La plaisance est-elle un sport de riche ? par Henri SAURON

Voici quelques semaines, j'ai été choqué par la présentation faite au 20 h de M. Pujadas.…

Voici quelques semaines, j'ai été choqué par la présentation faite au 20 h de M. Pujadas. Le titre ” la plaisance est-elle un sport de riche ? “

J'ai bien entendu prêté l'oreille quand le sujet à été traité. Il nous a alors présenté un groupe d'amis, tous du corps médical, naviguant sur un bateau basé à Port Camargue. Prix du bateau 500 000EUR, place de port et frais d'entretien en conséquence, et m. Pujadas de laisser entendre alors que la plaisance est belle et bien un sport de riche.
Je trouve cela terriblement choquant et surtout digne d'un journaliste amateur. Quelle enquête a-t-il réalisée pour en arriver à une telle conclusion ? Il n'a certainement jamais mis les pieds sur un ponton et encore moins sur un bateau. Depuis plus de trente ans, j'ai écumé une grosse partie des ports de France, de la Mer du Nord à la Méditerranée , j'ai surtout rencontré des personnes peu fortunées qui ont la mer chevillée au corps, des personnes qui n'ont souvent rien d'autre que leur bateau, des marins qui se contentent d'une vieille voiture et d'un petit appartement pour satisfaire leur soif de navigation. À titre comparatif, dira-t-on d'un français qui possède son pavillon de banlieue et son monospace qu'il est riche. Et pourtant son patrimoine et certainement plus élevé .

En trente ans de navigation, j'estime que 80% des plaisanciers sont en dessous du salaire médian des français. Bien sur, c'est une estimation empirique mais elle vaut amplement celle de D. Pujadas. Il suffit par ailleurs de s'en référer aux chiffres de la FIN qui montrent qu'une forte majorité des bateaux vendus en France sont des petites unités.
Ce qui me fait réagir aujourd'hui, c'est ce projet d'augmentation des taxes portuaires. C'est ce qui m'a amené à repenser à ce sujet du 20h. Je me pose une simple question : n'est-on pas en train de manipuler l'opinion publique pour que l'on puisse taper sur la plaisance avec l'accord de la population ?
Il faudra alors prendre ses responsabilités quant aux pertes d'emplois que l'on provoquera dans la filière nautique car nombre de petits plaisanciers ne pourront plus supporter ces augmentations, devront vendre leur bateau. Le pourront-ils d'ailleurs si plus personne ne peut naviguer ?
Nous avons la chance d'avoir dans l'hexagone le premier groupe mondial de bateau de plaisance mais un groupe allemand lorgne cette première place. Messieurs, continuez à ponctionner les plaisanciers et vous offrirez sur un plateau la première marche du podium à la concurrence étrangère .

Stop, il est temps de dire stop. Nous n'entendons aucune association de plaisanciers réagir . Hors la colère gronde. Nous sommes quelques uns sur le forum Le Bar Du Port à penser que malheureusement si cela continue, nous devrons employer des manières moins courtoises. Eh oui messieurs, même la plaisance peut se rebiffer.

Certes nous sommes mieux lotis que les personnes sans emploi… Mais est-ce en mettant en danger la filière nautique que l'on réussira à résoudre ce dramatique problème. Pour l'anecdote, je précise que je connais des chômeurs qui vivent sur leur bateau car cela leur revient moins cher qu'un pavillon

J'espère que nos décisionnaires reviendront sur leur décision et que M. Pujadas fera une enquête contradictoire pour que les plaisanciers soient pris en compte comme des passionnés de la mer et non plus comme des “gros richards” qui polluent

Henri SAURON

http://www.lebarduport.com

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.