HERAULT - REM, une République En Macronie

Si l'on en croit les medias, comme pour les présidentielles, le vote des législatives…

Si l'on en croit les medias, comme pour les présidentielles, le vote des législatives est déjà bouclé et va se solder par une majorité très confortable pour la “république en marche”. Or le nouveau président s'apprête à mettre en oeuvre sur le plan économique (et social) les mêmes politiques libérales qui ont provoqué la colère et le désespoir des classes populaires et qui ont alimenté le vote FN.

Car, contrairement à tout ce qu'on veut nous faire croire, il n'y a rien de novateur dans le programme du candidat : il met en avant les vieilles recettes néo libérales qui, cuisinées par la droite ou la “gauche”, nous ont conduit à la situation qu'il entend dénoncer. Peut-être, le contexte général, plus dégagé que ces dernières années, lui permettra -t-il quelques résultats. Mais ne nous y trompons pas, l'économie générale du pays s'en trouvera peut-être améliorée, mais si on lui laisse développer sa politique ,( – nouvelle mouture de la loi travail à grands coups d'ordonnances, remise en cause du compte pénibilité, plafonnement des indemnités pour licenciment abusif, modification de l'impôt sur la fortune qui préserve le revenu des capitaux , augmentation de la CSG touchant le pouvoir d'achat des retraités alors que  le montant des retraites n'a pas été revalorisé depuis des années, suppression bidon de la taxe d'habitation pour 80 % des assujettis-), la situation de la plupart des citoyens se trouvera, elle, dégradée et les inégalités continueront à progresser. 

Les premiers jours de sa présidence sont présentés comme un véritable succès; or si le comportement d' Emmanuel Macron fait “plus présidentiel” que celui de ses deux prédécesseurs, il a déjà commis pas mal de faux pas…à moins qu'il ne s'agisse de ballons d'essai destinés à mesurer la capacité de réaction de la population ( la transformation se faisant après le vote) : dérapages sur le costume, la colonisation et dernièrement “blague”sur l'immigration clandestine à Mayotte;  désignation arbitraire des journalistes habilités à suivre le président; loi de moralisation de la vie publique rebaptisée à l'aune de l'affaire “Ferrand”;  “complicité” avec le premier ministre canadien laissant augurer d'une bonne mise en place du CETA; soudaine découverte des vertus de l'écologie après qu'il eût cru “plier” Trump au G7 : au-delà des jolis mots c'est du côté des actes que le président et son gouvernement sont attendus; d'autant que le passage à Bercy de E. Macron a plutôt laissé un goût amer aux défenseurs de l'environnement…et même s'il a repris l'objectif principal de passer de 75 à 50 %  de nucléaire en 2025 , c'est Bercy chapeauté aujourd'hui par la droite qui tient les cordons de la bourse que N.  Hulot aura tout le mal du monde à desserrer (alors que le détricotage de la loi sur la transition énergétique se prépare sous la pression d'EDF).

Le fonctionnement que E. Macron qualifie lui-même de jupitérien de la présidence qu'il nous propose présenterait d'autant plus de danger qu'il obtiendrait une majorité absolue à l'assemblée :  la plupart des candidats présentés par “la république en marche”,lorsqu'ils ne sont pas des vieux chevaux de retour des Républicains ou du PS présente le même profil : nouveaux en politique, c'est à dire jusque là peu intéressés à autre chose que leurs propres affaires, parfois parachutés sans aucune connaissance du territoire qu'ils sont sensés représenter et si prêts à jouer les godillots que le seul programme qu'ils affichent est le portrait de leur chef de file. Le vieux mythe de l'homme ou la femme providentiels (cultivé d'ailleurs aussi par les insoumis de Mélanchon ou le  FN de M. Le Pen ) n'a rien de démocratique. De plus la “technique” consistant à ne pas présenter de candidat “en marche” face à de potentielles recrues ( Valls, El khomry) sent la bonne vieille tambouille d'antan …

Se référant régulièrement à la volonté du peuple qui l'a mis en place,  E. Macron feint d'oublier qu'il a été élu par défaut par une bonne partie de la population… Or si la gauche, qu'il a largement contribué à démanteler avec l'appui de son pygmalion Hollande et le ralliement  des cadres les plus conservateurs du PS,  ne s'est pas reconstruite d'ici 2022, le FN constituera la seule alternative au président sortant avec, cette fois, de très sérieuses chances de l'emporter.

Même s'il a connu grâce ou à cause du ” vote utile” une raclée électorale, le seul programme innovant de la présidentielle était celui de Benoît Hamon bâti autour de 3 points : la prise en compte positive des bouleversements écologiques, la reconnaissance du burn out (loin de la nouvelle loi travail) et surtout  le revenu universel, arme décisive contre la précarité.  Cette dernière proposition a été déformée et brocardée par tous (de la droite à l'extrême gauche) mais il faudra pourtant bien que l'on y revienne …

En attendant, il est important d'envoyer à l'Assemblée Nationale des députés respectueux du mandat qui leur est confié et libres de leurs choix, constructifs lorsqu'il le faut mais capables de s'opposer lorsque l'intérêt de leurs électeurs l'exige. Donner une majorité à un gouvernement est synonyme d'efficacité, mais aider un gouvernement à faire table rase de toutes les oppositions est éminemment dangereux…Imaginez l'Amérique de Trump sans contre pouvoirs… 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.