L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.

Grève du greffe du Tribunal de commerce de Paris le 26 janvier 2015

Dasn un communiqué de presse, les 221 salariés du greffe du Tribunal de commerce de Paris précisent : ” L’article 19 prévoit notamment « la transmission par voie électronique à l’INPI à titre gratuit d’un document valant original des inscriptions effectuées au greffe et des actes et pièces qui y sont déposés, dans un délai […]

Dasn un communiqué de presse, les 221 salariés du greffe du Tribunal de commerce de Paris précisent : L’article 19 prévoit notamment « la transmission par voie électronique à l’INPI à titre gratuit d’un document valant original des inscriptions effectuées au greffe et des actes et pièces qui y sont déposés, dans un délai et selon des modalités qui seraient fixées par décret. La transmission devra s’effectuer dans un format informatique ouvert de façon à permettre leur interopérabilité et leur réutilisation. ». Cette diffusion serait donc, si la loi était votée, effectuée gratuitement par l’INPI à partir des données collectées et contrôlées juridiquement par les greffes.
Les officiers publics et ministériels que sont les greffiers des tribunaux sont en mesure de garantir la qualité de service rendue aux justiciables, aux entrepreneurs, et à la Juridiction commerciale, grâce à leurs investissements, techniques, financiers et humains. La transmission des données du registre du commerce et des sociétés, dont le traitement fait appel à des compétences juridiques particulières permettent aux greffes de garantir la fiabilité juridique des informations avant leur diffusion, et aussi de compenser une activité judiciaire financièrement déficitaire depuis toujours.
Si demain l’équilibre financier des greffes n’est plus assuré, quel sera l’avenir de leurs 1 800 salariés ? Qu’est-ce que l’Etat leur proposera en remplacement ? Des postes de fonctionnaires ? Ou alors un statut de chômeur !


Les 221 salariés du greffe du Tribunal de commerce de Paris s’interrogent également :

” Comment croire qu’il sera possible de proposer un service de transmission électronique gratuit et de qualité sans ponctionner les finances publiques ? Dans le contexte économique actuel où l’Etat cherche coûte que coûte des sources de revenus pour combler le déficit du pays, comment peut-il faire l’impasse sur les millions d’euros de TVA et d’impôts directs collectés par les greffes des tribunaux de commerce ?

Pourquoi supprimer un service qui fonctionne bien et à la satisfaction de tous, qui ne coûte pas un centime à l’Etat, ni aux contribuables et qui fait vivre des milliers de personnes ? S’agissant des justiciables, des professionnels du droit, des juges des tribunaux de commerce et des chefs d’entreprise, quelle qualité de service les greffes des tribunaux de commerce seront-ils demain en mesure de leur proposer ? N’y-a-t-il pas d’autres réformes plus importantes à mener ? “.

Ce sont autant d’interrogations que les 221 salariés du greffe du tribunal de commerce de Paris ont exprimées dans une lettre ouverte adressée le 21 janvier 2015 aux députés et aux sénateurs, et qu’ils réitéreront par leur manifestation du lundi 26 janvier 2015.

• S’abonner en ligne (CB) à l’Hérault Juridique & Economique

• Nouveau sur www.heraultjuridique.com : les vidéos culturelles lien direct iciou onglet vidéos

• Voir toutes les infos du fil d’actualité heraultjuridique.com

• Vous abonner à la newsletter gratuite ECO-LR du jeudi de l’heraultjuridique.com

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.