolinus Brandaris », mais il est plus intéressant de raconter l’histoire originale qui se cache derrière ce patronyme compliqué…

Cet escargot séculaire a effectivement rempli une fonction très précise et prestigieuse de l’Antiquité au Moyen-âge : il sécrète un mucus qui fournissait la « pourpre des anciens », ou « pourpre de Tyr » (du nom de l’oxyde tyrien qu’il contient).

Le coût de revient très élevé de la pourpre réservait par conséquent son usage à des étoffes destinées aux dieux et aux classes dirigeantes des sociétés entourant la Méditerranée. À Rome, c'était le symbole du pouvoir : la largeur de la bande pourpre portée sur la toge et la couleur plus ou moins vive des vêtements rouges indiquaient le statut social du porteur du vêtement. Seuls les empereurs portaient des vêtements entièrement teints de pourpre. À Constantinople, la chambre de l'empereur était pourpre, et le fils d'un empereur né alors que son père régnait, c'est-à-dire dans cette chambre, portait le surnom prestigieux de « Porphyrogénète » (« né dans la pourpre », en grec).
La raréfaction du Murex a provoqué la disparition des techniques de fabrication de la teinture pourpre.
Aujourd’hui, le « Pointu » a retrouvé sa fonction purement culinaire. Si les Espagnols en ont toujours été très friands, sa consommation avait quelque peu été boudée en France, mais cet escargot de mer a su reconquérir ses amateurs depuis une dizaine d’années.

Les grauléens ont eu également l’honneur de recevoir quelques « HERAULT DU CINEMA ET DE LA TELE » comme les réalisateurs français Jean-pierre MOCKY et Robert HOSSEIN  ou encore l’acteur Henry  GUIBET  venus découvrir et apprécier  ce gastéropode.

La confrérie des Pointus était également présente  accompagnée  de la peña  Los Biterres qui a animé cette matinée conviviale et gourmande.

Pour l’occasion un « pointu » a  même été sculpté dans la glace

Une belle manifestation  qui vous donne rendez-vous l’année prochaine  pour une 6ème édition encore plus festive !


392 clichés sont disponibles sur notre page

FACEBOOK HERAULT TRIBUNE 


Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.