L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Economie

LE CAP D'AGDE - Interview exclusif de Dominique Desseigne, PDG du Groupe Barrière

Dominique Desseigne, PDG du groupe Barrière s'apprête à inaugurer ce jeudi le dernier établissement de son groupe, le Casino du Cap d'Agde. Avant cette soirée mémorable pour la station balnéaire, l'homme d'affaires a pris quelques minutes pour répondre à nos questions.   Hérault-Tribune : Dominique Desseigne, vous êtes le Président du groupe Barrière, un empire […]

Dominique Desseigne, PDG du groupe Barrière s'apprête à inaugurer ce jeudi le dernier établissement de son groupe, le Casino du Cap d'Agde.

Avant cette soirée mémorable pour la station balnéaire, l'homme d'affaires a pris quelques minutes pour répondre à nos questions.

 

Hérault-Tribune : Dominique Desseigne, vous êtes le Président du groupe Barrière, un empire de 18 hôtels de luxe, 120 restaurants et 34 casinos. On vous surnomme « L’homme qui valait un milliard » en référence au chiffre d’affaire annuel de votre groupe, un groupe familial que vous avez su diversifier et faire prospérer depuis que vous en pris la tête il y a 20 ans, quel est votre secret ?

Dominique DESSEIGNE : Il n’y a pas de secret ou de formule magique. Il faut avoir une grande ambition, être à la fois passionné et raisonnable. Le destin m’a confié la direction d’un grand Groupe et j’ai toujours pensé que ma mission était de le servir, de le faire grandir et prospérer.

Dans les métiers comme les nôtres, à l’heure de l’intelligence artificielle et des robots, il est aussi réconfortant de se dire que le facteur humain est déterminant ; nos équipes sont l’une des clés de notre réussite et nous n’avons qu’une obsession : être au service de nos clients.

 

HT : Nous sommes ici au Cap d’Agde dans votre dernier investissement, un Casino nouvelle génération flambant neuf. Vous aviez déjà un Casino dans cette station balnéaire, que s’est-il passé ?

DS : Nous avons saisi une belle opportunité pour agrandir le casino, ouvrir un restaurant, et surtout se retrouver en plein centre du Cap d'Agde, à l’entrée de la station et à proximité du port.

Nous ambitionnions dès 2014 de nous inscrire dans le projet de dynamisation de la station lancé par le Maire d'Agde, Gilles d’Ettore. C’est pour cela que nous avons souhaité déménager de l’ile des Loisirs où nous avions notre casino jusqu’à présent, Nous avons pris le temps de choisir le lieu idéal pour ce casino, afin qu’il corresponde à nos ambitions de créer un véritable temple dédié aux loisirs et au jeu.

Avec plus de 150 Machines à sous, un projet de salle de spectacle pouvant accueillir 250 personnes et l’ouverture du « Bistro Barrière » disposant d’une superbe terrasse, je pense que le pari est réussi ! 

La station est en plein essor et nous accompagnons le mouvement. Le succès d’une station balnéaire, c’est un travail d’équipe pour attirer les touristes et bien sûr fidéliser nos clients locaux.

Nous créons des pôles d’attractivité, nous créons des emplois et animons la vie locale, c’est vraiment une des spécificités de nos casinos : être partie prenante du renouveau des activités touristiques en France.

 

HT : Un bel emplacement est important pour le rayonnement d’un Casino mais cela ne suffit peut-être pas, votre profession a dû aussi s’adapter à une législation contraignante : la loi anti-tabac, le contrôle d’identité, il a fallu être inventif et trouver des solutions, quelles sont les forces des établissements « nouvelle génération » comme celui-ci ?

DS : Vous avez raison ; nous avons dû faire face toutes ces contraintes, que nous comprenons bien-sûr, et nous avons dû multiplier les initiatives pour moderniser nos offres attirer une nouvelle clientèle plus jeune qui aime se distraire et partager des moments de convivialité entre amis où le jeu se mêle à la fête et au spectacle.

Cela a peut-être accéléré notre mutation même si dans nos gênes, il y a cette foi dans la montée en puissance des loisirs et l’ambition de capter les tendances

 

HT :  Il a fallu également vous adapter à l’apparition des jeux en ligne qui ont eu tendance à détourner votre propre clientèle. Le casino du Cap d’Agde propose en exclusivité nationale le bingo électronique, une façon de capter et de séduire une cible plus jeune ?

DS : Oui tout à fait

Avec l’arrivée de  l’esport, la croissance et le succès des jeux vidéo, on a eu la confirmation que les jeunes cherchaient de nouvelles distractions plus modernes, plus digitales.

Nous avons toujours été soucieux du renouvellement et de l’attractivité de notre offre de jeu,

Barrière est le premier groupe casinotier à avoir cru aux Jeux électronique, à en avoir

installé dans ses établissements et à avoir créé des zones dédiées, pouvant aller jusqu’à 60 postes de jeu et écrans géants.

 

HT : Vous vous plaisez à dire que sans investissement, on ne se donne pas la chance de gagner. La profession de casinotier sort d’une longue période de crise pendant laquelle il a fallu continuer d’investir, souvent à contre-courant, quelle a été votre plus gros risque pris durant cette période ?

DS : Je ne suis pas quelqu’un qui prend des risques. Je préfère l’idée d’être audacieux, précurseur et nous avons toujours appliqué ce qui est aujourd’hui très à la mode, le « test and learn ».  

 

HT : Vous avez vécu un drame familial en 1995 où votre femme, Diane, est restée paralysée et gravement brûlée suite à un accident d’avion. Elle a succombé à ses blessures 6 ans après, vous décrivez son combat contre la mort comme admirable. Vous disiez modestement dans une interview avoir « moins de force qu’elle », C’est elle qui vous a insufflé cet esprit de la gagne quand les choses ne sont pas faciles ?

DS : Oui bien-sûr. J’étais un notaire prudent et mon goût de la compétition et de la « gagne « se manifestait surtout dans le sport et plus particulièrement le tennis. Je me serais bien vu dans la peau d’un Jimmy Connors. La vie en a décidé autrement. Ma femme restera pour moi et mes enfants une leçon de vie et de courage. C’est pour elle que nous avançons.

 

HT : Lors de votre venue à l’ouverture du casino en juin dernier, vous avez qualifié le maire d’Agde, Gilles d’Ettore, d’homme visionnaire, « ils sont rares » avez-vous précisé. Quels sont leur secret ?  Laudace, le talent, la chance ?

DS : Un peu de tout mais n’oubliez jamais le travail car c’est quand même la clé de tout et comme je le disais, les relations humaines.

 

HT : De l’audace, il en aura fallu également dans sa carrière à Clara Morgane, la marraine de ce casino. Par ce choix, vous avez voulu coller à la touche glamour du Cap d’Agde ?             

DS : Si l’audace c’est choisir une personnalité forte, attachante qui assume ses choix de vie, alors oui. Morgane a surtout une belle énergie et c’est également une artiste. Son show «Le  Cabaret » que nous programmons d’ailleurs sur nos scènes Barrière est d’une grande qualité. 

L’avoir comme marraine, c’est une chance.

 


Inauguration ce Jeudi 20 septembre 2018 à partir de 18h30

Accès aux jeux libre – Carré VIP sur invitations


 

 

                                                                                                                                                     

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.