L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Faits divers / Insolite

Hôpital d’AGDE : L’Agence Régionale de Santé ne donne pas de réponse claire sur le dossier des urgences

Hôpital d’AGDE : L’Agence Régionale de Santé ne donne pas de réponse claire sur le dossier des urgences L’Association des Médecins Urgentistes de France (AMUF) qui a récemment dénoncé la décision de l’Agence Régionale de Santé (ARS) d’accorder un service d’urgence à la clinique privée de Pézenas et non à l’hôpital public d’Agde s’en remet à […]

Hôpital d’AGDE : L’Agence Régionale de Santé ne donne pas de réponse claire sur le dossier des urgences


L’Association des Médecins Urgentistes de France (AMUF) qui a récemment dénoncé la décision de l’Agence Régionale de Santé (ARS) d’accorder un service d’urgence à la clinique privée de Pézenas et non à l’hôpital public d’Agde s’en remet à l’arbitrage objectif de la Ministre de la santé.

En effet, après un entretien le 19 février avec la directrice de l’ARS, nous faisons le constat amer que celle-ci campe sur ses positions et, comme on pouvait s’y attendre, n’a aucunement l’intention de revenir sur cette décision.

L’AMUF maintient  donc son recours en justice, forte des arguments qu’elle a pu opposer  lors de cet entretien et vu le manque d’explications qui lui ont été fournies en retour.

        Sur la validité des chiffres de population l’ARS reconnait l’importance du bassin de population agathois a fortiori pendant la période estivale. Lorsqu’on lui fait valoir qu’il est absolument illogique de privilégier l’implantation d’un service d’urgence dans une ville de moins de 10 000 habitants alors que dans la ville voisine de 25 000 habitants il n’y en a toujours pas, il n’y a pas de réponse.

        A la question de l’enclavement du territoire agathois (aucun accès par voie rapide ou autoroutier), l’ARS n’a pas non plus d’argument à opposer.

        A contrario lorsqu’on fait valoir que l’autoroute A75 qui passe à Pézenas a permis un désenclavement  de ce territoire et que, de fait, aujourd’hui les piscénois ont accès à au moins deux service d’urgences (Béziers et Boujan-sur-Libron) en moins de 20 minutes, là encore notre interlocuteur reste muet.

        A la question de la validité des chiffres de fréquentation de la clinique Pasteur de Pézenas, l’ARS  avoue que ceux-ci n’ont pas fait l’objet d’une vérification, tant sur le nombre de passages que sur leur caractère d’ «urgence ».  C’est l’un des objets de notre requête  en justice.

Tous ces éléments nous font penser que ce dossier doit être repris de manière sérieuse et objective.

Concernant  la situation des piscénois, l’AMUF prend acte de l’inquiétude de son maire, monsieur Vogel, de voir disparaitre le service dont bénéficie la population depuis des années.  Il nous parait néanmoins important de rétablir la vérité. Depuis des années en effet les piscénois ont accès à des soins non programmés 24 heures sur 24.  L’appellation service d’urgence  et l’affichage mural  ont été utilisés à tord par la direction de la clinique et son PDG, Monsieur Lamine GHARBI bien avant l’obtention de l’agrément de L’ARS. Cet affichage totalement illégal a fait croire à tout le monde qu’un service d’urgence existait depuis des années.

Quoiqu’il en soit l’offre de soins que proposait la clinique Pasteur semblait convenir aux habitants de Pézenas et il n’y avait aucune raison d’en modifier les statuts et le cadre d’activité de soins. Monsieur Gharbi s’il en a réellement la volonté, peut très bien continuer à faire fonctionner sa clinique comme elle fonctionnait jusque là. Il n’y a aucune raison d’en changer le statut, sauf à rechercher des financements institutionnels pour éponger les investissements réalisés. 

A contrario la ville d’AGDE a des besoins qui ne sont plus à démontrer et l’agrément en service d’urgence donné à la clinique privée de Pézenas  a empêché du même coup  le développement de l’hôpital  et la création d’un service d’accueil des urgences ouvert lui aussi 24 heures sur 24.

Quant  aux éléments contenus dans la motion présenté par Monsieur VOGEL,    et votée en conseil municipal (voir le quotidien régional du 22 Février), nous contestons la réalité des chiffres sur laquelle elle est basée :

        Le bassin de population du canton de Pézenas  compte 20 454 habitants selon le dernier recensement INSEE. Monsieur Vogel fait état de 60 à 70 000 habitants. Les hauts cantons dont il parle sont aujourd’hui couverts  par la clinique de Bédarieux et l’hôpital de Lodève.  Quant aux communes au sud de Pézenas  (Florensac, Pomerols, Pinet, …) elles sont déjà rattachées à Agde, pour preuve la participation des médecins généralistes de ces communes à la Maison Médicale de Garde d’Agde. Nous ne comprenons pas la démarche de monsieur VOGEL qui incite ces communes à voter sa motion

        Il fait aussi état de 5 médecins urgentistes. Il n’existe actuellement qu’un médecin urgentiste titulaire, les autres médecins étant des remplaçants.

        Il en va de même pour la fréquentation annoncée du service : une certaine partie des consultations actuelles ne relève pas de l’urgence mais sont du domaine d’un suivi après une première consultation.

L’Association des Médecins Urgentistes a bien entendu le message de Monsieur VOGEL  qui souhaite pour la population de sa commune une bonne couverture sanitaire. Nous nous associons à ce vœu bien évidemment.  Il est pourtant illusoire d’imaginer que dans toutes les villes de France de moins de 10 000 habitants on puisse mettre un service d’urgence. Les piscénois ont la chance d’avoir dans leur ville deux structures de soins, la clinique Pasteur et l’hôpital, dont les activités sont complémentaires.  Le service proposé jusque là semble satisfaire la population. Pourquoi en changer ?  Par ailleurs grâce à l’autoroute A75 les Piscénois ont maintenant une très bonne accessibilité aux établissements du Biterrois. Ces deux considérations doivent permettre de lever toute inquiétude.  

L’AMUF a toujours œuvré pour défendre un service public de qualité où personne n’est laissé pour compte.  Aujourd’hui la décision de l’ARS de privilégier une clinique privée, dans une petite ville au détriment d’un hôpital public dans une ville de plus de 25 000 habitants nous apparait comme une injustice flagrante et nous nous en remettons au bon sens et à la clairvoyance de notre ministre de la santé.

Docteur de Pontual

Délégué régional de l’Association des Médecins Urgentistes de France

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.