Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Santé
Département Hérault

La vaccination en pharmacie suscite la colère des médecins libéraux

Depuis hier, et l’annonce gouvernementale que les pharmaciens peuvent proposer la vaccination à partir du 15 mars, les réseaux sociaux se sont enflammés. La cause : les médecins généralistes se voient privés de doses de vaccin au profit des officines de pharmacie. Ils dénoncent à la fois une incohérence et un coup de com’.

Le motif du courroux : dimanche soir, la Direction générale de la santé (DGS) a envoyé un message urgent aux professionnels de santé détaillant les conditions de l’ouverture de la vaccination anti-Covid en pharmacie. Dans le même temps, les médecins généralistes – qui avaient pour leur part été sollicités depuis deux semaines pour mettre en place la vaccination dans leurs cabinets auprès de leur patientèle – étaient informés que les pharmaciens seraient désormais prioritaires pour la livraison des doses de vaccin.

Les médecins connaissent leur patientèle

Paul * F., médecin généraliste à Castelnau-le-Lez, justifie ce coup de colère : “ C’est l’incompréhension totale, je suis écœuré. Depuis deux semaines, comme mes confrères, j’ai mis en place, en fonction des doses que l’on m’a attribuées, une dizaine de vaccinations par semaine pour mes patients prioritaires. La profession a pris le temps d’appeler les patients, de les informer et de planifier les rendez-vous. J’étais en attente d’une troisième livraison de vaccins, et un mail nous prévient que la priorité est donnée aux pharmaciens ! Les commandes de vaccins, cette semaine, sont en effet ouvertes aux seules officines, et non aux médecins libéraux qui vaccinent à leur cabinet. C’est une incohérence médicale : nous nous sommes organisés pour le faire et nous sommes maintenant bien rodés. Nous connaissons parfaitement notre patientèle et pouvons prioriser les personnes qui doivent être vaccinées en urgence dans le cadre du protocole établi par la DGS. Je suis vraiment écœuré”.  

19.000 pharmacies

Côté timing, la DGS prévoit “une ouverture élargie à l’ensemble des pharmacies à compter de la semaine du 15 mars, avec des commandes possibles dès le 8 mars pour un ou deux flacons de 10 doses”. Ceci pour accélérer la vaccination dans un contexte de remontée des cas avérés. La France compte quelque 19.000 pharmacies avec plusieurs vaccinateurs possibles par officine. 

Un mécontentement qui monte

Sur Radio Classique ce matin (9 mars), une femme médecin manifestait sa colère : “On se fout de notre gueule” a-t-elle lancé. Derrière cette levée de boucliers est également exprimé le doute quant au nombre de doses de vaccin réellement disponibles. L’annonce gouvernementale est peut-être aussi une réponse au fait que tous les médecins libéraux ne s’étaient pas empressés de répondre à la demande du gouvernement. “Pourtant, indique le docteur Paul F., il y a quelques semaines, nous avons été sollicités pour assurer une permanence dans les établissements hospitaliers, après les heures d’ouverture des cabinets. Les médecins généralistes ont été nombreux à se manifester par devoir. Depuis silence radio, je n’ai eu personnellement aucun retour. C’est à n’y rien comprendre.” A suivre…

*A sa demande, le prénom et le nom du médecin généraliste ont été modifiés.  

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.