Initiative Cœur d’Hérault : 20 ans et de nouvelles ambitions

C’est au musée de Lodève que l’association a fêté le 6 septembre, ses 20 ans d’action auprès des créateurs et porteurs de projets. Plus de 500 entreprises du Cœur d’Hérault (1000 emplois) ont ainsi bénéficié de prêts d’honneur (2 millions d’euros au total) et ont été accompagnées dans leur développement. La soirée “ au musée” a aussi permis d’officialiser le passage de présidence entre Jean-Luc Barral et Sylvie Painvin, expert-comptable, qui veut franchir le cap des 100 entrepreneurs aidés chaque année par l’association.

“ Ces 20 ans sont avant tout ceux de Maître Jean-Luc Barral. Il faut rendre à César ce qui est à César. ” Sylvie Painvin, la nouvelle présidente de la plateforme Initiative Cœur d’Hérault, a souhaité mettre à l’honneur celui qui a drivé pendant deux décennies, avec l’ensemble des bénévoles et des partenaires publics et privés, cette action vitale pour l’économie du cœur d’Hérault. Très ému, le past président a remonté le fil du temps…

Article réservé à nos abonnés

 

Abonnez vous en ligne

UNE HJE 3271

 

 

 

 

Pas encore abonné ? Abonnez-vous en ligne ICI, 

 

Nos articles DECIDEURS

 

 

 

 

 

 

 

“ Ces 20 ans sont avant tout ceux de Maître Jean-Luc Barral. Il faut rendre à César ce qui est à César. ” Sylvie Painvin, la nouvelle présidente de la plateforme Initiative Cœur d’Hérault, a souhaité mettre à l’honneur celui qui a drivé pendant deux décennies, avec l’ensemble des bénévoles et des partenaires publics et privés, cette action vitale pour l’économie du cœur d’Hérault. Très ému, le past président a remonté le fil du temps : “ Tout a commencé à la Table d’Émilie à Gignac, à l’occasion d’un repas entre petites entreprises “. Le territoire connaît alors un taux de 25 % de chômage. Sous l’impulsion de Gérard Delfau et du sous-préfet Pichon, avec la complicité active de la Caisse des Dépôts et d’autres partenaires, l’association constitue ses premiers fonds.

Initiative Cœur d’Hérault dont le siège est longtemps resté à Saint-André de Sangonis avant de rejoindre Gignac, fait aujourd’hui partie des 217 plateformes créées à l’échelon national. “ C’est une grande affaire et une affaire extraordinairement démocratique” précise Jean-Luc Barral. “ La seule chose qui importe à Initiative France c’est l’action de base, ici, dans le pays cœur d’Hérault. Cette mécanique basée sur l’ensemble des plateformes et les chefs d’entreprise permet de parler et d’œuvrer avec les entrepreneurs, et avec l’aide de nos partenaires financiers, les chambres consulaires, les collectivités… d’assurer l’intermédiation entre le monde privé et le monde public ”. Et Jean-Luc Barral de regretter au passage, de voir ces mondes se séparer trop souvent et avoir des règles de fonctionnement qui s’éloignent.

“ L’association s’est bâtie sur la fin de la COGEMA et la destruction de 250 emplois. Depuis nous avons créé plus de 500 entreprises soit l’équivalent de 1000 emplois, avec 2 millions d’euros de prêts d’honneur accordés… dans le temps mais sûrement. L’argent donné à quelques chefs d’entreprise qui l’ont rendu pour le redonner à d’autres, a servi à cela, sans faire de bruit, tout doucement, mais on l’a fait ! Nous avons des raisons d’en être fier. La balance est extraordinairement heureuse. ça ne pourra perdurer que grâce aux partenaires publics et avec les chefs d’entreprises ” a-t-il conclu.

Cap sur les 100 entreprises et un travail collaboratif


D’un sourire – élue démocratiquement, a-t-elle souligné – la nouvelle présidente Sylvie Painvin, a lancé un appel : “ Chefs d’entreprises, nous avons besoin de vous. Moins pour votre argent que pour votre temps ! Venez participer à nos comités…”. Elle constate :
“ Nous sommes en effet, un peu entre nous, expert-comptables, avocats, conseils d’entreprise, banquiers… même si cela se passe bien avec 47 créations par an et 78 % de taux de pérennité – ce qui est génial –  mais nous avons besoin d’intégrer de nouvelles compétences ”. Comme ces deux architectes qui ont un jour, rejoint l’association. “ Nous n’avons plus seulement parlé chiffres ou haut de bilan mais de la cité, de l’intégration de l’économie dans la ville, de ce que pouvait apporter à la communauté la vision différente de ces professionnels. J’ai appris, j’ai observé, nous avons tous bénéficié de cette nouvelle vision du monde de l’entreprise.”  Son objectif immédiat est de sortir des stéréotypes pour aller plus loin dans l’accompagnement des entreprises. La volonté de Sylvie Painvin, avec toutes les forces vives de l’association, est de passer de 40 dossiers aidés chaque année à 100 sur les 3 ans qu’elle se fixe pour mandat. “Nous avons besoin de la présence de chefs d’entreprise pour arriver à cet objectif, qu’ils participent aux comités de sélection, qu’ils puissent travailler de façon collaborative et nous aider à améliorer la compréhension des nouvelles activités”. Autre objectif, permettre aux plus jeunes “ de croire à nouveau qu’ils peuvent être chef d’entreprise (…) de moins en moins de jeunes souhaitent créer de belles entreprises. C’est peut-être lié au phénomène de l’auto-entreprise. Notre mission est aussi de leur redonner le goût d’entreprendre en grand ”.

La présidente a in fine remercié à l’occasion du cocktail dînatoire – imaginé par M. Aubin de la Vie de l’Atelier Nomade – les collectivités présentes et les mécènes de la soirée (ES embouteillage, Confort Climat, Le département de l’Hérault…) ainsi que l’ensemble des partenaires ayant participé au financement de cette soirée. Et Fanny Jeanjean, la précieuse collaboratrice permanente de l’association, à l’origine de cette très intéressante soirée qui a subtilement mixé avenir économique et présence culturelle.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.