La Menuiserie Collaborative tient le cap

Implantée sur la zone artisanale de Tournezy à Montpellier, la Menuiserie Collaborative (MCo) a été officiellement inaugurée le 17 novembre dernier à l’occasion du premier anniversaire de sa mise en service. Créée sous la forme d’un atelier partagé consacré au bois, elle accueille des professionnels et des particuliers. Ses atouts : un parc de machines performant et des capacités de stockage du bois, le conseil apporté par ses experts, les échanges de savoir-faire entre les utilisateurs, des formations et des ateliers thématiques.

En redressement judiciaire depuis le 15 octobre dernier, la Menuiserie Collaborative (MCo) implantée à Montpellier, met en œuvre son vigoureux plan de continuation d’activité, la révision en nette hausse de la grille tarifaire de ses services étant d’ores-et-déjà effective. En début d’année 2019 interviendront plusieurs autres volets : le recours au crowdfunding afin d’augmenter les fonds propres, l’élaboration d’un plan de communication, ainsi que le recrutement d’un troisième salarié aux côtés des 2 fondateurs cogérants : Yoann Lapeyronie et Olivia Liesse.


Au sommaire de cet article

  • Un projet monté en deux années
  • 360.000 euros d’investissements
  • 39 associés et 186 utilisateurs
  • Le témoignage d’une professionnelle
  • Encourager l’innovation et la création

Article consultable dans votre espace abonné HJE n°3232

Un projet monté en deux années

« Nous avons mis deux ans à monter le projet en étant accompagnés par Alter’Incub, ce qui nous a permis de créer une communauté de futurs utilisateurs et de partenaires. La Menuiserie Collaborative (MCo) a vu le jour sous forme d’une Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). Nos principaux objectifs sont de soutenir les artisans, de développer l’apprentissage et de favoriser le développement durable grâce à l’utilisation optimale du bois et aux économies d’énergie », souligne Olivia Liesse, titulaire d’une licence professionnelle en gestion des entreprises en économie sociale et solidaire. Elle possède également des CAP d’ébéniste et de menuisière fabricante, suivis d’une pratique professionnelle en entreprise.

Pour sa part, Yoann Lapeyronie, son Diplôme des métiers d’art (DMA) en ébénisterie en poche, a travaillé durant dix-sept ans dans différents ateliers de menuiserie. Il a aussi été en poste en bureau d’études pour une association de menuiserie en restauration du patrimoine. « Après la première année d’activité, nous observons que des synergies apparaissent. Nous encourageons par exemple les rencontres entre designers et professionnels du bois. Cependant, nous n’avons pas encore atteint le seuil de rentabilité. Ce sera le cas dès que les machines seront utilisées à 30 % de leur capacité », indique Yoann Lapeyronie.

360.000 euros d’investissements

Les efforts en vue de concrétiser le projet ont été importants. Il a fallu mobiliser 360.000 € pour accéder à un hall suffisamment vaste où sont installés 7 établis, 8 machines performantes de marque Felder fournies par la société montpelliéraine Sud Affûtage Cadieux, ainsi que des racks de stockage du bois et des zones pour le stockage des travaux en cours des utilisateurs. Le financement a été assuré à 10 % par les associés de la Scic et à 90 % par différents partenaires financiers : BPIfrance, Banque populaire du Sud, Crédit coopératif, Airdie, Initiative France, IES (Initiatives pour une économie solidaire), Région Occitanie. Au plan économique, la pépinière Réalis, l’Union régionale des sociétés coopératives et participatives (Urscop) et l’association ECTI (professionnels seniors bénévoles) ainsi que plusieurs autres partenaires accompagnent MCo.

39 associés et 186 utilisateurs

La Scic compte aujourd’hui 39 associés et 186 utilisateurs, dont une soixantaine de professionnels. Ces derniers ont accès à l’atelier partagé sur l’intégralité des plages d’ouverture, tandis que les particuliers viennent le soir et durant le week-end. Ils ont accès comme tous aux ateliers thématiques (relooking de meubles, fabrication d’un meuble en palettes…) ainsi qu’aux formations proposées.  « Des jeunes mais aussi des personnes en reconversion viennent au départ comme particuliers, et découvrent le métier de menuisier-agenceur. Certains d’entre eux, une fois formés, sautent le pas pour devenir professionnels », observe Yoann Lapeyronie.

Le témoignage d’une professionnelle

Du côté des professionnels, les services proposés sont très appréciés. Julie Autran, artisane, témoigne : « Précédemment salariée dans l’entreprise artisanale Lonardo (Vendargues), je l’ai quittée en avril 2017 en vue de créer mon entreprise de menuiserie-agencement à Montpellier. MCo m’a beaucoup facilité la tâche. En effet, je n’ai besoin en ville, à proximité de ma clientèle, que d’un petit local et du matériel électroportatif nécessaire à l’intervention sur chantier. Mais je réalise toute ma production chez MCo. Sans avoir eu à investir moi-même, j’ai à disposition des machines très performantes, rapides, flexibles et très précises Cela m’a permis de consacrer une part plus importante de mon activité à la conception ainsi qu’au travail manuel à l’atelier. Le coût de la location s’élève à 450 € hors taxes par mois. Si j’avais dû louer un grand local et acquérir des machines, cela me reviendrait beaucoup plus cher. »

Le service rendu par MCo ne se limite pas à l’accès aux machines. Ainsi, l’achat du bois peut être groupé. Il est alors entreposé dans les racks de stockage mis à la disposition des utilisateurs. Les artisans apprécient beaucoup de pouvoir côtoyer leurs confrères et d’échanger sur leurs savoir-faire respectifs. Autre intérêt : répondre à plusieurs à un même appel d’offres. « L’ambiance est conviviale car nous ne sommes pas concurrents entre nous. Chacun a sa propre clientèle dans le secteur géographique où il est basé », souligne Julie Autran.

Encourager l’innovation et la création

En 2019, MCo va lancer un concours de création qui sera ouvert aux titulaires d’un DMA ou d’un CAP dans les métiers du bois. Les lauréats bénéficieront d’une année en résidence gratuite au sein de MCo et ils pourront présenter leurs projets réalisés lors du salon d’artisanat de Montpellier en 2020.

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.