L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.

Jeune barreau de Montpellier : les Prix Lafont et Badie 2016 décernés

Il est des événements qui divisent, d’autres qui soudent. La rentrée solennelle du jeune barreau fait définitivement partie de la seconde catégorie. La profession a assisté le vendredi 24 juin, à l’opéra Comédie de Montpellier, à une cérémonie souvent émouvante, qui démontre, une nouvelle fois, que la société peut compter sur le talent sans cesse […]

Il est des événements qui divisent, d’autres qui soudent. La rentrée solennelle du jeune barreau fait définitivement partie de la seconde catégorie. La profession a assisté le vendredi 24 juin, à l’opéra Comédie de Montpellier, à une cérémonie souvent émouvante, qui démontre, une nouvelle fois, que la société peut compter sur le talent sans cesse renouvelé de ses jeunes avocats, des robes noires lucides et résolument engagées pour la défense de toutes les libertés.

Le Bâtonnier André Brunel entouré des lauréats 2016 : Me Mélinda Ducret, Prix Jacques-Lafont ; et Me Christophe Arroudj, Prix Vincent-Badie. © HJE 2016 / D. Croci

A bientôt 32 ans, Mélinda DUCRET, Prix Jacques-Lafont 2016, est une jeune femme autant engagée dans sa vie professionnelle que dans la vie civile. Fiscaliste, elle exerce au sein du cabinet d’affaires EY à Montpellier. Inscrite au barreau depuis 2013, elle précise : « Etre fiscaliste ne m’empêche pas de plaider dans le cadre de ma profession et plus largement au profit des droits de l’Homme…  Je pars ce lundi [NDLR : 27 juin] en Turquie à Istanbul rejoindre d’autres confrères français et internationaux pour défendre la cause d’avocats qui ont été suspectés de terrorisme parce qu’ils défendaient des terroristes. Ce qui est assez troublant… ». Réserviste pendant plusieurs années, et après une courte pause, Mélinda va demander à réintégrer la réserve citoyenne (Lire ci-après).

Agé de 41 ans, spécialisé en droit public, Christophe ARROUDJ, Prix Vincent-Badie 2016, a fait ses études à Lyon. Après un doctorat en droit, il prend le temps de voyager pour s’établir momentanément dans le Golfe persique, à Dubaï, pendant cinq ans. « Puis j’ai passé le barreau à Montpellier, explique-t-il. J’ai prêté serment en 2010, un peu tardivement vu mon parcours ». Christophe Arroudj exerce chez CGCB, cabinet principalement axé sur le droit public, dont la maison mère est à Montpellier, et dispose de bureaux à Paris, Bordeaux et Marseille. « Je fais un peu de pénal à côté, je participe à la permanence pénale », explique-t-il. Il s’inquiète de la permanence de certains états. Dont l’état d’urgence, qu’il a évoqué avec un humour pleinement assumé et une ironie salutaire.

(…/…) Ainsi, au lieu de s’attarder à décrire l’état d’urgence, Mélinda Ducret et Christophe Arroudj ont su remonter aux causes et montrer que l’exemple passe inéluctablement par l’action. Une action sans réserve…

S’engager sans réserve… Comme Sandrine SERPENTIER-LINARES, docteur en droit public et avocate au barreau de Montpellier depuis 1996, qui s’est vu remettre l’insigne de Commandant dans le cadre de la réserve citoyenne des mains du général de division Thierry Corbet. Une décoration (aux trois croissants) décernée a double titre : pour sa présence dans la réserve citoyenne depuis de nombreuses années, et pour son action en tant que chargée d’enseignement à la faculté de droit afin que les étudiants réservistes disposent d’un statut juridique à part entière, à l’instar des étudiants en sport de haut niveau.

De G. à Dr. : Le général de division Thierry Corbet, Me Sandrine Serpentier-Linarès et le Bâtonnier André Brunel.
©HJE 2016, D. Croci

Les avocats sont immortels. Le discours du bâtonnier à ses jeunes confrères se devait également d’être pamphlétaire, avec quelques égratignures faites aux attitudes-habitudes des puissants et des gouvernants. Avec des questionnements, aussi comme cette interrogation sur le coût des écoutes téléphoniques rapporté aux moyens de la justice, fut-elle « J21 ». Aux jeunes avocats qui débutent une belle carrière, le bâtonnier lance : « il vous appartient d’ouvrir la voie étroite en voie royale et d’anéantir toutes les embûches. La robe que vous portez protège. Soyez fiers de cette robe, de son histoire millénaire et de sa noblesse. Brandissez votre étole comme un étendard de gloire et de lumière et vous triompherez, parce que les avocats sont immortels ». Une déclaration d’amour qui vaudra au bâtonnier une longue et sincère standing ovation troublant quelque peu son humilité légendaire (…/…)

Daniel CROCI  croci.daniel.hje@gmail.com

Extrait de l’article à paraître dans son intégralité dans notre édition Print Hérault Juridique de ce jeudi 30 JUIN 2016, n°3105.

Standing ovation pour le Bâtonnier André Brunel lors de rentrée solennelle du Jeune Barreau à l’Opéra Comédie, le 24 juin 2016 ©HJE 2016, D. Croci

©HJE 2016 D. Croci

——————————————————————–

• S’abonner en ligne (CB) à l’Hérault Juridique & Economique

Voir les autres infos ” JURIDIQUE ” sur www.heraultjuridique.com

• Voir toutes les infos du fil d’actualité heraultjuridique.com

• Voir toutes les infos JURIDIQUE de heraultjuridique.com

• Vous abonner à la newsletter gratuite ECO-LR du jeudi de l’heraultjuridique.com


Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.