HERAULT - Communiqué de presse de CPNT concernant le bilan rural d'Emmanuel Macron

Le bilan rural des 15 premiers mois de la présidence Macron Dans le cadre de…

Le bilan rural des 15 premiers mois de la présidence Macron

 

Dans le cadre de sa rentrée politique CPNT – le Mouvement de la Ruralité «  porte- voix de la ruralité » passe au crible les 15 mois de la présidence Macron et ses promesses non tenues pour le monde rural.

Un État censeur, un État tuteur, qui s'assoit sur le principe de libre administration des collectivités locales.
Pour le président Macron, seules les métropoles représentent un intérêt politique. Il se souvient des territoires ruraux pour y envoyer des familles en difficulté, des demandeurs d'asile ou autres cas désespérés dont les villes ne veulent plus. Mais qu'en est-il de la vie locale, le tissu associatif, l'économie rurale… ? Après la décentralisation, la recentralisation ! Tout se décidera à Paris. Les maires, les présidents des conseils départementaux ne seront plus que des exécutants… S'ils filent droit, ils auront des subventions, s'ils sortent du rang… on leur coupe les vivres.
Voilà la démocratie façon Macron !

Communes rurales oubliées

Laisse des emplois aidés, la suppression de la taxe d'habitation. Ils seraient au moins 2.000 maires, adjoints et conseillers municipaux à avoir démissionné depuis les élections municipales de 2014 devant ce cumul de restrictions budgétaires qui rendent impossible la gestion des petites et moyennes communes rurales. Le Macron des villes n'est pas leMacron des champs ! Un véritable déménagement du territoire. Alors que le Président de la République a annoncé un énième plan banlieue en promettant des services publics et des emplois francs pour les quartiers prioritaires, la ruralité continue de perdre les siens et déplore la disparition de ses commerces de proximité ! Macron a réduit à 12 les élèves de CP et CE1 dans ces quartiers, quand on continue de supprimer des classes entières dans les petites communes rurales. Il déshabille Pierre de la ruralité pour habiller Paul des quartiers prioritaires !
CPNT a choisi d'accompagner les députés, les sénateurs partenaires Les Républicains, les maires porte-paroles des territoires ruraux, qui se sentent méprisés par le Macron.

Retraités en colère

Un président qui méprise et qui ponctionne ceux qui ont travaillé toute leur vie pour avoir une retraite décente, engendre un pays en perte de ses fondamentaux !
Les retraités ont constaté la baisse de leurs revenus mensuels, liée à la hausse de 1,7 point de la CSG. CPNT – le mouvement de la ruralité comprend la colère légitime des retraités qui ont découvert  l'ampleur de la baisse de leur pension. Cette baisse de 15 à 30 euros – voire plus par mois – non compensée, contrairement aux actifs, engendre un profond sentiment d'injustice. Une vie de labeur sanctionnée par une baisse de 17 euros mensuels, pour une retraite à partir de 950 euros, alors que, depuis 5 ans, aucune hausse des retraites n'est venue renforcer le pouvoir d'achat des retraités, est une honte !
Le gouvernement a oublié que, très souvent, les retraités sont des soutiens financiers indispensables de leurs enfants et petits-enfants. Ils sont également la cheville ouvrière d'associations humanitaires, sociales, éducatives, sportives, patriotiques, politiques… qui, sans leur présence, seraient dans l'incapacité matérielle et humaine de fonctionner.
Quant à la soi-disant suppression de la taxe d'habitation annoncée, CPNT ne se fait pas d'illusion ! Ce n'est qu'un leurre de plus, car pour être «compensée à l'euro près», promis aux communes, son financement viendra obligatoirement par la création ou l'augmentation de taxes ou d'impôt nouveaux déguisé. Les petites retraites agricoles devaient être revalorisées à 85% du SMIC au 1er janvier 2018, mais le gouvernement d'Édouard Philippe a reporté à 2020 les engagements de ses prédécesseurs.

Réintroduction de l'ours

Les sommes engagées pour limiter et indemniser les dégâts de ces prédateurs et pour assurer leurs suivis pourraient être réemployées par nos ministères pour préserver pour soutenir l'économie dans les zones rurales de montagne en finançant des postes d'institutrices ou d'agent postal…. qui fait tant défaut actuellement dans certaines régions. Ce sont ceux qui subissent les désagréments qui doivent décider, et non les citadins pouqui l'existence du loup et de l'ours est une satisfaction purement intellectuelle !

Limitation à 80 km/h

Cette mesure uniforme et décidée par le gouvernement est stupide et significative d'un État hyper centralisateur où tout DOIT se décider à Paris, mesure typique d'un gouvernement parisien qui n'a jamais mis les pieds dans communes rurales afin de l'adapter à la réalité de nos territoires ruraux. Il serait plus judicieux d'aménager nos routes, glissières de sécurité, redresser les virages dangereux, faire de nouvelles routes… 
Le président et son gouvernement ont fait le choix de la répression, des radars les pompes à fric de la république, plutôt que de l'entretien de notre réseau routier.

Annulation de 300 millions d'euros de dotations aux collectivités locales

Quelques jours après la Conférence des Territoires le 17 juillet 2018 et son engagement à ne pas baisser les dotations aux collectivités en 2018, Emmanuel Macron et son gouvernement font tout le contraire ! Des coupes drastiques sont prévues dans les caisses de l'État avec la suppression de plus de 300 millions d'euros de crédit destinés aux collectivités territoriales pour 2018.  À ces coupes budgétaires, il faut rajouter le manque à gagner des taxes d'habitations. Rien d'étonnant que la colère des élus locaux gronde dans les petites communes rurales qui en font principalement les frais. 
Les élus ont pourtant découvert un décret publié trois jours plus tard, le 20 juillet annonçant la baisse des 300 millions de dotations. Chercher l'erreur ?

Hausse des carburants

La rentrée de septembre désastreuse pour le portefeuille des ruraux !
CPNT a condamné les propos de Gérald Darmanin qui défend les taxes sur les carburants. Des propos révoltants pour le monde rural privé de transport collectif, obligé d'avoir une voiture pour le travail, le médecin, les courses… tout simplement pour vivre ! C'est encore une aug-mentation des impôts déguisés en taxes vertueu-ses en plein milieu des vacances. Le climat est un alibi pour nous taxer toujours davantage et dans tous les domaines. Le ministre de l'Action et des Comptes publics se moque des Français. Il est exaspérant de subir le mépris de ce gouvernement qui, de façon hypocrite piétine les plus modestes et les ruraux qui voient leur pouvoir d'achat fondre à vue d'œil depuis 15 mois. 
C'est aussi là qu'il faut chercher la cause de la stagnation de la croissance…

Agriculture

On se souvient que le président Macron avait promis lors de son discours de Rungis du 17 octobre 2017, que la loi que voterait sa majorité parlementaire en 2018, change-rait les choses dans le cadre de la non négocia-tion annuelle sur les prix entre la distribution et ses fournisseurs. Cela devait aller dans le sens d'une juste rémunération des paysans. « Nous vivons, en effet, dans un pays où les agriculteurs ne peuvent plus vivre du juste prix payé »  avait-il dit ce jour-là.

A l'issue de la réunion du 20 juillet 2018 à l'Élysée, le mouvement de la ruralité constate la déception du monde agricole, car les propositions du président Macron ne sont pas à la hauteur des espérances qu'il avait fait naître dans son discours de 2017 sur la nécessité de remonter le revenu des producteurs. Les agriculteurs s'inquiètent de la dégradation financière de la comptabilité de leurs exploitations, et demandent au président Macron de permettre aux différents acteurs de l'agriculture de vivre de leur métier et dans leur secteur d'activité en partant des coûts de production !

Après 15 mois de présidence, quel est le bilan de la politique  “En Marche ” ? Une croissance en panne, un chômage en hausse, le monde rural humilié, oublié, des taxes en plus (impôts déguisés), des prestations en baisse… La France reste, encore cette année, le pays le plus fiscalisé et taxé socialement de l'Union européenne (Etude IE Molinari ). 

Si Emmanuel Macron demeure très éloigné des préoccupations des habitants des campagnes, CPNT est le seul parti politique en France qui consacre l'intégralité de son programme politique aux préoccupations des Ruraux. 

Dans le cadre de son partenariat avec les Républicains, CPNT apporte régulièrement  son expertise rurale pour la reconquête de nos territoires ruraux oubliés de la politique Macron.

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.