La Vallée de l'Hérault va investir 116 millions d'euros sur sept ans

A l'occasion du conseil communautaire du 22 mars, les élus de la Vallée de l'Hérault, réunis sous la présidence de Jean-François Soto, ont lancé l’acte 2 du projet de territoire. Destiné à « produire de la confiance », il prévoit un programme d’investissements de 116 millions d’euros sur sept ans.

Depuis l’installation du nouveau conseil communautaire en juillet 2020, les élus et les services planchent sur l’actualisation du projet de territoire « Vallée 3D ». Adopté en 2016, ce document est la feuille de route du nouveau mandat. Ce lundi 22 mars, l’acte 2 du projet de territoire a été adopté. Il prévoit une série d’investissements pour “produire de la confiance” et fédérer les bonnes dynamiques du territoire.

Jean francois soto maire gignac pdt vallee herault

Selon Jean-François Soto, président de la Communauté de communes de la Vallée de l’Hérault : “Etre producteurs de confiance, c’est ce que nous faisons avec ce projet de territoire cohérent et ambitieux. Le programme d’investissements qui en découle doit donner une forte lisibilité à nos projets pour ce territoire afin d’inciter chacun à agir.”

Un projet de territoire en 3D

Les 3D de ce projet de territoire symbolisent les 3 principes transversaux qui l’animent : Durable, Digital et Démocratique. Les engagements de la collectivité pour son action, depuis 2016, se déclinaient en 4 orientations : économie, cadre de vie, services et culture. Deux nouveaux objectifs ont été ajoutés : soutenir et développer le commerce de proximité ; et soutenir et promouvoir des pratiques sportives accessibles à tous. D’autres objectifs, tels que le soutien à l’agriculture, la redynamisation des cœurs de village, la préservation de la biodiversité, les mobilités douces prennent plus de force dans l’acte 2 de ce projet de territoire.

Un levier pour l’économie locale

L’investissement conséquent consenti sur la durée du mandat s’inscrit également dans la perspective d’une relance de l’activité post-Covid. Chaque euro investi par la communauté de communes sur le territoire générera en effet plusieurs euros investis par ses partenaires publics. Que ce soient le Département, la Région, l’Etat, l’Europe, mais aussi les partenaires privés, à l’exemple de l’espace Cosmo ou du pôle santé [voir notre vidéo]. Investir est bien sûr une réponse nécessaire aux attentes des habitants. 

Ce besoin d’investissement est d’autant plus important que la Vallée de l’Hérault est un territoire en constante croissance démographique. La population du territoire augmente de 2 % par an. La Vallée de l’Hérault a ainsi gagné 10 000 habitants depuis 2010, dépassant aujourd’hui le seuil des 40 000 habitants. Cette forte croissance démographique induit la réalisation de nouveaux équipements, “dans un esprit d’équilibre et de renforcement des équipements majeurs sur les principaux pôles urbains” a précisé le président de l’intercommunalité.

Les grands investissements 2021-2027

Parmi les investissements majeurs annoncés : l’aménagement du pôle d’échanges multimodal à Gignac, la réhabilitation de la chapelle de l’abbaye d’Aniane, la construction de la Maison des services de l’environnement, le PIG Rénovissime, le futur écoquartier de la ZAC La Croix à Gignac, la création d’un tiers-lieu numérique à Saint-André-de-Sangonis, la création d’un pôle musiques actuelles, l’opération façades, la construction d’une nouvelle crèche, la passerelle mobilités douces sur l’A750, l’aménagement du musée de Saint-Guilhem-le-Désert…

Côté chiffres

28 M€ seront consacrés à l’économie, pour bâtir une économie attractive et durable, innovante et créatrice d’emplois. 20 millions d’euros sont programmés pour l’aide aux entreprises et pour agrandir les parcs d’activités aujourd’hui occupés à 80%. 8 millions d’euros seront consacrés au soutien et au développement du commerce, du tourisme, des métiers d’art, de l’agriculture et de l’économie numérique.

60 M€ sont fléchés vers la préservation du cadre de vie et de la qualité de vie pour qu’ils restent harmonieux et équilibrés. 16 millions d’euros seront investis pour l’amélioration de l’urbanisme et du logement dans toutes les communes. 5 millions permettront de préserver le patrimoine naturel et la biodiversité. 16 millions serviront à sécuriser l’alimentation en eau potable. 21 millions permettront de moderniser l’assainissement. Enfin, 3 millions seront consacrés à l’équipement du service des déchets ménagers.

12 M€ sont budgétisés pour les services de proximité accessibles à tous : 6 millions d’euros pour développer l’offre de services de proximité (petite enfance, jeunesse, santé, sports), 6 millions pour favoriser les mobilités douces.

7 M€ sont assignés à la culture. “Il s’agit d’accompagner chacun dans le développement de ses valeurs humanistes” a indiqué le président Soto. 2 millions iront à la diffusion culturelle (l’école de musique et le réseau de bibliothèques), et 5 millions d’euros permettront la mise en valeur du patrimoine historique et culturel de la Vallée de l’Hérault.

Les actions transversales sont dotées de 8 M€ : 3 M€ pour le Fonds de concours aux communes et 5 M€ pour les moyens généraux. Il s’agit de donner à la collectivité des moyens d’actions d’accompagnement du projet (informatique, bâtiments, matériels…).

Un contexte financier difficile

Alors qu’elle a pu mener ses actions sans augmenter les taxes locales depuis douze ans, la CCVH doit faire face à de nouvelles contraintes financières, notamment celles liées au Covid. Ces contraintes vont nécessiter la mobilisation de nouvelles recettes pour financer le programme d’investissements. L’intercommunalité doit en effet anticiper l’effet Covid, et notamment une baisse de 400 000 € des impôts économiques locaux dans les deux ans à venir, tandis qu’elle a versé 650 000 € d’aides aux entreprises touchées par la crise. 

Vers une hausse de certains taux

La suppression de la taxe d’habitation est une autre nouvelle contrainte importante. Le manque à gagner est estimé à 1,5 M€ sur les cinq prochaines années. Remplacée par un reversement d’une part de la TVA, les bases de la TH augmentaient de 5 % par an, alors que la TVA ne progresse que de 2 % en moyenne, d’où le décalage prévisionnel de rentrée de ressources pour la collectivité.

Pour financer son programme d’investissements, la collectivité compense les pertes par un réajustement du taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties de 3,19 % à 5,19 % (avec une recette fiscale supplémentaire espérée de 700 000 € en 2021). Cela représentera en moyenne une augmentation de la taxe foncière de 38 € par ménage. “Ce taux était inchangé depuis 2010 ; il est la seule marge de manœuvre dont nous disposons“ a indiqué le président. Une revalorisation de la cotisation minimale des entreprises (CFE) et de la Tascom est également jugée nécessaire à l’horizon 2022. Autre décision, l’augmentation de la TGAP, renchérissant le coût du stockage des déchets, nécessite également, dès 2021, un ajustement de la TEOM, qui passe de 17,03 % à 17,61 %.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.