Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Entreprises

La CMA lance « Osons le référendum de l’artisanat ! »

Le réseau national des chambres de métiers et de l’artisanat (CMA) lance une initiative inédite : une consultation en ligne des artisans sur la base des contributions recueillies dans le cadre du grand débat de l’artisanat.

Se prononcer sur les priorités du réseau des CMA

Du 5 au 10 mars, Bernard Stalter invite les artisans à exprimer leurs priorités sur les propositions issues des réunions publiques, pour que la voix de l’artisanat compte. Les artisans ont une semaine pour voter. Ils sont invités à se prononcer sur leurs priorités, que le réseau des CMA présentera en mars au président de la République.

Dès le 16 janvier dernier, face à l’absence dans le grand débat national de sujets aussi essentiels que l’emploi et l’économie, Bernard Stalter a lancé le grand débat de l’artisanat autour de thématiques qui concernent les artisans au quotidien : reconnaissance du travail indépendant, fiscalité des entreprises artisanales, poids des normes et des charges qui pèsent sur elles ou encore emploi du premier salarié ou d’un salarié supplémentaire.
Depuis le 24 janvier dernier, une trentaine de grands débats de l’artisanat, organisés par les chambres de métiers et de l’artisanat, se sont tenus sur tout le territoire. Les artisans sont également allés dans leur CMA remplir des cahiers de doléances et ont livré leurs contributions en ligne sur une plateforme dédiée.

« Nous avons entendu s’exprimer une parole libre. Les artisans nous ont parlé des normes et des charges qui les étouffent, les empêchent d’entreprendre, de se payer correctement. Nous avons entendu des exemples aberrants comme l’obligation faite à ce carrossier dans la région de Tours, d’isoler son atelier avec un dispositif acoustique digne d’une salle de spectacle » indique Bernard Stalter.

Les artisans ont livré leurs inquiétudes et difficultés mais aussi les solutions que ce secteur, véritable levier de l’économie de notre pays, veut apporter.

« Nous avons fait une première synthèse de toutes ces contributions. Il y a de très nombreux points de convergence » explique-t-il.

Le vote des artisans pour déterminer le niveau d’urgence

Sur leur base, et fort de son expertise fondée sur un maillage territorial en hyperproximité avec le terrain et une connaissance fine des entreprises artisanales, le réseau des CMA a émis plusieurs propositions pour permettre aux artisans de travailler, réussir et vivre dignement. Ces propositions vont être soumises au vote des artisans afin d’en déterminer le niveau d’urgence.

« J’invite les artisans à se mobiliser du 5 mars au 10 mars et à voter en ligne : granddebatartisanat.fr » déclare Bernard Stalter. Nous remettrons au président de la République des éléments clés en main : problèmes et solutions. La contribution des artisans dépassera leur secteur d’activité car elle sera de nature à participer à la relance de l’économie nationale. Les artisans, qui sont une partie de cette France des oubliés, ne comprendraient pas d’être à nouveau ignorés et que le fruit de ce travail reste lettre morte » déclare le président de CMA France.

Ce sera tout le sens de la contribution du réseau des chambres de métiers et de l’artisanat, faite avec les artisans, par des artisans et pour les artisans, qui sera présentée en mars au gouvernement et à la commission nationale des débats publics.

#granddebatartisanat


A lire

Grand débat national : clôture et restitution des cahiers citoyens

Grand débat, 15 février (MBS) : les Entrepreneurs de l’Hérault veulent faire entendre leur voix

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.